Fondation Bettencourt megaban2018

Le brutal Guillaume Tell du Royal Opera House

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Gioachino Rossini (1792-1868) : Guillaume Tell, opéra en quatre actes sur un livret de Victor-Joseph Etienne de Jouy et Hippolyte-Louis-Florent Bis basé sur la pièce de Friedrich von Schiller « Wilhelm Tell ». Mise en scène : Damiano Michieletto. Décors : Paolo Fantin. Costumes : Carla Teti. Lumières : Alessandro Carletti. Avec : Enea Scala, Ruodi ; Gerald Finley, Guillaume Tell ; Enkelejda Shkosa, Hedwidge ; Sofia Fomina, Jemmy ; John Osborn, Arnold Melcthal ; Eric Halfvarson, Melcthal ; Samuel Dale Johnson, Leuthold ; Michael Colvin, Rodolphe ; Michael Lessiter, un chasseur ; Malin Byström, Mathilde ; Alexander Vinogradov, Walter Furst ; Nicolas Courjal, Gesler. Chœur du Royal Opera House (chef de chœur : Renato Balsadonna). Orchestre du Royal Opera House, direction : Antonio Pappano. Réalisation : Jonathan Haswell. 2 DVD Opus Arte. Enregistré au Royal Opera House le 5 juillet 2015. Livret en anglais, français et allemand. Durée : 3h20

 

916NL90Z7UL._SL1500_La mise en scène peu convaincante de ne permet pas à ce DVD de Guillaume Tell de surpasser le disque paru en 2010 chez EMI avec la même équipe vocale sous la direction du chef , toujours en fosse pour cette production du Royal Opera House.

Le viol collectif au troisième acte de cette production londonienne avait fait grand bruit lors de la première en 2015. La proposition de n’est en effet pas destinée aux « puristes », mais il faut bien avouer que la violence brute permanente n’apportera pas forcément l’adhésion de ceux pour qui les relectures libres peuvent intéresser. Des éléments symboliques forts de la tyrannie et de l’oppression marquent pourtant ce spectacle : alors que Melcthal est violemment assassiné sur scène et non plus en coulisses, un énorme arbre arraché est laissé à l’abandon au milieu du plateau. La portée politique de cet ouvrage s’inscrit pleinement dans cette transposition au sein du conflit bosnien des années 90. Pourtant le décor froid de , les costumes banals de Carla Teti et les lumières trop obscures pour charmer le téléspectateur dans le cadre d’un visionnage vidéo, ne captivent pas vraiment. Le manque de cohérence et le peu de consistance des protagonistes générés par une direction d’acteur trop en surface, alimentent une impression finale mitigée.

Mais l’intensité de la direction d’ opère dès la célèbre ouverture. Et en cela, la réalisation de Jonathan Haswell est un véritable « plus » en embarquant le téléspectateur au chœur de l’orchestre. Quel plaisir de voir la gestuelle et l’implication viscérale du chef qui initie une dynamique folle à la phalange londonienne sans aucune exagération ni maniérisme. Le discours musical captive et s’enchaîne avec un agréable naturel alors que le chœur de Covent Garden semble moins lumineux à cause d’un français qui manque d’impact, et d’une cohésion de groupe peu évidente à l’écran.

La distribution vocale se compose d’une équipe homogène et probante : la conviction de (Guillaume Tell) traduit avec précision et dans un excellent français, par un chant sombre et vigoureux, le leadership de son personnage, qui malgré son côté révolutionnaire, s’inspire d’une touche de noblesse qui lui sied à merveille. Le chant magnétique de (Arnold) que l’on retrouve dans son dernier disque, démontre une belle détermination soutenue par des qualités techniques vocales admirables. L’intelligence du ténor dans ses nuances, dans sa ligne, dans ses silences, donne corps à un personnage fougueusement amoureux tout autant que désespéré. La Mathilde de offre des beaux moments de chant, même si la profondeur de l’héroïne fait parfois défaut.

Dommage que les bonus présents dans ce DVD ne soient proposés qu’en anglais et sans sous-titrages, la conception de ce DVD paraissant par conséquence faire l’objet de quelques oublis pour le public français.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.