tous les dossiers(1)

La magnificence des orgues Silbermann d’Alsace

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Georg Muffat (1653-1704) : Toccata tertia. Johann Speth (1664-1719) : Partita sur l’aria « La pasquina ». Johann Sebastian Bach (1685-1750) : « Herr Gott » BWV 1092 et 617 ; Aria variata BWV 989 ; « Liebster Jesu » BWV 730 ; Prélude et fugue BWV 850. Justin Heinrich Knecht (1752-1817) : Kleines Flötenkonzert aus F dur. Guillaume-Gabriel Nivers (1632-1714) : Kyrie de la messe pour orgue ; Echo. Henry Du Mont (1610-1684) : Sinfonia. Gottfried August Homilius (1714-1785) : Trio. William Byrd (1543-1623) : Praeludium en la mineur. Francisco Correa de Arauxo (1584-1654) : Tiento de tiple de decimo tono. Georg Böhm (1661-1733) : Partita « Jesu du bist ». Olivier Wyrwas à l’orgue de Balbronn ; Guillaume Prieur à l’orgue d’Eschentzwiller ; Guillaume Nussbaum à l’orgue de Gries. 1 CD Itinéraires des orgues Silbermann. Enregistré en 2017. Livret en français. Durée totale : 70’36.

 

CD_silbermann_2017_1500pix_01Troisième volet d’une collection consacrée aux orgues historiques Silbermann d’Alsace, le présent volume offre un programme musical très attrayant sur trois instruments peu connus, mais de grande qualité, touchés par trois jeunes organistes talentueux.

L’Alsace des orgues a ses vedettes incontournables : Marmoutier, Saint-Thomas de Strasbourg, Soultz ou Ebersmunster, joyaux construits en leur temps par les facteurs Silbermann. Par suite d’un travail acharné échelonné sur plusieurs décennies, cette région de France compte parmi les plus riches en matière de patrimoine musical et organistique, grâce à de multiples restaurations ayant abouti à ressusciter de nombreux chef-d’œuvres. Pour nous aider dans nos découvertes, on se souvient d’une part d’un ouvrage fort documenté sur ces instruments, ainsi que de plusieurs CD déjà parus dans la même collection ou d’un coffret consacré à l’œuvre d’orgue de .

Le volume 3 de cette collection nous propose justement de découvrir trois orgues construits par Jean-André Silbermann en plein XVIIIe siècle. Ils sont de taille assez modeste, à un ou deux claviers, mais offrent de nombreuses possibilités sonores. Les œuvres jouées ici ne se cantonnent pas à Bach, mais montrent d’autres aspects du répertoire moins connus sur ce type d’instrument : musiques française, avec Nivers ou Du Mont, espagnole, avec Correa de Arauxo, anglaise, avec Byrd, et bien sûr allemande, avec Bohm et Muffat. Trois jeunes organistes brillants, chacun sur un instrument différent, prennent plaisir à faire sonner les belles couleurs d’une palette bien caractéristique de ce groupe d’orgues. Les buffets sont toujours magnifiquement édifiés et ornés de belles sculptures. Il y a un style Silbermann toujours très haut placé, qui ne se départit jamais d’une certaine étiquette. Les acoustiques sont parfois presque intimistes, comme à la maison, et cela procure une belle ambiance pour partager la musique – qui rappelle certains offices.

Il faut féliciter plusieurs équipes de passionnés qui, non seulement, continuent à faire vivre ces lieux et ces joyaux du passé au travers de concerts et de documents sonores comme celui-ci, mais contribuent, par leur savoir, à montrer combien ce précieux patrimoine doit vivre et être préservé. On attend maintenant un volume 4 qui, sans doute, nous fera encore connaître quelques trésors cachés.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.