tous les dossiers(1)

Avec le Concert de la Loge, une Poule mutine

À emporter, CD, Musique symphonique

Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n° 83 en sol mineur Hob 1.83 « La Poule » ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour piano n° 17 en sol majeur K 453 ; Marie-Alexandre Guénin (1744-1835) : Symphonie en ré mineur op. 3 n° 3. Justin Taylor, pianoforte. Le Concert de la Loge. Julien Chauvin, violon et direction. 1 CD Aparté. Enregistré à l’Auditorium du Louvre en octobre 2016 et au conservatoire Jean-Baptiste Lully de Puteaux en février 2017. Notice français, anglais. Durée totale 63’ 04.

 

concert de la loge pouleAvec ce deuxième disque, , dirigé par le violoniste , continue son exploration des symphonies « Parisiennes », en les mettant en perspective avec des œuvres contemporaines de cette belle institution de la fin du XVIIIe siècle qu’était Olympique.

Si le jeune ensemble parisien s’est vu priver de son nom complet par le Comité National Olympique et Sportif Français, son projet consiste à rendre vie à la créativité et au dynamisme de cette société musicale, qui fit les beaux jours de la vie artistique à la fin de l’Ancien régime. Elle fut dirigée par le fameux chevalier de Saint-Georges et commanda à ses six symphonies, de 82 à 87, dites « Parisiennes ».

On sait que malgré leur classicisme, il est toujours difficile pour un orchestre de mettre en place une symphonie de Haydn, tant l’aimable Joseph est facétieux dans son écriture, avec une rythmique implacable. Le Concert de la Loge s’en joue avec maestria et se délecte des caquètements du hautbois sur des volutes de cordes dans l’Allegro spiritoso initial, qui a valu à l’ouvrage son surnom « La Poule » au XIXe siècle. Avec des attaques acérées, des contrastes soulignés, un tempo vif conservant la lisibilité polyphonique, donne une lecture jubilatoire de ce petit bijou humoristique.

La renaissance de Guénin

La surprise de cet album tient dans la découverte d’une symphonie de , un élève de Gossec, aujourd’hui oublié alors qu’il fut l’un des meilleurs symphonistes de l’époque et un violoniste virtuose, admiré de tous. Largement influencée par l’école de Mannheim, tout en rappelant le style de Carl Philipp Emmanuel Bach, cette Symphonie N° 3 de l’opus 4, en trois mouvements sans menuet, opère une synthèse entre les styles italien, allemand et français.

Entre ces deux pièces symphoniques, Julien Chauvin a judicieusement inséré le pétulant Concerto pour piano N° 17 K 453 de Mozart, qui ne fut sans doute jamais joué au Concert de la Loge Olympique, mais qui fut édité à Paris en 1787. Il s’agit de l’un des concertos de Wolfgang où les vents sont les plus sollicités, dans un dialogue soutenu avec le pianiste. Sous les doigts du jeune , le pianoforte de la collection du CNSM de Paris s’intègre parfaitement dans le discours de l’orchestre et tient la conversation avec les différents pupitres. Par une entente manifeste avec l’orchestre, , d’une grande élégance, offre un beau moment de lyrisme dans l’Andante joué pas trop lent, tandis que l’orchestre cultive avec bonheur son sens de la dynamique.

Intérêt majeur du CD par rapport au fichier dématérialisé, la notice forme un véritable livret d’accompagnement, fort bien documenté par les plumes expertes de Marc Vignal, Daniel Piollet, Michelle Garnier-Panafieu et Laurent Muraro, avec en prime un texte plein d’esprit de Léonor de Récondo, qui manie aussi bien l’archet que le stylo.

La symphonie suivante, L’Ours, est d’ores et déjà enregistrée, associée à la Symphonie concertante N° 4 pour flûte, hautbois, basson et cor de François Devienne.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.