Archives de l’auteur : Jean-Charles Hoffelé

schubert janssons br klassik

Mariss Jansons se fourvoie chez Schubert

Mahler, puis Bruckner, enfin Schubert. L’étrange voyage à rebours de Mariss Jansons dans l’histoire de la Symphonie autrichienne atteindrait-elle à son point de non retour ? Le tempo tranquille de l’Andante, ses phrasés dosés, l’élan assez Mendelssohn de l’Allegro ma non troppo, tout cela augure assez mal d’une symphonie qu’on voudrait fidèle à son qualificatif : Grande, par l’ampleur, par la forme, par le ton. Ici elle n’est pas même élancée, jouée dans un ...
gina-bachauer-the-rare-recordings-4cds-fbft

Gina Bachauer ou l’art français d’une pianiste grecque

« Gina Bachauer, the rare recordings » ? Voire. La plupart auront déjà paru en CD, des albums célébrissimes pour Mercury - son impétueux diptyque Empereur de Beethoven-Deuxième de Brahms mené avec rigueur par Stanislaw Skrowaczewski – aux sessions londoniennes pour His Master’s Voice, en effet peu distribuées jusqu’à 2007 lorsque EMI Classics les réédita dans un double album de sa collection « Les Rarissimes ». Profil ajoute les gravures de 1949 – transcendante Toccata, Adagio et ...
heras-casado debussy hm

Debussy en son Martyre par Pablo Heras-Casado

Postmoderne La Mer selon Pablo Heras-Casado ? Et le Martyre, d'un érotisme morbide ? Les voluptés mesurées du Philharmonia Orchestra lui donnent en tous cas un espace sonore lustré, quelque chose de parfait et d’un rien glacé qui déboussolera les admirateurs de Munch, ou ceux de Toscanini : beaucoup de couleurs mais froides, des pleins et des déliés très Matisse, une Mer plus dessinée que peinte qui laisse voir les secrets de l’orchestre debussyste et ...
joseph_keilberth_profil

Josef Keilberth et le romantisme germanique, une adéquation parfaite

Double célébration : on fête le cent-dixième anniversaire de la naissance de Joseph Keilberth (né le 19 avril 1908) et l’on pleure les cinquante ans de sa mort le 10 juillet 1968 lorsqu’il s’effondra dans la fosse de l’Opéra de Munich durant le deuxième acte de Tristan und Isolde. À soixante ans, un interprète majeur du grand répertoire germanique disparaissait au sommet de son art qui s’était pleinement réalisé dans une ardente ...
HMM90237576

Les Tréteaux de Couperin par Bertrand Cuiller

Bertrand Cuiller ouvre la boîte de Pandore des Livres de Clavecin de François Couperin. Malgré le 350e anniversaire de François Couperin cette année, ni l’intégrale de Blandine Verlet (Astrée-Naïve) ni celle de Scott Ross au Château d’Assas (Still) ne reparaîtront, jalons pourtant essentiels d’une discographie pas si abondante que cela. Le premier « intégraliste », qui avait reçu les secrets de Wanda Landowska, Ruggero Gerlin, avait pourtant donné le ton dans son somptueux ...
debussy melnikov hm

Le Debussy d’Alexander Melnikov trahi par Érard

Alexander Melnikov aborde Debussy sur piano historique : pourquoi ? Les pianos historiques, les Érard, les Pleyel, ceux que Debussy toucha de ses mains de faune, conviennent à son imaginaire sonore. Mieux : ils l’auront formé. Mystère, le Érard circa 1885 que joue ici Alexander Melnikov et qu’il a expressément choisi parmi sa collection, avec ses registres dépareillés et son clavier abrupt, ne parvient pas à rendre la poétique du deuxième ...
goldberg ares hm

Les Variations Goldberg par Diego Ares

Deux albums Soler, un voyage chez Scarlatti pensé pour surprendre (et qui fit mouche), voici Diego Ares échappé de son Espagne pour tenter l’expérience des Variations Goldberg. Virtuose, il l’est assurément et l’a prouvé dans ses trois premiers disques. Devant la grande architecture de ce jardin nocturne que sont les Goldberg il a la sagesse de laisser sa fougue à la porte du studio d’enregistrement. Les micros élégants de Sébastien Chorion, ...
Gieseking - Mozart profil

Walter Gieseking, un voyage chez Mozart

Tout le piano solo de Mozart ! Personne, pas même Lili Kraus, ne l'avait osé, Walter Legge le voulait absolument, l'heureux élu serait Walter Gieseking. La parution à l'automne 1955 de l'imposant album microsillon fit grand bruit, l'objet était superbe, coffret toilé d'une rayonne bleu marine, pas une critique ne fusa. Mais une légende tenace aura entaché l'album a posteriori : Gieseklng aurait pris quelques libertés avec les textes, sacrilège fictif que deux ...