Angelin Preljocaj offre un double programme à La Villette

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Paris. Grande Halle de La Villette. 30-VI-2018. En coréalisation avec l’Ircam dans le cadre du festival ManiFeste – 2018. Ballet Preljocaj : Still Life et Helikopter. Chorégraphies : Angelin Preljocaj. Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch. Assistante répétitrice : Cécile Médour. Choréologue : Dany Lévêque
Still Life. Musique : alva Noto et Ryuichi Sakamoto. Création sonore : 790. Scénographie, costumes : Lorris Dumeille. Lumières : Eric Soyer. Danseurs : Baptiste Coissieu, Margaux Coucharrière, Isabel Garcia Lopez, Verity Jacobsen, Redi Shtylla, Cecilia Torres Morillo
Helikopter. Musique : Karlheinz Stockhausen, Helikopter-quartet’ interprétée par le Quatuor Arditti. Scénographie : Holger Förterer. Lumières : Patrick Riou. Costumes : Sylvia Meyniel.

Pièces miroir, Still Life et Helikopter d’ sont réunies pour une même soirée à la Grande Halle de La Villette. Au calme mélancolique de l’une répond l’intensité tonitruante de l’autre.

Still Life est la création 2017 du , qui alterne régulièrement ballets narratifs, comme Blanche-Neige également programmé pour clôturer cette saison de Danses à La Villette, et pièces plus abstraites, véritables laboratoires d’expérimentations chorégraphiques. Écrit au cordeau, le sextuor Still Life a tous les attributs d’une vanité, ces tableaux précieux du XVIIe siècle conçus pour rappeler aux mortels qu’ils allaient disparaître. Pauvre dans la première partie de la pièce, la scénographie s’enrichit d’objets emblématiques de ces « memento mori » : le crâne, le globe terrestre, le sablier… manipulés par les danseurs.

Dans cette pièce aux figures géométriques comme celles du Grand Siècle, le sextuor virtuose décline un vocabulaire néo-classique où duos et solos brillent dans un écrin noir. Ils témoignent du savoir-faire et de l’efficacité de l’écriture chorégraphique de Preljocaj, qui s’appuie de plus en plus sur des danseuses au niveau technique élevé. L’ensemble est tenu, maîtrisé et apaisant.


C’est une autre sensation avec Helikopter, pièce conçue en 2001 sur la célèbre partition de Karlheinz Stockhausen, dans l’interprétation du . L’intensité dramaturgique repose entièrement sur la musique, à l’inverse de Still Life, dont les musiques additionnelles s’apparentaient davantage à des cliquetis qu’à des notes.

Cette partition tonitruante, qui démarre avec le vrombissement des pales d’un hélicoptère, ne cesse de brouiller les pistes et de croître en intensité au fil de son déroulement. Les danseurs y pénètrent comme dans un élément liquide, fendant la plage musicale comme on le fait de l’onde. Cependant, à la revoir à la suite de Still Life, l’écriture de cette pièce très physique paraît plus confuse. L’embrasement des corps y est plus vif, mais la construction moins lisible.

Crédits photographiques : © Jean-Claude Carbonne

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.