tous les dossiers(1)

Duel opus 3, une scène de ménage musicale

La Scène, Spectacles divers

Paris. Théâtre de la Gaîté-Montparnasse. 10-II-2018. Duel opus 3, spectacle musical de la compagnie DUEL. Mise en scène : Gil Galliot. Nathalie Miravette, piano. Laurent Cirade, violoncelle.

15179260123623_duel-opus-3-1_37636Pour ce troisième volet du duo d’humour musical « Duel », le violoncelliste , à l’initiative des deux précédents opus, est aujourd’hui accompagné d’une nouvelle partenaire, la pianiste . Présenté comme « une harmonieuse scène de ménage », ce spectacle musical manque quelque peu de mordant et de surprises pour faire rire aux éclats.

Le plus décevant dans ce troisième opus est l’emploi de la musique, non pas pour elle-même, belle occasion pourtant d’associer musique classique et musique populaire dans un cadre inédit et « grand public », mais seulement pour souligner les effets comiques de cet échange entre les deux musiciens qui se fait à coup d’onomatopées et de notes (et donc sans paroles tout comme les deux précédents spectacles de la compagnie). L’un évoque La lettre à Élise quand l’autre cachette une enveloppe, ou agresse l’oreille avec quelques notes des Rolling Stones pour marquer une énième dispute… Mais si encore on comprenait où tout cela veut en venir, ce serait déjà une bonne chose, les gags s’enchaînant sans véritable cohérence. Les chutes de chaque petit sketch sont si prévisibles, les medleys qui ponctuent la soirée comme une course d’athlétisme tellement martelés… L’énergie des deux musiciens ne fait pourtant pas défaut, et ils portent au mieux ce spectacle musical, pas assez construit pour nous embarquer dans les délires de ce duo survitaminé. De bonnes idées toutefois : l’entrée du violoncelliste en caleçon qui, surpris par la présence du public, détruit son instrument en le faisant tomber violemment ; le trio virtuel qui conclut la soirée, seul véritable moment poétique avec Schubert ; ou encore l’intervention chirurgicale du violoncelle, saynète réellement imaginative et loufoque.

fait pourtant preuve d’une belle virtuosité sur son clavier et d’une capacité d’adaptation notable qui lui permet de passer de Bach à quelques sonorités de jazz en deux ou trois notes selon la présence ou non de son complice sur scène. De son côté, le violoncelliste , musicien charismatique que ResMusica avait rencontré pour ses précédents « Duels » il y a quelques années, peut affirmer bien plus son jeu théâtral que son jeu musical dans cette configuration, martyrisant souvent son violoncelle en échange de quelques rires, oubliant peut-être la force des partitions qui devrait découler de ses coups d’archets.

Et alors que l’on se demande comment les artistes pourraient rehausser ce spectacle musical, un spectateur ponctue les blagues par un rire communicatif et intervient sans complexe – et avec justesse – amusant la salle par son manège. Malgré cela l’ambiance burlesque du spectacle a bien du mal à s’affirmer.

Crédits photographiques : © Christophe Toffolo

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.