banclefsdor2017

Raphaël Sévère époustouflant dans Weber

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Carl Maria von Weber (1786-1826) : Concerto pour clarinette n° 1 en fa mineur op. 73 ; Variations sur un thème de Silvana pour clarinette et piano op. 33 ; Grand duo concertant pour clarinette et piano op. 48. Raphaël Sévère, clarinette ; Jean-Frédéric Neuburger, piano ; Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, dir. Aziz Shokhakimov. 1 CD Mirare MIR 372. Enregistrement public à la Philharmonie de Berlin le 15 février 2016 et au Temple du Bon Secours à Paris les 25 et 26 février 2016. Notice trilingue : français, anglais, allemand. Durée : 57’

 

weber_severe_mirareL’amour de pour la clarinette se manifesta, entre autres, dans le Concerto n° 1 en fa mineur (1811), les Variations op. 33 (1811) et le Grand Duo op. 45 (1816,) objets de cet enregistrement marquant dont est le maître d’œuvre.

Compositeur, chef d’orchestre, pianiste et critique de renom, Weber marqua les débuts de l’opéra romantique allemand avec son Freischütz (1821) auquel il offrit également de belles pages à la clarinette. Son aisance et son appétence pour l’instrument, bien antérieure, s’adressent aux deux fameux concertos composés en 1811. Le premier gagna longtemps les faveurs des concertistes et même Debussy, souvent impitoyable, avança que Weber parvenait à « scruter l’âme de chaque instrument ». De plus, Beethoven, son contemporain l’admirait sincèrement tandis qu’il influença son disciple Wagner.

Après un enregistrement Hindemith idéal et un album Brahms jubilatoire, la lecture de , toujours pour Mirare, impressionne. Fermez les yeux et laissez-vous porter par sa sonorité majestueuse et chaleureuse, sa virtuosité habitée, son timbre chaud,  ses attaques d’une précision et d’une netteté exemplaires, son agilité stupéfiante et la précision chirurgicale de son jeu. De quoi ravir les néophytes comme les initiés. Cette plongée savoureuse dans un monde, placé à mi-chemin entre le classicisme et le romantisme, où la musique de Weber, bouillonnante, vigoureuse et enthousiaste dégage quelque chose de magnétique.

Très bien accompagné d’une part par le , précis et uni, dirigé par le jeune chef prodige originaire d’Ouzbékistan dans le Concerto, d’autre part par le pianiste , partenaire efficace et parfait dans les duos, ces lectures nous apparaissent comme d’authentiques petits bijoux, savoureux fruits de talents réunis et d’une alchimie heureuse.

Le texte de présentation très bien documenté et intéressant revient à Raphaël Sévère. Tous les ingrédients d’une écoute gratifiante sont là.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.