Resmusica_728x90mm - Cello players

L’art du violon de Zhi-Jong Wang dans les concertos de Sibelius et Stravinsky

À emporter, CD, Musique symphonique

Igor Stravinsky (1882-1971) : Concerto en ré pour violon et orchestre ; Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto en ré mineur pour violon et orchestre op. 47 ; Lu Pei (né en 1959) : Drama-Beijing Opera. Zhi-Jong Wang, violon ; Philharmonia Orchestra, direction : Thomas Sanderling. 1 CD Accentus music. Enregistrement réalisé aux Studios Abbey Road, Londres, juillet 2017. Notice trilingue : français, anglais, allemand. Durée : 62:57

 

wang_sib_stravEn faisant se confronter , Igor Stravinski et , la violoniste chinoise virtuose prouve de façon méritoire l’étendue de ses facultés.

Épaulée par son Stradivarius de 1716, Wang est bien inspirée de défendre à côté du magnifique et mélodique Concerto que Sibelius écrivit en 1903 et révisa deux ans plus tard, le Concerto d’ composé trois décennies après. La différence esthétique entre les deux partitions semble particulièrement marquée et caractérise deux créateurs que tout oppose. Si le Concerto du Finlandais met en place une confrontation de type classico-romantique traditionnel, celui du Russe intègre le soliste à la masse orchestrale et propose davantage une variante de la musique de chambre. Il reste éloigné des canons orthodoxes et évite consciencieusement l’expression d’une mélancolie ou d’un tempérament ombrageux au profit d’une tension énergique, heurtée et hétérogène, entretenue de part en part. Remercions de nous refaire découvrir ce Concerto de Stravinski, aidée en cela par un très en forme sous l’autorité profitable du chef allemand (né en 1942 et fils du renommé Kurt). Un accord identique introduit chacun des quatre mouvements, Toccata, Aria I, Aria II et Finale, puis le soliste endosse le rôle de soutien dynamique sans chercher à écraser l’orchestre, mais sans renoncer non plus à multiplier ses capacités expressives. Le Concerto de Sibelius, abondamment enregistré et commenté, n’en mérite pas moins tous les éloges tant Zhi-Jong Wang, et le en maîtrisent avec dextérité tous les recoins, et enjolivent toutes les perles qu’il recèle.

Une courte œuvre du compositeur, pédagogue et violoncelliste sino-américain , intitulée Drama-Beijing Opéra, inspirée par des Fantaisies sur des airs populaires chinois, conclut ce programme, insuffisante toutefois pour se forger une opinion documentée sur son écriture.

Cette très intéressante et solide lecture de Stravinski et ce Sibelius dompté et chantant méritent certainement une écoute soigneuse.

Baniere-clefsResMu728-90-2b

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.