bandeau Res Musica

Le récital d’hommage de Vilde Frang aux grands virtuoses du passé

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Œuvres de Franz Ries (1846-1932), Robert Schumann (1810-1856), Henryk Wieniawski (1835-1880), Christoph Willibald Gluck (1714-1787, Franz Schubert (1797-1828), Poldowski (1879-1932), Claude Debussy (1862-1918), Alexandre Scriabine (1872-1915), Frits Kreilser (1875-1962), Antonín Leopold Dvořák (1841-1904), Sergueï Prokofiev (1891-1953), Felix Mendelssohn (1809-1847), Isaac Albénitz (1860-1909), Manuel Maria Ponce (1882-1948) et Antonio Bazzini (1818-189). Vilde Frang, violon ; José Gallardo, piano. 1 CD Warner Classics. Enregistrements réalisés à Oslo du 6 au 10 mars 2017. Notice en allemand, anglais et français. Durée : 54’51.

 

C’Homageest un exercice auquel se prêtent ou se sont prêtés tous les grands virtuoses du violon que le récital de bis glanés essentiellement dans les transcriptions de Kreisler et Heifetz. y sacrifie à son tour, avec une recherche évidente d’originalité dans le programme, une maîtrise instrumentale indéniable, mais un léger manque de brio, ainsi qu’un minutage bien chiche…

Oubliez la pochette façon « Bécassine joue du violon » pour vous concentrer sur le contenu de ce récital. L’exercice est certes convenu, mais la réalisation impressionne par sa technique comme par la (relative) originalité du programme. Les pages de Kreisler (Rondino et Caprice tzigane) ne sont pas les plus connues : on ne trouve ici ni Liebesleid, Liebesfreud ou Schön Rosmarin, ni même ses transcriptions. insère deux raretés bien différentes dans l’ensemble, la Capricciosa de Franz Ries (et non Ferdinand, le disciple et biographe de Beethoven), et le Tango de Poldowski (ce pseudonyme dissimule en fait l’identité de la fille de Wieniawski, Irène). Quant à Bazzini, il figure avec sa Calabrese, et non la fameuse et diabolique Ronde des lutins si prisée de Vengerov. Le tout est interprété avec le panache et la maestria qu’on attend dans ce genre de programme.

Le pianiste accompagne tout en restant en permanence au second plan avec une réserve de bon aloi, mais une présence toujours attentive. Néanmoins, malgré ces qualités réelles, cet « hommage » aux bis des grands virtuoses d’autrefois comme Heifetz et Kreisler n’atteint pas tout à fait la flamboyance de ces grands modèles, ni même, plus près de nous, d’un , ébouriffant de brio instrumental. Si l’on ajoute que la brièveté du programme, qui aurait pourtant permis d’insérer de nombreuses autres piécettes comparables, est assez décevante pour un disque au prix fort, on comprend que cet « hommage », malgré ses qualités réelles, rate un peu sa cible.

Baniere-clefsResMu728-90-2b

Mots-clefs de cet article
  • Martin Antoine

    Qu’avez vous contre Bécassine, sympathique petite bretonne allant gagner sa vie à Paris au début du XXème siècle dans des conditions difficiles ? Trop caricaturée « notre » Bécassine qui ne devait certes pas écouter dans les familles « bourgeoises » ou elle travaillait les Bruckner qui vous sont si cher et quelle était le succès de Bruckner en France au début du XX ème siècle ?
    Pochette un peu « béta » pour cette jeune violoniste norvégienne mais sans doute préférable aux pianistes nymphettes avec des photos dignes des Hamilton de ma prime-jeunesse ? Non ??
    Amicalement .

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.