tous les dossiers(1)

Felicity Lott à Orsay, une anglaise à Paris

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital, Opéra

Paris. Auditorium du musée d’Orsay. 12-X-2017. Erik Satie (1866-1925) : Gnossienne n°1 ; Henri Duparc (1848-1933) : L’invitation au voyage, Extase ; Jacques Offenbach (1819-1880) : Belle Lurette : c’était le soir, La Périchole : Ah ! Quel dîner je viens de faire ; Jean-Sébastien Bach (1685-1750 : Sonate pour flûte et clavier en mi bémol majeur : Sicilienne BWV 1031 arrangement pour piano de Wilhelm Kempff ; Emmanuel Chabrier (1841-1894) : L’Île heureuse ; Benjamin Britten (1913-1976) : Les Illuminations : Phrase op. 18 ; Robert Schumann (1810-1856) : Myrthen : Widmung op.25 n°1, Carnaval de Vienne : Intermezzo op. 26 ; Ralph Vaughan Williams (1872-1958) : The house of Life : Silent noon ; Reynaldo Hahn (1874-1947) : La Barchetta ; Claude Debussy (1862-1918) : Le Jet d’eau FL 70 n°3 ; Mireille (1906-1996) : Tant pis pour la rime ; Francis Poulenc (1899-1963) : Fiançailles pour rire : Violon ; Noël Coward (1899-1973) : The Bar on the Piccola Marina. Dame Felicity Lott, soprano. Jacqueline Bourgès-Maunoury, piano. Alain Carré, récitant.

Felicity LottPlaisir, enivrement, et humour : et son acolyte Alain Carré conquièrent l’Auditorium du Musée d’Orsay sans détour avec ce récital « , une Anglaise à Paris » donné à l’occasion de la résidence d’automne de la soprano britannique dans la capitale.

Sa dernière biographie en bonne place à l’entrée, un musée qui a déjà accueilli la célèbre chanteuse en 2015 à l’occasion de son exposition de rentrée, un récital donné dans le cadre d’une « résidence d’automne » composée également d’une masterclass et d’une rencontre… On se dit que c’est une soirée comme les autres que l’on va passer avec . C’était sans compter une programmation rondement menée, un récitant en la personne d’Alain Carré excellentissime, et l’humour so british de la chanteuse dont le chant enchante l’oreille aujourd’hui encore.

Les airs qui alternent avec la déclamation d’un texte (tout cela mené sans anti-sèches ni pour l’un, ni pour l’autre), concrétisent un parcours musical tout autant que littéraire, riche en rebondissements et en contrastes autour de l’enivrement (du vin, de l’amour, de la chair…). Son amour et sa maîtrise de la langue de Molière lui permettent de débuter ce récital avec une technique vocale d’une précision sans faille et une expressivité toujours aussi raffinée, passant avec un naturel déconcertant du statisme accablant de L’invitation au voyage d’Henri Duparc à un extrait de la Belle Lurette, opéra-comique inachevé d’Offenbach. L’élégance et le charme naturel de la soprano subliment L’île heureuse de Chabrier, alors que son sens comique inégalable fait rire aux éclats un salle rapidement conquise, entre Ah ! quel dîner je viens de faire de La Périchole où la chanteuse titube et démontre encore une fois un formidable talent d’actrice, ici pour exprimer l’ivresse, puis séduit avec la mélodie de Mireille Tant pis pour la rime. Felicity Lott incarne la perfection d’un chant qui reste encore ce soir bien réel.

Mais ne parler que de Felicity Lott serait bien injuste, tant la déclamation des textes d’Alain Carré donne un savoureux mélange avec les interventions de la chanteuse. Ce « musicien de la langue française » subjugue par ses intentions foisonnantes, sa voix excellemment posée et la qualité de sa diction, virtuose autant dans Le débit de l’eau et le débit de lait de Francis Blanche que pour Ta Katie t’a quitté de Boby Lapointe. La cohérence de ce savant duo est indéniable même si d’une Lettre de Jean-Sébastien Bach, le comédien passe à Enivrez-vous de Charles Baudelaire ; tandis que pour conclure ce récital, le texte parlé de L’ivrogne de Jacques Brel fusionne avec l’accompagnement piano de Jacqueline Bourgès-Maunoury, musicienne discrète et pourtant pilier central du trio de ce soir, qui fait que la magie opère.

Après des applaudissements nourris, c’est avec le sourire aux lèvres et le regard complice que le public repart euphorique, enivré par tant de générosité.

Crédits photographiques : Felicity Lott © Raphaelle Photography

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.