tous les dossiers(1)

La soirée de Gala de Jérôme Bel

Danse , Festivals, La Scène

Paris, Théâtre du Rond-Point, en partenariat avec le Théâtre de la Ville. 4-X-2017. Dans le cadre du Festival d’Automne. Gala. Conception : Jérôme Bel, assisté de Maxime Kurvers. De et par (en alternance) Taous Abbas, Giovanna Adelaïde, René-Emmanuel Adélaïde, Fanny Alton, Cédric Andrieux, Sheila Atala, Michèle Bargues, Ryo Bel, Malik Benazzouz, Manon Bouchemal, Nathan Bouchemal, La Bourette, Vassia Chavaroche, Houda Daoudi, Marie Colin, Raphaëlle Delaunay, Sambou Diallo, Diola Djiba, Shadé Djiba, Laura Dolley, Nicole Dufaure, Chiara Gallerani, Nicolas Garsault, Lola Gianina, Stéphanie Gomes, Olivier Moreau, Marie-Yolette Jura, Salvador Kamoun, Akira Lee, Aldo Lee, Françoise Legardinier, Lucas Lenée, Nathan Lenée, Stella Moretti Audifax, Moumpossa, Macali Saby, Marlène Saldana, Oliviane Sarazin, Frédéric Seguette, Pierre Tu, Marceline Wegrowe.

Un incroyable Gala d’amateurs et de professionnels, adultes et enfants mélangés, pour un hommage déluré et joyeux à la danse sous toutes ses formes.

Gala, c’est comme les galas de danse de l’enfance où les petites danseuses de 8 ans se succèdent en flocons de neige couronnés de coton ou en jupettes de tulle à paillettes. Le même enchantement dans leurs yeux, la même crainte de l’échec ou de la chute dans les yeux des parents et beaucoup, beaucoup de plaisir !

Dans Gala, de , il y a principalement des adultes, danseurs amateurs ou non, personnalités de la danse classique ou contemporaine, dans une formidable succession de moments dansés. La consigne est simple, la même pour tous, répéter chacun à son tour le mouvement de danse écrit sommairement sur un panneau à l’avant-scène. Seuls ou en groupe, ils s’acquittent consciencieusement de la consigne ou reproduisent le plus fidèlement possible, avec application, le mouvement montré par l’un ou l’une de leurs acolytes. De la danse classique aux danses populaires, orientale ou créole, de la majorette au hip-hoppeur, en passant par la comédie musicale, tous les genres ont droit de cité et sont traités équitablement.

Incroyable et généreux, ce Gala d’amateurs est à la fois excentrique et audacieux, tendre et culotté et terriblement courageux pour ses interprètes. Boudinés dans des justaucorps lamés et des jambières fluo, ils n’ont jamais peur ni de l’à-peu-près, ni du ridicule ! Chanter « Moi, je veux mourir sur scène » devant 800 spectateurs, il faut oser… Ce que cela dit, surtout, c’est que chacun a un incroyable talent, pas forcément celui que l’on croit le plus facile : surmonter le trac et être heureux sur scène.

Crédit photographique : © Véronique Ellena, Herman Sorgeloos

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.