Pave_300x300_Resmusica

Le brillant retour de Mârouf d’Henri Rabaud à Bordeaux

La Scène, Opéra, Opéras

Bordeaux. Grand Théâtre. 9-II-2018. Henri Rabaud (1873-1949) : Mârouf, savetier du Caire, opéra-comique en cinq actes, sur un livret de Lucien Népoty. Mise en scène : Jérôme Deschamps. Décors : Olivia Fercioni. Lumières : Marie-Christine Soma. Costumes : Vanessa Sannino. Chorégraphie : Peeping Tom (directeur artistique : Franck Chartier). Avec : Jean-Sébastien Bou, Mârouf ; Jean Teitgen, Le Sultan ; Vannina Santoni, La Princesse Saamcheddine ; Franck Leguérinel, Le Vizir ; David Ortega, Le Kâdi ; Lionel Peintre, Ali ; Valerio Contaldo, Le premier marchand / Le Fellah ; Savag Tadjian, Ahmad ; Simon Solas, Le second marchand / Le premier mamelouk ; Yu Shao, Le premier homme de police / Le chef des marins / Un ânier / Le premier muezzin ; Sidney Fierro, Le second homme de police/ le second mamelouk ; Jérémy Duffau, Le second muezzin ; Aurélia Legay, Fattoumah. Chœur de l’opéra national de Bordeaux, Orchestre National Bordeaux Aquitaine, direction : Marc Minkowski.

ONB_MAROUF_©Vincent_Bengold_071Soyons francs : Mârouf, savetier du Caire est un petit chef d’œuvre, bijou d’humour et de raffinement dans lequel se montre l’égal de ses contemporains amateurs d’exotisme orchestral, qu’ils se nomment Vincent d’Indy (Istar), Florent Schmitt (La Tragédie de Salomé) ou Paul Dukas (La Péri).

C’est dire le bonheur de retrouver, dans l’admirable écrin du théâtre de Victor Louis à Bordeaux, la délicieuse production de déjà proposée salle Favart en 2013 avant d’y retourner bientôt. On y retrouve avec un plaisir sans mélange les décors assez neutres d’ qui laissent place à l’imagination débridée et infiniment séduisante des costumes de , tout comme à la mise en scène inventive et pleine de fantaisie de .

Dans la fosse, et son orchestre parent des couleurs d’un Orient de convention les charmes mélodiques de la partition, et ne laissent à un aucun moment languir l’action. Côté distribution, on retrouve avec plaisir le Mârouf de , naïf savetier vite débordé par les événements qui surviennent. Grâce à lui, le texte demeure d’une intelligibilité parfaite, même si quelques fugitifs signes de fatigue vocale se font sentir dans les deux derniers actes. Délicieuse Saamcheddine de Vanina Santoni, qui contraste avec la redoutable Fattoumah (« la calamiteuse » première épouse de Mârouf) dont, décidément, l’écriture tendue de Rabaud rend le discours difficilement compréhensible. Enfin, au-delà des seconds rôles, excellents dans leur ensemble, on ne peut que saluer le noble sultan de , comme le vizir de , dont la sagacité causera la perte.

On se réjouit de revoir ce petit chef d’œuvre reprendre sa place au répertoire et on ne peut que conseiller aux mélomanes parisiens de se précipiter pour sa reprise salle Favart.

Crédit photographique : © Vincent Bengold

ONL1819-ResMusica728x90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.