tous les dossiers(1)

Méhul : le premier romantique français dans nos bibliothèques

À emporter, Essais et documents, Livre, Musicologie

Le fer et les fleurs : Étienne-Nicolas Méhul. Sous la direction d’Alexandre Dratwicki et Étienne Jardin. Éditions Actes Sud / Palazzetto Bru Zane. 704 pages. 40 €. Septembre 2017.

 

Les Clefs du mois

CouvertureLa richesse de ce premier ouvrage collectif autour du compositeur , musicien injustement oublié de la période révolutionnaire, lui mérite une place de choix dans notre bibliothèque.

Ce n’est pas le premier ouvrage consacré à Méhul que nous proposent les éditions Actes Sud et le : Adélaïde de Place, qui a également participé à cet ouvrage collectif, a en effet publié en 2005 une biographie du musicien aux éditions Bleu Nuit. D’autre part, les premiers travaux musicologiques consacrés à Méhul restent ceux d’Elizabeth Bartlet, dans sa thèse soutenue en 1982 – une recherche qui dépassait d’ailleurs le simple travail de biographe. Mais même si la musique du compositeur a toujours fait naturellement partie des réflexions des musicologues spécialistes de cette période (Patrick Taïeb, David Charlton, Jean Mongrédien…), c’est toutefois la première fois qu’un travail scientifique aussi riche est réalisé autour de la seule personnalité de Méhul.

Plus grand compositeur à succès de son temps, membre de l’Académie des Beaux-Arts, médaillé de la toute première promotion de la Légion d’honneur, fondateur du Conservatoire de Paris (l’un des événements les plus déterminants de l’Histoire de la musique française), membre de la Loge Olympique… pourquoi le nom de Méhul n’évoque-t-il plus aujourd’hui que Le Chant du départ ?

La commémoration du bicentenaire de sa mort en 2017 a donné l’occasion de faire revivre sur scène quelques œuvres du plus grand compositeur de la période révolutionnaire et du Premier Empire : Stratonice avec Les Emportés et son directeur artistique Maxime Margollé que ResMusica avait rencontré à cette occasion, et qui signe dans cet ouvrage une analyse pertinente autour de l’œuvre lyrique Euphrosine ou Le Tyran corrigé ; ou bien encore Le Jeune Sage et le Vieux fou avec la troupe Les Monts du Reuil. Mais c’est bien le Centre de musique romantique française implanté à Venise qui, grâce à ses multiples initiatives, a fait de cette commémoration un évènement : entre un gala organisé à Londres en début d’année, l’enregistrement d’Uthal et cet ouvrage collectif de musicologie, l’offre du a été riche tout au long de cette année.

Le patriotisme du citoyen Méhul et ses relations avec Bonaparte sont d’abord passés au crible par les deux auteurs précurseurs cités plus haut. Certaines partitions font naturellement l’objet d’une analyse approfondie (Uthal, La Chasse du Jeune Henri, Hussites, Euphrosine ou le Tyran corrigé, la Messe en la bémol majeur) tout comme le rapport du musicien avec les institutions, et plus particulièrement le Conservatoire de musique de Paris. L’influence de la musique de Méhul après sa mort est également abordée, clôturant un ouvrage bien calibré entre les écrits scientifiques des spécialistes de cette période, et plusieurs sources de première main telles que le rapport sur la Méthode de piano du Conservatoire de l’inspecteur Méhul, une notice rédigée par Luigi Cherubini, ou encore un extrait des Soirées de l’orchestre d’Hector Berlioz.

Avec ce nouvel opus, le Palazzetto Bru Zane assume encore une fois avec exigence et conviction son rôle de découvreur d’un patrimoine musical national oublié, ce qui en fait aujourd’hui un acteur indispensable dans le paysage culturel international.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.