banclefsdor2017

INITIO, une œuvre à écouter sans la voir

Danse , La Scène, Opéra, Opéras, Spectacles Danse

Paris. Théâtre national de la danse Chaillot. 30-XI-2017. Tatiana Julien / Pedro Garcia-Velasquez : INITIO [ live ] – Opéra chorégraphique. Conception : Tatiana Julien et Pedro Garcia-Velasquez. Mise en scène, chorégraphie : Tatiana Julien. Composition musicale : Pedro Garcia-Velasquez. Livret : Alexandre Salcède. Direction musicale : Maxime Pascal. Projection sonore : Florent Derex. Lumières : Kevin Briard. Costumes : Pascale Lavandier. Vidéo : Gaëtan Besnard. Régie générale et scénographie : Myrtille Debièvre. Regard extérieur : Sylvain Riejou. Avec Rodrigo Ferreira, Benjamin Forgues, Christine Gérard, Brigitte Asselineau, Yoann Hourcade, Tatiana Julien, Léa Trommenschlager, Valentin Broucke, Héloïse Dely, Juliette Herbet, Aska Ishangaliyev, Ghislain Roffat et Axel Rigaud et le chœur Calligrammes.

Diplômés du CNSMD de Paris, et ont conçu INITIO, un opéra de poche pour voix et chœur. Ambitieux, ce projet largement coproduit et créé dans le cadre de l’année France-Colombie, rate son objectif.

Il faut du culot pour concevoir et mettre en scène un opéra contemporain dans une salle et devant un public dévolu à la danse. De culot, et n’en manquent pas.

L’œuvre inédite du jeune compositeur est dirigée au premier acte par depuis une niche astucieusement percée en fond de scène, puis au second acte, au centre même de la scène, parmi chanteurs, musiciens et danseurs. La partition du compositeur colombien, co-fondateur de l’ensemble de musique contemporaine Le Balcon, met particulièrement en valeur les deux chanteurs solistes, le contre-ténor et la soprano , dans un dialogue à distance, soutenus par un chœur discret et présent. Parfois utilisés comme figurants, les choristes de Calligrammes trouvent leur meilleure expression dans les cintres, comme un chœur d’anges.

La chorégraphe Tatiana Julien, en revanche, dessert l’œuvre plus qu’elle ne la sert. Sa mise en espace est inexistante ou maladroite. Quant à la chorégraphie, il n’y en a pas. Tatiana Julien ne peut bien écrire de la danse que pour son propre corps, soit un solo de cinq minutes au second acte. Pour le reste, elle fait confiance à et , danseuses très confirmées mais non dirigées, et deux danseurs médiocres, pourtant passés par le Junior Ballet du CNSMD. Les danseurs incarnent des personnages peu lisibles, censés illustrer le livret de l’opéra, signé Alexandre Salcède. Seul celui de la danseuse, subtilement représenté par , suscite de l’émotion et du sens.

L’ensemble forme un spectacle bancal et prétentieux, dont se détachent quelques pépites vocales. À écouter seulement les yeux fermés.

Crédit photographique : © Nina Flore Hernandez

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
  • Andrea Vasquez

    Ayant été présente à INITIO, je dois dire que je suis totalement en désaccord avec vous quant à la chorégraphie que j’ai trouvé très puissante dès le départ ainsi que très sensiblement liée à la musique. Aussi contrairement à ce que vous rapportez j’ai trouvé le travail sur l’espace plus que remarquable.
    J’ai trouvé aussi les danseurs excellents ! l’énergie et vivacité des jeunes ainsi que le jeu de styles avec les dames.
    Qu’est-ce qu’un article rédigé de manière si véhémente et à la charge prétend nous apporter ?

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.