banclefsdor2017

Une biographie en hommage à Odette Gartenlaub

À emporter, Biographies, Livre

Odette Gartenlaub. Les vies multiples d’une musicienne du XXe siècle. Jean-Michel Ferran. Editions Aedam Musicae, 2017. 256 p. 24 €

 

Gartenlaub_livre_couvProfesseure marquante du CNSM de Paris pour avoir renouvelé la pédagogie musicale, fut également une compositrice et pianiste de talent. nous raconte ses multiples vies.

fut d’abord une « pianiste élégante et sobre », élève de la redoutable Marguerite Long puis de Lazare-Lévy, lequel lui permit de prendre ses distances avec le jeu « à la française », perlé et articulé, prôné par la première. Son talent fut remarqué notamment dans Debussy. Elle fut également « une créatrice sincère », élève et proche de Darius Milhaud, Prix de Rome en 1948, qui ne parvint pas à faire carrière dans cette voie et dont les compositions ne sont plus guère jouées. Ce fut enfin une « pédagogue éclairée », d’abord comme professeure de déchiffrage, puis de pédagogie musicale, à l’origine de nombreux manuels. Surtout, elle révolutionna l’enseignement du solfège en le pensant en lien avec la musique (« faire de la technique avec la musique, dans la musique », nous dit-elle), s’appuyant sur l’instrument et sur l’écoute du répertoire et d’œuvres contemporaines. Elle crée ainsi ce qu’on appelle la « Formation Musicale ». Fille d’une famille modeste d’immigrés juifs d’Europe centrale, la vie d’ ne fut pas sans épreuves, notamment pendant les années de guerre, dont sa famille réchappa de peu, et qui virent le renvoi de tous les juifs du Conservatoire.

En quatre chapitres, retrace son parcours professionnel et personnel, dans un style agréable et clair, non sans longueurs, et l’assortit de portraits de proches, parfois peu utiles, ainsi que d’un catalogue d’œuvres et enregistrements. L’auteur ne cache pas l’affection et le respect qu’il voue à son ancienne professeure. Il cite abondamment un texte de souvenirs rédigé par la musicienne et qui nous donne une idée de cette personnalité. Cette biographie est donc un hommage quasi filial de l’élève à sa professeure. C’est peut-être aussi le témoignage d’une époque du Conservatoire marquée par des professeurs charismatiques qui ont ouvert cette institution, alors plutôt conservatrice, à de nouveaux horizons pédagogiques et musicaux.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.