Pave_300x300_Resmusica

Aux confins de l’inouï avec la compositrice Pascale Criton

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Pascale Criton (née en 1954) : Bothsways pour guitare et violoncelle ; Process pour guitare, flûte, trombone, violon, violoncelle ; Steppings pour guitare, flûte, trombone, violon, violoncelle ; Pascale Criton et Deborah Walker : Chaoscaccia pour violoncelle. Didier Aschour, guitare ; Amélie Berson, flûte ; Thierry Madiot, trombone ; Silvia Tarozzi, violon ; Deborah Walker, violoncelle. 1 CD Potlatch. Enregistré à Radio-France en 2014 (Bothsways) et à La Maison de la Musique de Cap’Découverte (Le Garric) en février 2017. Durée : 41:00

 

R-10859859-1505502445-1416.jpegCompositrice et chercheuse, passionnée par la philosophie et l’ethnomusicologie, travaille dans le domaine de la microintervallie et des nuances différentielles extrêmement fines au sein de la matière sonore. Cet album monographique réunit cinq interprètes complices dont les instruments à cordes (guitare, violon, violoncelle) sont tous accordés au 1/16ᵉ de ton.

Bothsways pour violon et violoncelle a été conçu pour les Alla Brève de France-Musique. Ce sont quatre pièces courtes en solo et duo, scrutant la matière sonore dans son caractère instable et les variations infimes de ses composantes. Le spectre sonore est balayé dans Shift sous le geste fluide de la violoncelliste , engendrant une fantasmagorie de couleurs et de matières. La même virtuosité s’exerce dans Impulse où la violoniste parcourt le registre de son instrument par infimes gradations. Dans Coalescent, violon et violoncelle en fusion engendrent des sonorités quasi électroniques dans un processus à évolution lente. Animé de micro-mouvements dans Sways, les trames fragiles des violon et violoncelle oscillent, ondulent et balancent, de la couleur au bruit blanc. Steppings est une des pièces les plus radicales où nous met à l’écoute de la répétition et de ses différences. Ici, le même geste toujours recommencé fait affleurer la dimension du rituel. Sollicitant également les cinq instruments, Process nous plonge dans la vie de la matière et ses fluctuations infimes, entre bruits et sons. Le travail sur les battements entre les fréquences, au terme de la trajectoire, crée un espace de tension très expressif.

Chaoscaccia pour violoncelle (2014) qui referme l’album, en est la pièce maîtresse, par son envergure (17 minutes) et l’univers sonore qu’elle révèle. Pascale Criton l’a écrite en collaboration avec son interprète , faisant appel aux « extended microtonal techniques » dont la dimension spectaculaire, s’agissant du geste instrumental, nous échappe ici : tel ce jeu battuto de l’archet dans une première séquence très étonnante. Si l’on y retrouve la fantasmagorie des couleurs de Shift, l’exploration du spectre dans son divisionnisme extrême est menée plus avant, ainsi que le travail sur les trames et leur qualité proche de l’univers électronique. Les phénomènes acoustiques qui en résultent, sous l’effet des processus, ménagent une part d’inattendu qui confine à l’inouï.

ONL1819-ResMusica728x90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.