tous les dossiers(1)

L’incroyable talent du trompettiste Éric Aubier

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

La trompette en France. Œuvres (environ 120) de 70 compositeurs. Éric Aubier, trompette, et nombreux artistes. 1 coffret de 15 CD Indesens. Enregistrements réalisés entre 1988 et 2017. Notice bilingue : français et anglais. Durée totale : 18:06:03

 

eric_aubierCet énorme coffret riche d’une quinzaine de CD, baptisé « La trompette en France », retrace une importante partie du répertoire abordé et défendu par avec un enthousiasme communicatif et une dextérité à couper le souffle. Son jeu souple, sobre et haletant infiltre sans faille les presque cent-vingt œuvres des soixante-dix compositeurs retenus.

Les collaborations d’Éric Aubier sont multiples et de grande qualité depuis très longtemps déjà. À l’âge de 14 ans, il intègre la classe du célèbre Maurice André au CNSM de Paris et ses dons sont bien vite reconnus. Peu après, il joue comme soliste d’orchestre à l’Opéra National de Paris. Sa carrière opère un démarrage fulgurant : il est lauréat de plusieurs concours internationaux, concertiste demandé dans le monde entier. Il participe à de nombreux festivals et se distingue aux côtés d’une multitude de musiciens fameux lors de partenariats des plus brillants ; on le retrouve lors de master classes et comme jury lors de rencontres prestigieuses. Pour autant, il ne néglige pas son rôle de pédagogue et, bien sûr, de soliste talentueux, au sein d’un immense répertoire allant du baroque aux musiques de notre temps, sans oublier les plus grands concertos du répertoire et sans oublier des participations faisant appel au jazz (Toot Suite pour trompette et trio de jazz de ) et des créateurs français insuffisamment défendus tels que , ,

Ces retrouvailles conservent leur charme indémodable. Impossible de citer chaque interprétation bien sûr, mais il y en a pour tous les goûts et toutes les esthétiques. On soulignera quelques belles rencontres, par exemple avec le Concerto de Tomasi (1948), un compositeur étonnamment négligé, avec, du même Tomasi, La Semaine sainte à Cuzco, le Tryptique et Trois Études (1955-1957) et la Suite pour trois trompettes (1965). Notables aussi les pièces d’ (né en 1947) avec son Concerto n° 1 (1973) et Que le jour est beau ! pour trompette piccolo et cordes, ou encore son interprétation de Rhapsody in Blue de Gershwin dans une transcription de toute beauté. Les pièces baroques respirent de naturel, de précision et de sonorités irréprochables tandis que les partitions contemporaines déroulent un large éventail d’expressions.

mérite d’être rejoint, écouté et apprécié pour cette somme incontournable truffée de réussites enthousiasmantes.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.