bandeau Res Musica

Décès de Miloš Forman

Le 13 avril dernier est mort à Danbury dans le Connecticut le réalisateur , né Jan Tomáš Forman en Tchécoslovaquie en 1932. Très tôt orphelin suite à l’assassinat de son père par la Gestapo et de sa mère à Auschwitz, Forman doit quitter son pays en 1968 après le Printemps de Prague. Il passe alors rapidement par Paris, avant de s’exiler aux États-Unis, pays dont il prendra la nationalité en 1977.

Dès 1975, il se voit remettre un Oscar à Hollywood, celui du meilleur réalisateur pour Vol au-dessus d’un nid de coucou avec Jack Nicholson, puis il adapte la comédie musicale de Broadway Hair. Mais c’est avec un autre film oscarisé (huit Oscars dont celui du meilleur film) de nombreuses fois récompensé, qu’il prouvera son amour de la musique, en adaptant en 1984 Amadeus, d’après la pièce de Peter Shaffer, elle-même inspirée de la pièce de théâtre Mozart et Salieri de Pouchkine. Grâce à lui, un large public n’ayant jamais été en contact avec la musique classique découvrit la vie et la rivalité de légende des deux génies aux travers de scènes inoubliables. En revanche, la jalousie prétendue de Salieri et la rumeur de l’empoisonnement de Mozart, issues du drame de Pouchkine, donnaient une image antipathique du compositeur italien. La bande originale du film enregistrée par Sir et son ensemble l’ a été vendue à plus de 6,5 millions d’exemplaires.

Baniere-clefsResMu728-90-2b

Mots-clefs de cet article
  • Michel LONCIN

    J’estime qu’entre tout bon musicien et Milos Forman, il y aura toujours cet « Amadeus » livrant au public ignare (ou qui se refuse de faire l’effort d’en apprendre davantage !) de Mozart ce portrait caricatural au possible !!! La beauté plastique, le jeu (sensationnel !) des comédiens n’excuse pas tout … !!!

    • Pierre Dubuisson

      1° Tout « grand public » n’est pas ignare. 2° ‘Amadeus’ malgré toutes ses erreurs factuelles héritées de Pouchkine et de Peter Shaffer a fait plus pour rapprocher la musique de Mozart (d’ailleurs impeccablement jouée sur la bande son, notamment par N. Marriner et son orchestre) du « grand public » que des dizaines d’années d’animations musicales dans les écoles (malgré tout le mérite des animateurs) et que les cours de musique basés sur l’apprentissage de la flûte à bec. 3° Après avoir vu ce film, des milliers de gens sont allés au concert et à l’opéra. La transmission d’une émotion portée par de grands acteurs évoluant dans des décors superbes est essentielle.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.