Archives de l’auteur : Charlotte Loriot

Photo Pascal Ledhervouet_M.Lécroart

A Bastia, un Don Giovanni débordant de vie et d’inventivité

Après une joyeuse Cambiale di matrimonio de Rossini en 2010, c’est cette fois Mozart qui a réjoui la salle - entièrement refaite entre temps. Cette soirée était un nouveau jalon pour asseoir en Corse une saison lyrique, objectif soutenu par L’Ensemble instrumental de Corse et par quelques élus locaux. Le rideau se lève sur un plateau sobrement décoré, sur lequel va se déployer une mise en scène inventive tout au long ...
Vincent Delhoume (Matteo Borsa), Alexande Duhame (Ceprano), Florian Sempey (Marullo) & Zelko Lucic (Rigoletto) © Opéra national de Paris / Christian Leiber

Un Rigoletto dans la tradition, en clair-obscur

Cette première de Rigoletto est une reprise de la production de Jérôme Savary, plusieurs fois rodée sur la scène de Bastille, avec une nouvelle distribution. Massif et imposant, le décor tournant assure une unité aux trois actes : tout de pierres apparentes fissurées, décoré par de discrètes fresques, les mûrs en sont décrépis, rongés à l’image de la corruption qui mine la cour de Mantoue. Sans être novateur, ce parti-pris monumental ...
Chabrier_arion

Chabrier, des opérettes fraîches et légères

Ce disque est la réédition d’un enregistrement sorti en 1998 chez Arion, et il est aisé de comprendre pourquoi le label renouvelle l’expérience : la musique est délicieuse, l’écoute fort agréable. Loin des clichés souvent associés à l’opérette, cette musique légère sait également se faire profonde. Deux premières mondiales figurent aux côtés d’Une éducation manquée, plus souvent donnée : ce sont les opérettes Fisch-Ton-Kan et Vaucochard et Fils 1er, toutes deux composées sur ...
liszt_dolcevolta

Claire Chevallier, au plus près de Liszt

Parmi toutes les productions qui marquent l’année Liszt et commémorent le bicentenaire de sa naissance, le disque de Claire Chevallier mérite une attention particulière. Son programme éclectique introduit des climats qui contrastent et s’entrechoquent, du plus virtuose au plus religieux, à l’image des multiples facettes du compositeur. On ne peut que louer l’agencement du disque, qui témoigne d’une ardeur et d’un goût pour un répertoire lisztien assez personnel. La succession des ...
Abbaye de Clairvaux © Christian Perlot

Clairvaux, un festival d’espoir humain et artistique

La huitième édition du festival de Clairvaux, comme les précédentes, s’est inscrite au sein d’un projet culturel et humain. À l’initiative de sa directrice artistique Anne-Marie Sallé, le festival s’appuie sur l’histoire du lieu, qui mêle silence monastique et univers pénitentiaire – les locaux étant partagés entre les ministères de la Culture et de la Justice. Dans cet espace de sérénité, le spectateur est frappé par la beauté des bâtiments, ...
chabotterie_2011

Hommage musical à Molière et au rire français à La Chabotterie

Une fois passés les champs de maïs, puis d’élégantes bâtisses entourées d’un charmant jardin, nous voici dans la cour d’honneur du logis, un cadre fort agréable. Ce n’est pas un simple concert-spectacle, mais aussi une atmosphère, un lieu accessible avec un nombre de places – toutes occupées – de dimension humaine. Rien de guindé, simplement de la bonne humeur. Ce cadre est en outre propice à des jeux de scène, ...
Des enregistrements radio du Met enfin sur CD !

Des enregistrements radio du Met enfin sur CD !

Le label Sony s’est lancé dans la réédition d’enregistrements jusqu’alors inédits des années 1940 à 1960 : des retransmissions radiophoniques des samedis après-midi du Metropolitan Opera ont été retravaillées et gravées à partir des archives sonores originales. La qualité sonore des sources n’étant pas irréprochable, il subsiste un léger bruit de fond en dépit d’un travail soigneux des ingénieurs et acousticiens, mais il participe à l’immersion dans un passé musical, avec ...
D’un Tchaïkovski brillant aux rêveries d’Harold

D’un Tchaïkovski brillant aux rêveries d’Harold

Les premières pages du Concerto de Tchaïkovski ont installé d’emblée une atmosphère énergique et vigoureuse. Paavo Järvi a su conserver une sonorité ample jusque dans les éclats ou climax orchestraux, avec une plénitude rare. Il a laissé s’épanouir chaque individualité dans l’orchestre, sans nuire en rien à l’homogénéité. Denis Matsuev quant à lui a tout de suite imposé sa «patte» : son entrée n’est pas passée inaperçue, avec les couleurs brillantes ...
Joie et bonne humeur pour ouvrir une saison lyrique

La Cambiale di matrimonio de Rossini à Bastia

Joie et bonne humeur pour ouvrir une saison lyrique C’est avec La Cambiale di matrimonio (Le Contrat de mariage) que s’est ouverte la saison du Théâtre municipal de Bastia. L’intrigue est simple et légère, comme il convient pour un petit opéra bouffe en un acte : un père désire donner sa fille en mariage à un riche Canadien, marché rentable qui lui permettrait de rembourser ses dettes, mais… la jeune femme a ...
Laurence Equilbey

Une Enfance du Christ douce et intime par Laurence Equilbey

À l’origine, L’Enfance du Christ est une supercherie du malicieux Hector Berlioz, qui présenta l’Adieu des bergers comme l’ouvrage miraculeusement retrouvé d’un maître de musique du XVIIe siècle, l’obscur Pierre Ducré. Berlioz intégra en conséquence à son langage des archaïsmes, colorations modales et références diffuses aux temps révolus. Éclectique, l’œuvre est atypique dans la production berliozienne et contraste avec d’autres compositions plus sonores. Elle mêle moments dramatiques et sections recueillies, ...
ricercar_bach_foccroulle

L’art de Bernard Foccroulle pour Bach

Bernard Foccroulle est devenu un intime de la musique de Johann Sebastian Bach, comme l’a illustré récemment son intégrale de l’œuvre pour orgue du maître allemand, un des sommets de la musique enregistrée. L’Art de la fugue n’a pas été inclus dans cette intégrale car l’assignation instrumentale demeure controversée : il ne s’agirait pas de pages destinées spécifiquement à l’orgue. Bernard Foccroulle a néanmoins poursuivi son travail de recherche et de familiarisation ...
Jeune mais déjà historique ?

Scipione par Les Talens Lyriques, jeune mais déjà historique ?

L’ensemble Les Talens Lyriques, fondé et dirigé par Christophe Rousset, se consacre à l’exécution sur instruments d’époque d’un répertoire varié, des chefs-d’œuvre baroques aux compositeurs oubliés. Leur considérable discographie compte autant de succès, parmi lesquels Scipione, enregistré en 1993 et rapidement devenu introuvable. Il s’agissait de leur première intégrale lyrique, dans le cadre du Festival de Beaune, mais aussi d’une première de la version originale – après quelques exécutions incomplètes, ...
Argerich et Chopin : un mémorable Concours de Varsovie

Argerich et Chopin : un mémorable Concours de Varsovie

On ne présente plus Martha Argerich et jusqu’à une date récente, on pensait avoir recensé l’intégralité de ses enregistrements. Mais pour notre bonheur, des œuvres de Chopin sous les doigts de la jeune lauréate du septième concours de Varsovie en 1965 viennent d’être exhumées des archives de radios allemandes ! Cette année-là, elle avait provoqué un enthousiasme unanime, dans le jury comme au sein du public. Les producteurs de disques s’étaient ...
Un Berlioz sage

Un Berlioz sage par Jos van Immerseel

Les musiciens d’Anima Eterna Brugge, dirigés par Jos van Immerseel, ont effectué un véritable travail d’interprétation à partir des Mémoires d'Hector Berlioz et de son Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes. Le souci d’exactitude instrumentale est visible, le résultat du travail audible. Le choix de remplacer les cloches par des pianos dans le Songe d’une nuit de Sabbat pourrait toutefois être discuté : les pianos étaient un pis-aller prévu par Berlioz ...
Stravinsky et Bruckner fort bien dirigés

Stravinsky et Bruckner fort bien dirigés par Herbert Blomstedt

Les harmonies savoureusement sèches, aigres ou stridentes du Stravinsky néo-classique ont ouvert le concert avec bonheur. Le pianiste Olli Mustonen en a fait ressortir le côté ludique et pince-sans-rire, tout en restant engagé et même tendre dans les premières pages du Largo central. Les phrasés expressifs des bois qui lui répondaient ont fait honneur à l’orchestre, juxtaposés à des sections massives et à des progressions rythmiques typiques du compositeur. La ...
Du Vivaldi libre et vibrant au violoncelle

Du Vivaldi libre et vibrant au violoncelle de Roel Dieltiens

Dès les premières notes des Sonates d'Antonio Vivaldi, on ne peut qu’être saisi par la chaude couleur et la plénitude sonore du violoncelle de Roel Dieltiens. Les musiciens ont travaillé sur les pratiques musicales de l’époque, tout en conservant une interprétation libre et vécue. Le disque n’est pas une démonstration de virtuosité, même si certaines pages exigent une vélocité et une adresse d’ailleurs parfaitement maîtrisées. L’énergie pétulante caractéristique de Vivaldi ...
De l’orgue symphonique

De l’orgue symphonique

Joris Verdin réalise ici le premier enregistrement intégral des versions originales des Symphonies op. 13 de Charles-Marie Widor. Il les exécute, de surcroît, sur un orgue Cavaillé-Coll, comme celui sur lequel jouait le compositeur à l’Église Saint-Sulpice. La première version de ces symphonies a été achevée par Widor en 1872, à l’âge de 28 ans ; des développements formels et motiviques apparaîtront ultérieurement. Comparées à leur aspect définitif, elles se caractérisent par ...
Satie, Debussy, Ravel et Liszt pour piano quatre mains

Satie, Debussy, Ravel et Liszt pour piano quatre mains

Le programme de cet album, soigneusement construit par les pianistes du Duo Carrière, est conçu comme une vaste symphonie avec une entrée animée (Satie), une partie centrale rêvée (Ravel et Debussy) et un finale brillant (Liszt). Le déroulement du disque témoigne d’une louable volonté d’homogénéité : les compositeurs ont été choisis pour leur « affinité de pensée et de style avec Ravel ». Les premières plages commencent gaiement : Satie est animé d’une joyeuse vitalité ...
Le vent de la transcription dans les concertos de Bach

Le vent de la transcription dans les concertos de Bach

Johann Sebastian Bach fut le premier à remanier ses propres partitions, utilisant et transposant des thèmes de compositions antérieures afin de construire de nouvelles œuvres. C’est dans cette logique que s’inscrit le disque, conçu et dirigé par le bassoniste Sergio Azzolini. Chacun des concertos enregistré est reconstitué à partir d’extraits de cantates ou d’autres partitions ; le point de départ est constitué par les pages conservées des concertos pour instruments à ...
Belles rééditions à l’occasion des 30 ans des Arts Florissants

Belles rééditions à l’occasion des 30 ans des Arts Florissants

Les Arts Florissants fêtent cette année leurs trente ans. Au cours de ces trois décennies, ils ont réhabilité une musique longtemps oubliée, celle des compositeurs français de l’âge baroque. William Christie ne s’est pas contenté de faire revivre cette musique : il a cherché à lui redonner ses couleurs d’origine, en travaillant avec des instruments anciens, dans le cadre d’une démarche historique. En rééditant des disques parus dans les années 1980 ...
Bach à Saint-Louis en l’Île avec Benjamin Alard

Bach à Saint-Louis en l’Île avec Benjamin Alard

Le jeune et brillant organiste Benjamin Alard se confronte ici à un monument. En dépit de leur apparente simplicité, les Sonates de Jean-Sébastien Bach comptent parmi les plus difficiles du répertoire. Chacune des trois voix doit pouvoir chanter de manière autonome par rapport aux deux autres ; chacune est individualisée au sein d’un contrepoint savant, créant une polyphonie riche et expressive. Comment Benjamin Alard parvient-il à se distinguer, après tant de ...
Hervé Niquet dirige une tragédie lyrique

Hervé Niquet dirige Andromaque, tragédie lyrique de Grétry

Le concert de ce dimanche, consacré à Grétry, n’était nullement une initiative isolée. Il s’inscrivait dans le cadre des «Grandes Journées Grétry, Musicien de Marie-Antoinette». Chaque année, le Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV) consacre ses «Grandes journées» à un compositeur clé de la musique française ancienne. Si le répertoire français oublié du XVIIIe siècle et du XIXe siècle sort de l’oubli, Hervé Niquet et le Concert Spirituel y ...
Une nouvelle Création de Sir Colin Davis

Une nouvelle Création de Sir Colin Davis

Sir Colin Davis parvient dans cet enregistrement à nous communiquer la joie, la foi et l’enchantement propre à cet oratorio, qui ne relate rien moins que les six jours de la Création et les plaisir d’Adam et de Eve au jardin d’Eden. L’orchestre est précis, dynamique, électrisé sous la baguette de son chef. Les chœurs sont impliqués, ciselés, notamment dans les pages fuguées, hommages de Joseph Haydn à Haendel. Le ...
Mozart par Leon Fleisher : grâce et aisance

Mozart par Leon Fleisher : grâce et aisance

Leon Fleisher a retrouvé l’usage de sa main droite, après avoir pendant longtemps souffert d’une paralysie : nous l’entendons avec bonheur dans un nouveau disque consacré à Mozart. On est frappé de prime abord par l’attention portée aux notes accentuées, aux respirations, et à la manière dont sont introduits élans et soupirs impalpables. Leon Fleisher ne se départit pas d’une grâce qui lui semble naturelle, qu’il s’agisse de gammes limpides ou ...
Beethoven au fortepiano

Beethoven au fortepiano

Saluons d’emblée l’important travail de recherche et les patientes campagnes de restauration qui ont été menées sur le fortepiano, sans lesquels ce disque n’aurait pas vu le jour. Les études sur l’interprétation de Natalia Valentin n’ont pas été inutiles, bien au contraire : elles nous permettent de découvrir de nouvelles facettes de la musique de Beethoven. Natalia Valentin porte un regard neuf sur cette musique, servie par la sonorité perlée et vivifiante ...
Un petit opera buffa tout en vivacité

Un petit opera buffa tout en vivacité

Après plusieurs enregistrements de Donizetti, Bruno Rigacci vient de graver un disque consacré à Giovanni Paisiello et à son opéra Gli Astrologi immaginari, créé en 1779 à Saint-Pétersbourg. Cet opera buffa, sans prétention et sans grands moyens (quatre chanteurs), suit un canevas plutôt éculé : Giuliano se fait passer pour un grand philosophe auprès du vieil aristocrate Petronio, afin de pouvoir obtenir la main de sa fille Clarice. Mais l’intrigue n’est ...
De Berlioz à Stylianou, une belle compilation de musique de chambre

De Berlioz à Stylianou, une belle compilation de musique de chambre

La géométrie variable de l’Ensemble Pyxis, constitué en 2002, lui permet de proposer plusieurs combinaisons musicales au sein du même CD. Les quatre instrumentistes sont réunis dans les Chansons Madécasses de Ravel et dans celles de Constantinos Stylianou, qui s’insèrent entre des pièces pour flûte et piano (Frank Martin), voix et piano (Berlioz), ou flûte, violoncelle et piano (Gabriel Pierné). Les plages s’enchaînent avec cohérence, formant un tout varié et ...
Frescobaldi et le « style nouveau », du clavecin à l’orgue

Frescobaldi et le « style nouveau », du clavecin à l’orgue

Jean-Marc Aymes, considéré comme l’un des clavecinistes les plus brillants de sa génération, poursuit avec ce CD l’intégrale de la musique pour clavecin de Girolamo Frescobaldi chez Ligia Digital. Qu’il s’agisse des Toccatas, des Canzonas ou encore des Gagliarda, on est ébloui par son humilité, sa clarté et son inspiration. Le Secondo Libro di Toccate est caractéristique de la «nouvelle manière» : l’accent est mis sur la pertinence des affects et sur ...
L’orchestre de l’opéra mis à l’honneur dans un répertoire symphonique

Arabella Steinbacher, l’orchestre de l’opéra mis à l’honneur dans un répertoire symphonique

Fin de saison symphonique pour l’Orchestre de l’Opéra de Paris qui retrouve l’un des fidèles amis de Gérard Mortier et du public parisien : Christoph von Dohnányi. L’Offertorium de Sofia Gubaidulina, créé en 1980, est dédié à Gidon Kremer qui en a assuré la création et laissé un enregistrement majeur (avec Charles Dutoit pour DGG). L’instrumentation à la manière de Webern, qui emploie une large palette de couleurs, est à la fois ...
Haydn et la trompette

Haydn et la trompette d’Alison Balsom

Les percussions colorées de la Symphonie «Militaire» de Haydn évoquent la musique des janissaires. Cette symphonie qui ouvrait ce concert s’inscrit dans la vogue des turqueries du XVIIIe siècle, à laquelle ont sacrifié aussi Mozart et plus tard Weber. Les percussionnistes de l’Orchestre de Paris étaient donc à l’honneur ce soir, notamment à la fin de l’Allegretto qui fit résonner toute une «ferraille» turco-militaire, avec triangle, cymbales, grosse caisse et ...