tous les dossiers(1)

Les Arts Florissants et l’Ensemble Correspondances à Ambronay

Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Ambronay. Abbatiale. Festival du 15-IX-2017 au 8-X-2017.
30-IX-2017 : Polyphonies spatialisées. Francesco Cavalli (1602-1676) : Magnificat. Francesco Beretta (1640-1694) : Messe à quatre chœurs. Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Messe à quatre chœurs. Ensemble Correspondances, direction : Sébastien Daucé.
1-X-2017 : Venezia, Madrigaux de Monteverdi. Claudio Monteverdi (1567-1643) : Madrigaux du livre VII et du livre VIII. Les Arts Florissants, direction : Paul Agnew.

Sébastien DAUCÉ_JND_3186Des Arts Florissants à Correspondances, de Monteverdi à Charpentier, la musique est belle et bonne au Festival d’Ambronay. Les programmes proposés sont riches de découvertes, tant au niveau des œuvres que des artistes au sein desquels la jeunesse se fait sa place avec talent.

La polychoralité, cette mise en espace de la musique, remonte au XVIe siècle. Nommé en 1527, à 47 ans, maître de chapelle de Saint-Marc de Venise, Adriaan Willaert a développé cette technique. De l’Italie, avec les Gabrieli, Monteverdi et autres Striggio, ce foisonnement musical a débordé en Espagne, avec Cererols, à Salzbourg avec Biber mais, en France, peu de compositeurs se sont lancés dans cette aventure. Une belle exception, . On sait qu’il a fait un séjour à Rome dans les années 1660. Est-ce là-bas qu’il a pris goût à ce type de musique ? En tout cas le résultat est là : sa Messe à quatre chœurs H4.

Quand la polychoralité se découvre à la française

et son sont venus avec un programme autour de ce séjour italien de Charpentier : Merula, Cazzati, Cavalli, Legrenzi, mais surtout qui, lui aussi, a écrit une messe à quatre chœurs. Plusieurs dispositions des chanteurs viennent construire cette spatialisation de la musique. Les voix de femmes, venant du fond de l’abside, chantent Charpentier et son Sub tuum praesidium. La prononciation du latin est, naturellement, à la gallicane. Puis le Credidi de est interprété par Nicolas Brooymans d’une voix ferme, presque violente : « j’ai été dans une profonde humiliation » pour s’adoucir avec le texte : « je rendrai mes vœux au Seigneur ». Le Motet pour San Petronio de Cazzati permet aux cornets de donner une interprétation joyeuse mais aussi solennelle. Tout brille dans le Magnificat de Cavalli, mais avec un Deposuit tout en nuances. Une interprétation multi-facettes.

Voici la Messe à quatre chœurs de Charpentier et son premier Kyrie, presque crié de douleur suppliante : « Seigneur, prends pitié ». Le Gloria est plus priant que spectaculaire mais la fin est, heureusement, proclamée « dans la gloire de Dieu ». Le Sanctus résume le talent du chœur : rythmes et nuances accompagnent le texte. Quant à la mise en espace, elle a été adaptée au lieu. Pas toujours simple, pas aussi efficace qu’à Venise ou Bologne, mais chaque chœur a été judicieusement accompagné par un cornet pour renforcer l’effet musical. Et c’était bien du  ! Décidément, la musique française va bien à .

Direction Venise avec des madrigaux de Monteverdi par

C’est une (bonne) habitude du Festival que de proposer au public une « mise en oreilles » d’avant concert. n’a pas dérogé à la règle. Mais, pour les spectateurs qui n’avaient pas saisi cette opportunité, il a ouvert le concert avec une brève explication de ses choix musicaux. Comme l’était, a été très attentif au texte, qui a une importance égale à la musique. Et cela s’est vérifié tout au long du concert. Six chanteurs et chanteuses se sont partagés ces madrigaux, extraits des livres VII et VIII du divin Claudio, reprenant à peu de choses près le programme du récent disque paru chez Harmonia Mundi.

Venezia BP 2

On retiendra le duo complice des deux ténors, Paul Agnew et , dans Interrotte speranze, eterna fede. est très expressive dans la Lettera amorosa qui suit. Les deux soprani sont superbes de détresse puis de colère dans Ohimè, Dov’è il moi ben ? Au fil du concert, comment ne pas remarquer la douceur des finales des différentes pièces. Une suave beauté de plus. Altri canti d’amor, en deux petits chœurs séparés, est chanté, joué. C’est, presque, une bataille en musique. Les mots sont des projectiles. est exceptionnel dans « La couronne immortelle de Mars et de Bellone » et la suite du madrigal. Intéressante aussi, la petite mise en scène proposée par pour le Lamento de la ninfa, comme nous l’avons déjà vu à la Philharmonie de Paris.

Dans le droit fil de la scène, pourtant dans l’abbatiale, le Combat de Tancrède et Clorinde est joué comme au théâtre. Paul Agnew se lâche. Sa voix est puissante, expressive et convaincante. Hannah Morrison forme avec un duo remarquable. Les voix sont au-delà du texte par leur expressivité, leur crédibilité. Leur jeu de scène va loin, jusqu’à terre. Les spectateurs sont conquis et le confirment par leurs applaudissements. Monteverdi va bien à Paul Agnew et aux Arts Florissants. Ce concert en est la meilleure des preuves.

Crédits photographiques : Arts Florissants © Bertrand Pichene ; Correspondances © Bertrand Pichene ; Sébastien Daucé © Jean-Noël Démard

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.