Archives de l’auteur : Alain Attyasse

avatar

À propos de Alain Attyasse

Ne travaillant ni dans le milieu de la musique ni dans celui de la danse, mais amené à travailler de manière permanente avec le corps de l’autre, sa réflexion l’a mené aux arts, et notamment à l’opéra et à la danse qui sont le support même de la création, et la manière dont le corps, sujet qui pourrait paraître galvaudé, interagit avec l’environnement afin de faire éclore l’innovation. Sensible tout particulièrement à la tragédie lyrique et au ballet romantique, mais sans aucune volonté de scléroser le répertoire, son action au sein de Resmusica compte servir le libre arbitre et la justesse de la réflexion.
Invariable et inconstant

La Dame aux Camélias : Invariable et inconstant

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de ce ballet, que ce soit lors de chroniques de représentations ou de DVD. Le couple Ganio-Osta a déjà été éprouvé lors des séries précédentes, mais a eu, lors de ces retrouvailles, quelques difficultés à trouver ses repères. Non tant dans l’art de danser, car à ce sujet il n’y a pas grand-chose à reprocher ; Ganio est toujours d’une grande pureté, avec un ...
Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Où en est-on avec le « style » Noureev ?

Casse-Noisette Une reprise, pour les fêtes, d’un ballet qui ravit le néophyte ne doit pas faire oublier l’importance pour une compagnie internationale qu’elle a à défendre sa grandeur. Cela se traduit aussi bien par les Étoiles qui la composent que le corps de ballet qui soutient la trame du ballet. En ce qui concerne ce dernier, pour une Première, il est surprenant de constater que tout est très en place, et ...
Lumineux

Joyaux au Ballet de Paris : Lumineux

En cette matinée de la reprise de Joyaux, le Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris, bien rodé après une tournée à Montpellier et Grenoble, a été d’une qualité rare tant dans la recherche de la beauté purement esthétique que dans l’élaboration du style balanchinien. En ouverture, Émeraudes confirmait le lyrisme attachant de Mathieu Ganio, bien à l’aise dans un vocabulaire si français dans la chorégraphie, et Mlle Pujol, avec ...
L’apanage de l’Opéra National de Paris… ?

Giselle, apanage de l’Opéra National de Paris… ?

En allant voir Delphine Moussin dans la seconde représentation de la reprise du ballet prétendument phare de la Grande Boutique, il était peu prévisible de savoir ce que nous allions voir, tout en étant conscient de ce que nous n’avions plus à espérer. Mlle Moussin, au crépuscule de sa carrière, n’a pas réussi, techniquement parlant, à combler tout ce qu’il aurait été en droit d’attendre d’une Etoile de la compagnie ...
Évidence et simplicité

La fille mal gardée : évidence et simplicité

La reprise de La fille mal gardée clôt, tout comme il y a deux ans, lors de son entrée au répertoire, la saison chorégraphique 2008-2009 du Ballet de l’Opéra National de Paris. Ce ballet, facile de compréhension, et attirant toutes les sympathies est absolument adorable quant à le revoir, et c’est un réel plaisir que de retrouver les solistes déjà si appréciés auparavant ; Mlle Ould-Braham, avec sa délicatesse coutumière a ...
Prémices du geste dansant

Prémices du geste dansant

Roger Tully, célèbre pédagogue de danse en Angleterre écrivit en 2008 un manuel d’apprentissage, désormais traduit en français. A partir des pas les plus basiques et des combinaisons les plus simples, il ne s’agit pas d’un livre d’exercices comme les traités d’Enrico Cecchetti, mais de la réalisation des premières acquisitions de l’apprenti danseur, proche en cela de l’essai d’Agrippina Vaganova. Toutefois là où l’illustre danseuse créait un style, Roger Tully ...
Quand je n’ai plus d’honneur, l’honneur n’existe plus

Eugène Onéguine par John Cranko : Quand je n’ai plus d’honneur, l’honneur n’existe plus

L’Opéra National de Paris possède un nouveau ballet à son répertoire qui lui faisait jusque là cruellement défaut, Eugène Onéguine de Cranko, très présent sur les scènes européennes, qui a par ailleurs permis la consécration de deux Étoiles lors de la Première, Mathias Heymann et Isabelle Ciaravola. Le ballet est d’une construction très fouillée, et, habitué de voir Neumeier et Kylián, on en pouvait oublier leur maître à eux deux, qui ...
Renaissance des Ballets Russes

Renaissance des Ballets Russes

Une réédition du livre de Jean-Pierre Pastori sur les Ballets Russes permet de commémorer le centenaire de la naissance d’un phénomène artistique qui envahît l’Europe de manière stupéfiante. Jean-Pierre Pastori s’est attaché à une période précise, de juin 1914 à mai 1916, tumultueuse en raison de la guerre et des scissions internes à la troupe. On y retrouve l’esprit d’initiative incroyable de Diaghilev, sa foi en des évènements improbables, et ...
Violette Verdy

Violette Verdy

Florence Poudru, dont nous avions déjà parlé à l’occasion d’un livre sur Lifar, s’empare dans ce livre, nouvellement paru, de Violette Verdy. Y sont évoquées de manière chronologique et très détaillés (la danseuse a été mise à contribution pour apporter de nouvelles précisions sur certains pans de sa vie et de ses relations à ses chorégraphes fétiches) les dates importantes de ses carrières, danseuse, directrice de la danse de l’Opéra, ...
De toutes les ballerines

Ballerina de Bertrand Normand : de toutes les ballerines

Sorti auparavant au cinéma, Ballerina, désormais en DVD, est un film réalisé par Bertrand Normand s’intéressant à l’évolution des danseuses au Mariinsky. Le film évolue avec la même progression que certaines artistes connaissent, de l’École Vaganova où elles sont repérées, jusqu’au rare statut d’Étoile. Il s’agit d’un cliché simultané de plusieurs carrières qui s’entrecroisent ; on s’attarde sur la si douée Alina Somova, qui vient juste d’être engagée dans la compagnie, ...
Ceux de demain

Ceux de demain au Ballet de Paris

La soirée «Jeunes Danseurs», programmée fréquemment au Palais Garnier, a mis en valeur cette année la génération montante des danseurs masculins. On peut régulièrement se plaindre du manque de bons danseurs dans le paysage de la danse classique en France, actuellement. C’est vrai. Mais cette soirée nous a offert quelques éléments qui seront amenés à jouer un rôle important dans la compagnie, à l’avenir. En premier lieu, Marc Moreau (dans Tchaïkovski-Pas ...
Glamour et faste

Gala de Danse à Saint Pétersbourg : Glamour et faste

Le neuvième festival international de danse se terminait comme il se devait par un gala, où nombres d’Étoiles figuraient dans un programme éclectique. Nous n’avons pas été totalement convaincus de l’utilité de mettre au programme Who Cares ?, la troupe s’imprimant mal dans la mouvance jazzy qu’exige Balanchine et par dessus tout Gershwin. Évidemment, Igor Zelensky se taille la part du lion, avec une présence indéniable, remplissant le rôle masculin ...
Victorieuse

Le Lac des Cygnes au Mariinsky : Victorieuse

Fer de lance du Mariinsky, le Lac des Cygnes proposé dans le cadre du festival international annuel s’est révélé assez décevant. Le corps de ballet fut tout juste correct, et l’on est surpris de nombreuses fois de constater des décalages entre les différents groupes qui manifestement ne cherchent pas la même cohésion en tous points, en tout instant. Ce défaut serait moindre si un quelconque aspect concerné avait été utilisé ; ...
Reconstruction ?

Le Corsaire : reconstruction ?

La création artistique à Saint-Pétersbourg est d’une surprenante vitalité ; au Mariinsky, on y crée un nouveau Cheval Bossu, une nouvelle version du Corsaire est montée au Mikhaïlovsky. Farukh Ruzimatov a repris le ballet de Mazilier, pour en présenter une version raccourcie (une heure trente seulement…) et peu opérante dans l’action. Le ballet est noué et dénoué si rapidement qu’en naît une certaine frustration liée à la quasi absence d’intrigue au second ...
Vers un nouveau genre ?

Le Petit Cheval Bossu, vers un nouveau genre ?

Que le télescopage et la diversité des troupes classiques en Russie créent nombre d’occasions cocasses ! En une semaine ont lieu pas moins de trois (re)créations (Coppélia, le Petit Cheval Bossu, le Corsaire) dans trois théâtres différents (Bolchoï, Mariinsky, Mikhaïlovsky) avec des chorégraphes (Ratmansky, Vikharev, Ruzimatov), officiant dans l’un ou l’autre, et reprenant des ballets dans les théâtres qui n’avaient pas cette œuvre dans la même forme à leur répertoire. Le Petit ...