tous les dossiers(1)

Forqueray ou les tourments de l’âme, un ambitieux projet mené par Michèle Dévérité

À emporter, Actus Prod, CD, Musique de chambre et récital

Antoine Forqueray (1672-1745) et Jean-Baptiste Forqueray (1699-1782) : Première Suite en ré mineur ; Deuxième Suite en sol majeur ; Troisième Suite en ré majeur ; Quatrième Suite en sol mineur ; Cinquième Suite en ut mineur ; Manuscrit de Lille en sol majeur. Michèle Dévérité, clavecin ; Kaori Uemura, viole de gambe ; Ryo Terakado, violon ; Ricardo Rodriguez, viole de gambe ; Robert Kohnen, clavecin. 4 CDs Harmonia Mundi. Enregistré en septembre 2014 et mai 2015. Notice bilingue (anglais-français). Durée : 240:04

 

Forqueray HMSurtout connue comme membre et fondatrice avec son mari (le flûtiste Jean-Pierre Nicolas) de l’Ensemble Fitzwilliam, présente une entreprise discographique de grande envergure, l’enregistrement des cinq suites pour clavecin de , transcriptions des Pièces de viole avec la Basse Continuë de son père Antoine, publiées en 1747, soit deux ans après la disparition de ce dernier qui lui fit pourtant subir un enfance et une adolescence pour le moins difficiles.

S’ils occupent tous deux une place importante dans la musique instrumentale des XVIIe et XVIIIe siècles, la redécouverte de ces compositeurs est relativement récente (années 1970, particulièrement sous l’impulsion de la famille Kuijken, de Jordi Savall et de Gustav Leonhardt) et l’intégrale pionnière des suites interprétées au clavecin remonte à 1982, celle de Yannick Le Gaillard (Chant du Monde). Depuis, les pièces, parfois sous leurs formes originales à la viole de gambe, souvent au clavecin, sont régulièrement enregistrées. propose une intégrale de l’œuvre d’ dans l’adaptation pour clavecin de son fils avec bien sûr les pièces La Angrave, La Du Vaucel et La Morangis ou la Plissay qui seraient de la main de , insérées dans la troisième suite, mais en gardant également quelques pièces dans leurs versions initiales, pour viole et basse continue. Un choix quelque peu arbitraire qui surprend mais n’altère pas l’écoute qui soit dit en passant s’apprécie surtout en n’enchaînant pas les cinq suites d’affilée. L’écriture de Forqueray père (« quinteux, fantasque et bizarre » selon les dires d’Hubert Le Blanc) pour basse de viole, clavecin, viole en continuo favorise en effet de facto le registre medium et grave du clavecin dans les transcriptions de son fils.

Michèle Dévérité et les musiciens qui l’entourent occasionnellement, parmi lesquels celui qui fut son professeur, , maîtrisent ce répertoire, un projet longuement muri, et la claveciniste rend plutôt bien l’esprit varié des pièces qui composent ces cinq suites (grave, gracieux, tendre, majestueux, virtuose), dans des tempi assez amples et un style soigné et élégant. Les interprètes proposent en complément tout un disque de pièces dédiées aux Forqueray, où du très connu, les pièces de Jean-Philippe Rameau (ici dans une version de chambre), François Couperin et Jacques Duphly, côtoient des raretés (Josse Boutmy, Louis-Antoine Dornel, Claude-François Rameau, des pièces pour violon et clavecin de Charles-François Clément) et deux hommages que l’on doit à des élèves de Michèle Dévérité (un carillon d’Ana Giurgiu-Bondue et un tombeau de Pierre-Alain Braye-Weppe).

En bonus de ce beau coffret, Harmonia Mundi offre un cinquième disque sur lequel figure un texte lu par un comédien sociétaire de la Comédie-Française, Nicolas Lormeau, et présentant la vie des Forqueray, agrémenté d’extraits musicaux, qui n’est pas sans rappeler la collection Le Petit Ménestrel créée autrefois par Lucien Adès.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.