tous les dossiers(1)

Coup d’envoi de la résidence d’Aurélien Dumont à l’Ensemble 2e2m

Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Paris. Auditorium Marcel Landowski du CRR de Paris. Jean-Luc Hervé (né en 1960) : (Re)transmission pour 8 voix, ensemble et lecteur MP3 (création mondiale). Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Pièces de clavecin avec une table pour les agréments. Aurélien Dumont (né en 1980) / Jennifer Douzenel : Baïnes pour ensemble et vidéos silencieuses (création mondiale). Jean-Christophe Dijoux, clavecin. Étudiants du Département Supérieur pour Jeunes Chanteurs, CRR de Paris / PSPBB ; Ensemble 2e2m ; Camille Giuglaris / CIRM ; La muse en Circuit ; direction : Pierre Roullier.

Aurélien-Dumont et ses Pièces de clavecin positionnés entre deux créations mondiales : c’est ce qu’affiche le premier des quatre concerts programmés dans le cadre de la résidence d’ à l’. Si le choix questionne, le concept rejoint l’essentiel de la pensée créatrice d’un compositeur travaillant sur la notion d’écart et sur la confrontation d’univers hétérogènes.

est aux manettes, épaulé par le réalisateur en informatique musicale (CIRM) pour la première mondiale de (Re)transmission pour huit voix, ensemble et lecteurs MP3. Pour autant il n’y a ni chanteurs ni dispositif d’écoute apparent sur scène, où l’ au complet est dirigé par . Dans le sillage d’œuvres étonnantes comme Germination, Horizons inclinés, A l’air libre…, (Re)transmission, la nouvelle œuvre de fait advenir, par surprise toujours, différents points d’écoute, invitant l’auditeur « à guetter les sons autour de lui ». Pour l’heure, et après une introduction musclée de l’ensemble instrumental, c’est de la salle que monte la rumeur, « comme une population d’insectes dans un pré » aime à dire le compositeur : souffles, sifflements, fredons, claquements de mains… émanent des huit chanteurs disséminés dans la salle et d’une vingtaine de mini haut-parleurs fixés sous les sièges du public… Autant d’incitations bruiteuses et colorées « retransmises » par l’ensemble instrumental (incluant l’accordéon et des harmonicas) dans un aller-retour ludique autant qu’animé où les sources sonores tendent à se contaminer l’une l’autre : une stratégie pour relier l’œuvre musicale à son environnement où l’intrusion de l’électronique et la réactivité des jeunes chanteurs (CRR et pôle supérieur de Paris/Boulogne-Billancourt) au côté d’un ensemble instrumental irréprochable contribuent pleinement à la réussite du projet.

Entre les univers de Jean-Luc Hervé et d’ et à l’écart de toute manifestation bruyante, le clavecin de Rameau sonne avec une fraicheur et une délicatesse rares sous les doigts de . L’interprète confère à ces pièces bien connues (Le Rappel des oiseaux, Musette en rondeau, Tambourin…) l’élégance et le fruité de danses populaires et pièces de caractère qui fleurent bon la Provence et auxquelles le maître de clavecin a ajouté « une table pour les agrémens ».

Baïnes (ces retenues d’eau que fait l’océan lorsqu’il se retire à marée basse) met au cœur du projet la thématique de l’eau, des surfaces irisées, du mouvement qui les anime et du temps qui les traverse. L’œuvre est écrite à quatre mains par le compositeur Aurélien Dumont (pensionnaire de la Villa Médicis pour l’année 2018) et la plasticienne dont les vidéos silencieuses alternent avec les moments musicaux. Les deux artistes aujourd’hui diplômés se sont rencontrés au sein de la nouvelle formation doctorale SACRe (Science Art Création Recherche) placée sous l’égide de l’Université Paris Science et Lettres (PSL) et de l’École Normale Supérieure. Baïnes est leur deuxième réalisation commune : « les vidéos deviennent une sorte de caisse de résonance par l’image du propos musical » souligne le compositeur. « Lui et moi dessinons des paysages, les mêmes » ajoute . La vidéaste parcourt le monde pour chercher à capter des moments d’exception qu’elle réduit au cadre d’un seul plan fixe. Dans Baïnes, le temps de perception des quatre vidéos varie selon les projections : près de 10′ pour le premier film, un paysage avec arbres soumis à un lent processus de transformation ; le second, reflets dans l’eau avec couleurs (Hong Kong), est beaucoup plus court (2′) mais non moins prégnant ; tout comme ces scintillements étoilés, dernière intervention silencieuse avant la coda où l’image furtive s’inscrit sur le temps musical.

Côté son, la sophistication des techniques de jeu instrumental est à l’œuvre dans la musique d’Aurélien Dumont dont l’écriture fragile et discontinue fait appel à la notion d’ « objets » chère au compositeur : « Ils sont pour moi de petites briques de temps et d’histoire, souvent simples et impénétrables, à la temporalité propre et qui s’éclairent les unes les autres » lit-on dans l’ouvrage édité par 2e2m qui lui est consacré (Aurélien Dumont. La fécondité de l’écart). Parmi ces entités sonores s’élaborent ce qu’il nomme des OEM (Objets Esthétiquement Modifiés). Ce sont des emprunts/citations, tirés du grand répertoire que le compositeur ne cesse de solliciter, qu’il décontextualise et altère au sein de son écriture. Dans Baïnes, c’est Debussy qui est convoqué, dont les harmonies semblent infiltrer la partie de piano sans que le compositeur en précise véritablement les contours. Travail sur le silence, coloré voire altéré par les vidéos, l’œuvre est une lente immersion vers un état méditatif et apaisant – le paysage du jardin zen se dessine – dans une interpénétration temporelle des objets visuels et musicaux. Outre leur propre instrument, les musiciens tout terrain de l’Ensemble 2e2m ont parfois dans les mains d’autres accessoires plus bruités qu’exige l’ingénierie méticuleuse d’Aurélien Dumont, un compositeur dont ils ont créé en 2014 l’opéra Chantier Woyzeck et qu’ils servent ce soir avec le même engagement, sous la ferme direction de .

Crédit photographique : © Manfredi Gioacchini

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.