Archives de l’auteur : Alain Attyasse

avatar

À propos de Alain Attyasse

Ne travaillant ni dans le milieu de la musique ni dans celui de la danse, mais amené à travailler de manière permanente avec le corps de l’autre, sa réflexion l’a mené aux arts, et notamment à l’opéra et à la danse qui sont le support même de la création, et la manière dont le corps, sujet qui pourrait paraître galvaudé, interagit avec l’environnement afin de faire éclore l’innovation. Sensible tout particulièrement à la tragédie lyrique et au ballet romantique, mais sans aucune volonté de scléroser le répertoire, son action au sein de Resmusica compte servir le libre arbitre et la justesse de la réflexion.
Kaguyahime2  Credit  Charles Duprat  Opéra national de Paris

Kaguyahime à l’Opéra de Paris : vers le néoclassique

Créé en 2010 à l’Opéra de Paris, la reprise du ballet inspiré du conte japonais de la princesse lunaire Kaguyahime fait suite à l’annonce du successeur de l’actuelle directrice de la danse, Brigitte Lefèvre, qui sera à la fin de la saison 2013-2014 Benjamin Millepied. Après une série de Don Quichotte qui laisse perplexe, la nomination d’une figure de la danse néoclassique outre-Atlantique présage d’une certaine manière l’orientation que la ...
Suite Flamenca Giuseppe Manbretti - copie

Compagnie Antonio Gadès : émouvant retour aux sources

Compagnie créée quelques mois avant la mort d’Antonio Gadès, la troupe qui se produit en cette fin d’année 2012 tient à maintenir vivantes certaines des chorégraphies d’un maître du flamenco issu d’une époque révolue où danseurs pouvaient danser indistinctement de la danse traditionnelle et de la danse académique. La compagnie reste fidèle à l’esprit des ballets montés en 1968 (Suite Flamenca), 1974 (Bodas de Sangre), 1994 (Fuenteovejuna), grâce à l’impulsion ...
LES BALLETS DE NOVERRE

Ballets de Noverre à l’Opéra-Comique : un contrepoint contrasté

Le répertoire lyrique baroque connaît un renouveau depuis quelques décennies absolument considérable, et l'intérêt de recréations d'opéras du XVIIIème siècle n'a pas connu de parallèle pour les œuvres chorégraphiques de la même période. Certes, il y a quelques œuvres oubliées du XIXème siècle finissant qui connaissent une nouvelle vie sous les doigts de chorégraphes qui établissent une nouvelle partition, mais les périodes baroque et classique pâtissent encore de difficultés qui ...
chateau_versailles_spectacles-theseecjacques_verrees

Versailles: Thésée de Gossec, éclats brillants d’une partition inouïe

Quelle œuvre surprenante nous a-t-il été permis d’entendre lors de cette version de concert de l’opéra de Gossec Thésée ! Sur le livret de Philippe Quinault, originellement mis en musique par Lully, la réalisation musicale de ce compositeur que l’on connaît surtout pour ses symphonies (alors qu’il a élaboré un nombre assez mémorable d’actes dramaturgiques, même si l’on ne dénombre que deux tragédies lyriques, Sabinus et Thésée, donc), est absolument ...
9788493968618

La mort d’Abel de Rodolphe Kreutzer

Quelle œuvre a laissé Rodolphe Kreutzer en 1810, en signant La Mort d’Abel ! Œuvre assez marquante, et véritablement inclassable : ce n’est certainement plus une tragédie lyrique comme on pouvait l’entendre jusqu’à une décennie auparavant, et ce n’est pas non plus un oratorio (on verrait très mal cela représenter un épisode biblique dans un édifice religieux !), et la solennité du thème choisi n’est pas sans contraster avec les ...
Amadis de Gaule

Amadis de Gaule de Johann Christian Bach : un opéra à la vivacité retrouvée

Inspiré des romans de chevalerie, le livret d’Amadis de Gaule que Philippe Quinault composa pour Lully connut divers remaniements pour l’établissement du livret final retenu pour l’opéra que composa Jean-Chrétien Bach en 1779. L’œuvre n’eut pas le succès escompté lors de la création : elle fut jouée dans une période tourmentée de l’Académie Royale, et Jean-Chrétien Bach ne prend aucunement parti dans la bataille des gluckistes et des piccinistes. Cela se ...
La Vénitienne

La Vénitienne d’Antoine Dauvergne

La Vénitienne, créée en 1768, est une œuvre d’un genre un peu oublié dans les résurrections si nombreuses de la musique du XVIIIème siècle : la comédie lyrique. Inspiré d’un livret d’Antoine Houdar de la Motte une première fois utilisé en 1705 pour une œuvre sans succès de Michel de la Barre, l’accueil ne fut gère meilleur soixante plus tard. Aujourd’hui, l’intérêt tout particulier qu’offre l’écoute de cet opéra réside entre ...
emmanuelledenegri-bdallahlasri_vign

Pyrrhus à Versailles : une résurrection primordiale

Pyrrhus, œuvre de Joseph-Nicolas-Pancrace Royer, un compositeur plus connu pour ses pièces de clavecin que pour ses ouvrages lyriques, a été composé en 1730 sur un livret de Fermelhuis. N’ayant connu que sept représentations à cette époque, c'est avec la recréation intégrale de cette tragédie que Versailles ouvre sa saison, pratiquement trois siècles après. Force est de constater l’intérêt de cette composition dont la qualité orchestrale est assez fouillée, sans ...
actessud source

La création des costumes de la Source par Christian Lacroix

Faisant écho à la (re)création par Jean-Guillaume Bart de la Source, le Centre National du Costume de Scène et de la Scénographie organise du 16 juin au 31 décembre 2012 une exposition sur les costumes que Christian Lacroix a dessiné pour ce ballet, et que les costumières de l’Opéra de Paris ont exécutés. Un livre retrace le parcours de création de ces costumes qui sont une des réussites du ballet. ...
Manon ONP

Manon à l’Opéra de Paris : une certaine idée du répertoire

La dernière série de l’Histoire de Manon à l’Opéra de Paris date de 2003 : autant dire qu’une génération de danseurs est passée ! On ne peut donc que se féliciter de nombreuses prises de rôle. Stéphane Bullion est en tout premier lieu capable de réserver le meilleur de sa technique dans ce qu’il lui est finalement le plus approprié : Lescaut est un personnage adéquat tant par les difficultés ...
Ecole de danse de l’Opéra national de Paris ©  David Elofer

Spectacle de l’École de Danse de l’Opéra National de Paris

Le spectacle de l’Ecole de Danse de l’Opéra présente cette année un triple bill assez bien pensé dans l’esprit ; Variations ouvre la soirée, sur une chorégraphie de Violette Verdy, et sur une musique de Brahms. La facture en est clairement balanchinienne, avec un art du contrepoint chorégraphique plaisant, aucunement révolutionnaire, mais qui permet aux huit jeunes danseurs de saisir une modalité originale et rafraîchissante de pratiquer leur art. Toutefois, les ...
Myriam Ould-Braham ©  Agathe Poupeney / Opéra national de Paris

La Bayadère à l’Opéra de Paris : une reprise poussive

Il est parfois des reprises qui font planer un doute sur la légitimité de poursuivre une politique artistique qui se sclérose et s’épuise. Le dernier ballet de Noureev pour l’Opéra voit cette saison un nombre incalculable de remplaçant(e)s se blesser, les distributions être remaniées maintes et maintes fois, et malgré la nomination de deux Etoiles qui, quand bien même attendues, laissent pour le moins dubitatives (Ludmila Pagliero et Josua Hoffalt). C’est ...
Jewels_mariinski

Joyaux de Balanchine au Mariinsky: une certaine modernité

Le Théâtre du Mariinsky édite en DVD Joyaux (Jewels) de Balanchine. La particularité de cet enregistrement réside en une prise de vue assez originale mais pas forcément heureuse, pour du ballet. Utilisant fréquemment des travellings avant, l’impression est souvent donnée d’être carrément sur la scène : le spectateur devient voyeur, non pas tant de l’effort physique que de la connexion entre les danseurs. Or, la danse doit bénéficier d’un espace ...
Casse Noisette_Bolshoi_belair1

Casse-Noisette du Bolshoi : conte et vivacité

Sur la vague des retransmissions en cinéma de ses grands ballets, le Bolchoï débute une série de DVD issues de captations « sur le vif » avec un ballet emblématique et qui sort à point nommé : un Casse Noisette qui pérennise la chorégraphie de Grigorovich, après les versions des années 1980. Ce n’est pas la version la plus excitante qui soit de ce ballet ; le style est assez ...
moldavian2_paris1211 (2)

Le Ballet Igor Moïsseïev à Paris : dépaysement et authenticité

Fleuron de la danse folklorique russe, la compagnie du Ballet Moïsseïev revient en France, près de dix huit ans après leur dernière tournée et pour leur dixième visite. Composée d’une centaine de danseurs et de musiciens, elle perpétue le répertoire constitué (de pas moins de deux cents pièces !) par son créateur disparu en 2007. C’est avec beaucoup de respect qu’il faut parler de cette troupe, longtemps ambassadrice de la ...