tous les dossiers(1)

Mendelssohn par le jeune Quatuor Arod

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) : Quatuor à cordes op. 44 n° 2 en mi mineur ; Quatuor à cordes op. 13 en la mineur ; Quatre Pièces op. 81 ; « Frage » op. 9 n° 1 en la majeur. Quatuor Arod ; Marianne Crebassa, mezzo-soprano. 1 CD Erato 0190295761127. Enregistré Salle des Concerts, Tandem, Théâtre d’Arras, du 18 au 23 mai 2017. Notice trilingue : français, anglais, allemand. Durée : 77’17

 

mendelssohn_arodLes enregistrements de la musique de chambre de -Bartholdy fleurissent partout généreusement. Le jeune et talentueux apporte à son tour sa contribution.

Cet engouement n’est que justice tant l’œuvre du compositeur recèle de bijoux hautement et finement ciselés et représentatifs du meilleur romantisme germanique. Ses quatuors à cordes ont inspiré et tentent encore de nombreuses formations célèbres ou en passe de le devenir.  Le ne se produit que depuis peu de temps (2013) mais déjà il se forge une place très honorable au sein d’une horde de candidats de toutes les nationalités. Le concours ARD de  Munich remporté en 2016 renforce sa réputation et accentue l’attention dont il bénéficie.

Le Quatuor Arod fait montre d’une étonnante assurance, ce qui lui permet de prendre quelques risques au niveau des tempos, des attaques et de la dynamique sans jamais dénaturer l’esprit du compositeur hormis une très discrète raideur. Il rend un bel hommage au discours brillant, mélodieux, rythmé du jeune Mendelssohn. La complicité des instrumentistes mérite d’être soulignée tout comme leur virtuosité leur permettant d’aborder avec une grande aisance les passages les plus délicats. Ils réussissent à mettre en avant l’optimisme du Quatuor à cordes en mi mineur op. 44 n°2 , écrit à l’époque du voyage de noces du compositeur, et à illustrer le recueillement dénué de pathos de l’Andante du troisième mouvement et à nous entraîner lors des Allegro, Scherzo et Presto.

Marqué par la mort de Beethoven en 1827, Mendelssohn compose le Quatuor à cordes en la mineur op. 13 empreint de douleur, de respect et d’admiration dans les sections notées Adagio présentes dans trois des quatre mouvements de l’œuvre. La trop courte mais délicieuse intervention de la mezzo-soprano dans le lied Frage (moins de deux minutes) nous donne envie d’en écouter davantage.

Nouveau venu dans la compétition, le Quatuor Arod semble promis à un avenir radieux mais ne devance pas encore les lectures optimales des Modigliani, Juilliard, Artis, Ebène, Hermès, Talich, Cherubini, pour n’en citer que quelques-uns.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.