bandeau Res Musica

Anna Prohaska et l’Akademie für Alte Musik Berlin à Luxembourg

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital, Opéra

Luxembourg. Salle de Musique de Chambre. 7-VI-2018. William Shakespeare : « If music be the food of love » extrait de Twelfth Night ; « Farewell! God knows when we shall meet again » extrait de Romeo and Juliet ; Sonnet 18 « Shall I compare thee to a summer’s day ». Henry Purcell (1659-1695) : Fantasia upon One Note ; « Mark how readily each pliant string » extrait de Raise the Voice ; Largo de la sonate en trio en ut majeur ; « Sing, sing, ye Druids » extrait de Bonduca, or the British Heroine ; ouverture, « How blest are Shepherds », song tune, « Fairest Isle » et Chaconne extraits de King Arthur ; « O, let me forever weep » extrait de The Fairy Queen ; suite extraite de The Gordian Knot Untied ; « Oh, the Sweet Delights of Love » extrait de The Prophetess, or the History of Dioclesian ; « Music for a while » extrait de Oedipus ; « Let each gallant heart » ; « If music be the food of love ». Matthew Locke (1621-1677) et John Weldon (1676-1736) : suite extraite de The Tempest. John Dowland (1563-1626) : « Come again, Sweet Love doth Now Invite ». John Blow (1649-1708) : suite extraite de Venus and Adonis. Anna Prohaska, soprano ; Akademie für Alte Musik Berlin, direction et violon : Georg Kallweit

Anna Prohaska – «Shakespeare & Music»-15_previewAvec un ensemble confirmé et une chanteuse au style et à la technique vocale issus du romantisme allemand, c’est un mélange détonant qui nous a sorti des sentiers battus du baroque, et auquel le public luxembourgeois a fait un triomphe.

On le sait, les programmes d’Anna Prohaska sont confectionnés avec soin, raffinement et intelligence, et personne ne pourra dire que celui concocté pour son concert « Shakespeare & Music » a fait exception à la règle. Même si la période élisabéthaine est représentée par le célèbre Come again de , ce sont surtout les compositeurs de la Restauration de la monarchie de 1660, en tête, qui se taillent la part du lion. Le Barde de Stratford n’en est pas moins fort bien représenté, non seulement par les œuvres théâtrales dérivées de ses pièces (The Tempest, The Fairy Queen), mais également par la lecture du sonnet 18, récité en préambule de l’extrait de Dowland, ainsi que par celle du monologue de Juliette juste avant que cette dernière absorbe ce qu’elle croit être le poison fatal ; la transition avec « The Plaint » de The Fairy Queen fonctionne à merveille. Dans tous les passages déclamés, la jeune soprano déploie des qualités d’expression et d’élocution dignes d’une actrice shakespearienne confirmée. La lecture de l’extrait de La Nuit des rois « If music be the food of love », donnée en début de concert, annonce en filigrane le dernier numéro du programme, une des mises en musique par Purcell de ce texte magnifique entre tous, véritable célébration de la musique et de l’amour, destiné ici à fermer la boucle de ce fort astucieux programme. Choix lissés et cohérents, donc, faits de quelques raretés – notamment au niveau des pièces instrumentales, comme la suite de Venus and Adonis de Blow ou celle de The Tempest dans la version Locke/Weldon – mais également d’un certain nombre de « tubes », dont le fameux « Fairest Isle » de King Arthur, « Music for a while » d’Oedipus ou encore le sublime « They tell us » de The Indian Queen, donné en supplément de programme.

L’, dirigée par son premier violon , compte parmi les plus beaux orchestres baroques du moment. L’ensemble joue avec vigueur et entrain toutes les pièces destinées à assurer une transition aux airs. Il sait faire preuve également de recueillement et de délicatesse dans les passages plus méditatifs. On aura goûté ainsi le soyeux des cordes, le velouté des bois ainsi que, pour les morceaux plus enjoués, le dynamisme et la variété des percussions, particulièrement sollicitées pour la création d’un fond sonore destiné à rehausser les textes déclamés.

D’évidence, le chant et la musicalité d’, fondés sur des crescendi et des portamenti inhabituels pour ce genre de répertoire, sur la création de climax dramatiques quelque peu exagérés pour des pièces à la subtile rhétorique verbale et musicale, relèvent davantage d’une esthétique héritée du romantisme que des canons du baroque. Elisabeth Schwarzkopf, Rita Streich et Irmgard Seefried, les chantres de l’expression alliée à la beauté vocale, auraient-elles chanté Purcell autrement ? Le public a néanmoins fêté cette voix ferme et franche, cette assurance vocale par laquelle Dowland et Purcell sont interprétés comme s’il s’agissait de Brahms, Wolf et Strauss, avec ce sens du climat et ce même respect du texte toujours parfaitement compréhensible, coulé sans heurts dans la plasticité et la rythmique de la phrase vocale. Était-ce, avec ce bel ensemble aux sonorités chatoyantes, le mariage de la carpe et du lapin ? Peut-être…

Crédit photographique : © Alfonso Salgueiro Lora

Baniere-clefsResMu728-90-2b

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.