Archives de l’auteur : Joelle Farenc

avatar

À propos de Joelle Farenc

Originaire de Savoie, Joëlle Farenc a d’abord fait des études de piano au Conservatoire de Chambéry. Elle a ensuite préparé à Paris le professorat d’éducation musicale et a exercé en tant que professeur certifiée, puis plus tard agrégée, après avoir rédigé un mémoire de maîtrise sur les opéras de Jean-Philippe Rameau. Elle a enseigné d’abord dans la Marne, puis pendant trente ans au lycée et au collège Carnot de Dijon, en particulier dans les classes musicales du lycée, et a fait partie de l’équipe qui, au cours de cette période, a dirigé la chorale Voix Amies et l’orchestre de cet établissement. Elle chante désormais dans un petit groupe de musiciens amateurs dijonnais et collabore à ResMusica depuis octobre 2006. Elle s’intéresse à la bonne musique et à l’art sous toutes ses formes, avec une petite préférence pour la musique vocale, en particulier celle du baroque et du romantisme.
lanabel_dijon11

La compagnie Lanabel à Dijon

Vouloir allier les effets vidéo , le mouvement et la plasticité des musiciens sur scène n’est pas en soi très nouveau, mais il a été prouvé que cela pouvait produire des effets poétiques assez séduisants pour favoriser des voyages imaginaires : là, l’aventure ne semble pas être au rendez-vous. De superbes pièces, courtes au demeurant, illustrent la chorégraphie et leur interprétation vaut à elle seules le déplacement : les deux instruments ...
pascal_amoyel

Anima Eterna sans éclat. Thomas Bauer et Pascal Amoyel exceptionnels

Les deux légendes écrites pour piano ne sont sans doute pas les meilleures transcriptions que Liszt a opérées pour l’orchestre ; en effet, celles-ci insistent d’une manière un peu trop conventionnelle sur les oppositions entre Nature et Foi, entre révélation et ignorance. L’orchestre Anima Eterna Brugge n’a pas ressenti le souffle sacré qui est sensé parcourir ces deux œuvres qui sont par ailleurs d’une naïveté touchante : les oiseaux, interlocuteurs ...
Zoltán Kocsis © Zsuzsa Pető

Quatre pas de danse avec Zoltán Kocsis

Chatoyant, dynamique, raffiné, coloré, piquant, humoristique, typique, revisité : cette avalanche d’adjectifs convient tout à fait à un programme dont l’interprétation par l’Orchestre Philharmonique de Hongrie est un gage d’authenticité ; ce voyage musical guidé par quatre musiciens sentimentalement attachés à l’Europe centrale a le goût épicé du paprika et des brochettes tsiganes. On a admiré une programmation qui nous met en bouche avec les inévitables Danses hongroises de Johannes ...
agrippina_haendel

Agripina de Haendel à Dijon

Comment ne pas être saisi d’emblée par la modernité et par la multiplicité des thèmes abordés dans l’opéra Agrippina ? Le livret de Vincenzo Grimani brasse allègrement les problèmes liés au domaine politique tels que la corruption, le populisme, le mensonge lié à l’ambition, avec le sentiment maternel possessif, avec la concupiscence et aussi avec l’expression de l’amour « traditionnel ». Ce mixage s’opère dans le cynisme le plus réjouissant et ...
brahms_dijon0611_vign

Brahms à la tzigane

Les rapports étroits que Brahms a entretenus avec la musique populaire apparaissent clairement dans les œuvres de musique de chambre interprétées dans ce concert de 20 heures, et préparent donc astucieusement la plongée dans « la nuit tzigane » qui s’enchaine avec celui-ci. Les deux lieder du compositeur allemand, présentés en début de spectacle, sont comme une sorte de mise en bouche qui donne le goût romantique de la suite ...
Ptolémée, dégage !

Ptolémée, dégage !

Le Concert d’Astrée Virtuosité et sensibilité, voilà deux termes qui pourraient convenir pour qualifier l’atmosphère de ce concert dédié à l’un des opéras les plus connus de Georg Friedrich Haendel, auteur dont semble s’être éprise Emmanuelle Haïm : en effet, c’est elle qui nous a fait connaître Orlando cette saison. Le Concert d’Astrée est toujours aussi efficace dans la dynamique baroque : les nuances et le phrasé en sont toujours aussi élégants. Les soli ...
Du Golgotha vers la paix

Du Golgotha vers la paix

Concerto Köln / RIAS Kammerchor Première journée de la «Bachfest» 2011 qui s’étale sur tout le weekend, cette version germanique de la monumentale Passion selon saint Matthieu atteint sans aucun doute à une sorte de perfection : la vision globale de l’œuvre du chef Hans-Christoph Rademann, la sonorité de l’orchestre, l’homogénéité de l’ensemble des solistes, la spontanéité des interventions chorales, tout concourt à donner cette impression d’évidence à la musique, et donc ...
Un modèle pour l’Europe des Nations

Un modèle pour l’Europe des Nations

Chamber Orchestra of Europe Quelle classe, la prestation de l’Orchestre de Chambre d’Europe ! Quel métier, quelle musicalité partagée visiblement sans rancœurs, sans chichis, avec une complicité évidente ! Il est vrai que transparaît chez tous ses membres une totale maîtrise de l’instrument qui permet la dynamique et la nervosité de l’orchestre, et notamment la synchronisation parfaite de l’archet sur les cordes… Du grand art, à consommer sans modération. Le Chamber Orchestra, associé à ...
Contes et légendes

Angelika Kirchschlager et le Kammerorchester Basel : Contes et légendes

Fragments de l’épopée nordique du Kalevala, mythe de Tristan et Yseult, aventures légendaires de Peer Gynt : le fil conducteur de la soirée, c’est le conte, et c’est bien l’enchantement ! Les trois pièces au programme réussissent à nous entrainer dans un monde magique de volupté sonore grâce à la présence d’Angelika Kirchschlager et au travail soigné de Kristjan Järvi et de l’orchestre de Bâle : bravo, on en redemande… Cet ensemble instrumental de ...
Qu’on leur coupe la tête !

Turandot de Busoni : Qu’on leur coupe la tête !

Loin des habitudes, des opéras italiens ou allemands battus et rebattus, voici une production locale pleine d’audaces. Le choix de mettre en parallèle cette œuvre d’un auteur oublié avec des pièces théâtrales de Gozzi jouées l’an dernier à Dijon montre un certain souci pédagogique de la part des programmateurs, et il fallait aussi une certaine audace pour monter un opéra du XXe siècle, et pour exhumer un compositeur dont on ...
Essai transformé

Essai transformé

Orchestre Dijon-Bourgogne Surprenante, l’adaptation pour orchestre de chambre de ces cycles de lieder que l’on a l’habitude d’écouter avec le poids de l’orchestre, même si celui-ci est employé avec parcimonie par Gustav Mahler… Pari tenu par David Walter, hautboïste de formation et arrangeur confirmé, pour les Rückert Lieder, et qui suit ainsi les traces d’Arnold Schönberg. On trouve dans les poèmes de Friedrich Rückert (1788-1866) tour à tour le thème de la ...
Musica eterna

Musica eterna

Anima Eterna Brugge Les premières notes de Siegfried Idyll résonnent, et déjà nous sommes transportés dans un univers sonore inconnu : qu’est-ce qui produit ces sensations nouvelles à l’audition de ce répertoire romantique pourtant si souvent interprété ? Le travail effectué par Jos van Immerseel et l’orchestre Anima Eterna porte ses fruits en suscitant une nouvelle approche stylistique des œuvres, mais sans en oublier l’impact émotionnel, qui est l’essentiel de la Musique. L’effectif réduit de ...
Coup de grisou

Salves de Maguy Marin : coup de grisou

L’immense scène de l’auditorium est transformée en une boite de couleur gris-fer pour servir de cadre afin que, (citons Hannah Arendt et le programme)»l’homme ouvre par sa présence une brèche dans le continuum du temps entre passé et futur»… Maguy Marin va proposer une vision noire de la condition humaine, qui correspond, pour elle, à ce qu’on appelle vulgairement une vallée de larmes : les sept danseurs entrent tour à tour ...
Lumières et ombres

Lumières et ombres

Orchestre Dijon Bourgogne Cette soirée offre suffisamment d’émotions contrastées pour que n’importe quel auditeur y trouve son miel. L’orchestre Dijon-Bourgogne, sous la baguette efficace de son directeur musical Pascal Verrot, s’adapte d’ailleurs fort bien aux climats que demandent ces partitions de styles et d’époques si divers. Lumen II est une œuvre sans prétention qui utilise avec habileté les possibilités des cordes dans l’aigu pour évoquer le titre : on pense alors à des ...
Sans surprises

Sans surprises

C’est un plaisir d’aller au concert pour y savourer des œuvres connues du répertoire romantique : on espère ainsi avoir l’impression de retrouver ses émois de jeune mélomane avide de sentimentalité, sans doute… Le Concerto pour piano de Grieg offre en effet toute la palette de contrastes nécessaires pour évoquer les affects qui «touchent l’âme», et Jean-Yves Thibaudet possède dans son jeu des ressources assez variées pour combler un public qui ne ...
Paradoxes

Manta de Héla Fattoumi : Paradoxes

Evoquer la question du port du voile islamique sur une scène par la seule présence d’une femme pendant plus d’une heure, il faut oser le faire. C’est à la danseuse Héla Fattoumi que l’on doit la réalisation de ce pari qui pose des foules de questions sur ce problème à la fois sociétal, religieux, personnel et aussi féministe. Eric Lamoureux, son complice depuis vingt ans, et elle-même méritent «un coup ...
Maladie d’amour

Orlando de Haendel, maladie d’amour

Il suffit d’observer le rideau de scène baissé pendant que l’orchestre joue l’ouverture à la française pour être averti de ce que l’on va entendre : des fêtes galantes, peintes à la manière de Watteau ou de Lancret, laissent présager des histoires d’amour légères et cruelles teintées subtilement de mélancolie. Pourtant des mufles d’animaux sauvages étranges sortent des bosquets, et ces créatures fantastiques ne manquent pas de nous inquiéter quelque peu. ...
Vus du nord

Anne Sofie von Otter : Vus du nord

La cantatrice suédoise est de retour à Dijon, cette fois-ci dans un répertoire baroque axé sur les œuvres de Bach et Haendel ; les pièces choisies ont été composées dans un laps de temps relativement court, une vingtaine d’années, et il devient donc intéressant d’observer les similitudes, mais aussi les différences qui existent entre deux compositeurs contemporains. A chacun sa spécialité : le cantor de Leipzig excelle dans l’expression de la musique ...
Une affaire de famille

Une affaire de famille

Les Dissonances On parle beaucoup de l’Amérique en ce moment à Dijon : les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, le concert des Dissonances… Ce dernier prétend donner un aperçu de la culture musicale d’outre-Atlantique en choisissant trois aspects bien différents de celle-ci : en premier, le côté sentimental, ensuite l’aspect contestataire des années soixante dix, et enfin le témoignage de l’assimilation de la culture européenne assaisonnée au ketchup. Pourquoi pas ? L’Adagio de Samuel Barber ...
Liszt : sons et couleurs

Liszt : sons et couleurs

Hermann Editions Cet « essai » imposant éclaire d’une façon incontestable l’œuvre du musicien hongrois qui, né en 1811, sera célébré avec l’éclat qu’il mérite l’an prochain. Après avoir évoqué la querelle qui opposa les « Brahmines » (terme ironique dont on retrouve l’écho dans Romain Rolland), épaulés par le critique d’art Hanslick, aux « musiciens de l’avenir » dont Liszt faisait partie à cette époque, l’auteur précise la position de celui-ci : attiré par les arts en ...
Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet, Babel : Keskidi ?

Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet, Babel : Keskidi ?

Sidi Larbi Cherkaoui nous incite une fois encore à réfléchir sur les mythes fondateurs de l’humanité : après Myth, Origine, voici Babel qui fait référence à la naissance des langues et pose le problème essentiel de la communication entre les habitants de la planète Terre. Tout d’abord, il suppose que le geste a précédé la parole et que des attitudes ont crée une sorte de langage universel : il rend peut-être ...
Papillon épinglé

Papillon épinglé

Madama Butterfly Puccini a, de toute évidence, été attiré par l’exotisme : la Fanciulla del West, Turandot, Madama Butterfly sont des œuvres qui témoignent de l’air du temps : à la belle époque les arts et la littérature empruntent largement aux civilisations découvertes par les colonisateurs. Le musicien va donc «teinter» sa partition d’airs originaux japonais et accentuer en percussions métalliques son orchestration. Il aurait donc été facile de céder à la tentation ...
Cuvée 100 % Bourgogne !

Cuvée 100 % Bourgogne !

Mozart / Britten, le duo marche depuis longtemps en concert, le classicisme du premier trouvant son prolongement dans le néoclassicisme du second. Le concerto pour cor de Mozart, écrit pour un ami de celui-ci, présente toutes les caractéristiques de l’exercice de virtuosité propres au XVIIIe. André Cazalet aborde ce répertoire avec une décontraction déconcertante : il nous régale d’une sonorité veloutée, il nous fait chanter dans le second mouvement, et il nous ...
Ernest Chausson, mélodies de chambre

Ernest Chausson, mélodies de chambre

Ernest Chausson est un compositeur bien oublié des catalogues des disquaires, lui qui est pourtant un maillon important entre César Franck et Claude Debussy dans l’histoire de la musique française du XIXe siècle. Grâces soient donc rendues à la fondation située à Venise, au Palazzetto Bru-Zane qui tente de faire connaitre la musique romantique française en favorisant la diffusion d’œuvres méconnues. Cet oubli s’explique sans doute par un catalogue assez ...
Chant d’amour à deux voix

Chant d’amour à deux voix

Trio des Aulnes Robert Schumann, qui voulut être poète puis se tourna avec passion vers la musique n’aurait pas renié cette soirée intimiste qui a permis au public d’appréhender un peu de sa personnalité si exaltée. La lecture à deux voix de la correspondance éclaire d’une façon crépusculaire l’évolution d’un être à la sensibilité complexe, qui est un chantre si délicat de l’amour mais aussi un homme aux prises avec des ...
Champagne et caviar !

Champagne et caviar pour l’Amour des trois oranges!

La magie opère tout de suite : Sandrine Anglade n’a pas perdu le contact avec l’enfance... Dès les premières images, trois drôles de petites souris nous introduisent dans le monde de l’imaginaire, celui qui, à tout prendre, vaut sans doute mieux que le réel. Le spectacle va durer deux heures, deux heures de bonheur fait d’extravagances, d’humour, de légèreté, d’élégance et de surréalisme permanent. Ce théâtre là, n’est-il pas un rêve ...
Imagerie russe

Imagerie russe

Capella Saint-Pétersbourg Toutes les attentes sont comblées : que ce soit dans la préciosité un peu «trop» des robes de soirée des chanteuses, dans une raideur toute soviétique du chef, dans le répertoire parfaitement choisi et dans la splendeur des voix typées, tout nous transporte dans la Russie éternelle telle que l’Occident veut se la représenter. C’est ce patrimoine mêlant religiosité, chants populaires et rigueur nickelée de l’interprétation que ce grand pays ...
Ah ! L’âme russe !

Ah ! L’âme russe !

Quatuor Manfred et Claire Désert Dijon explore cette saison toutes les faces de «l’âme russe» : après l’évocation des Ballets Russes, et bientôt la musique orthodoxe et l’opéra, après la musique symphonique dirigée par Valery Gergiev, voici venu le temps de l’intime. Ce programme de musique de chambre propose un parcours judicieux à travers la musique du XXe siècle, et insiste en même temps sur le lyrisme, représenté bien sûr par Tchaïkovski, ...
Origine

Sidi Larbi Cherkaoui : Origine

Un chorégraphe, deux chanteuses plus un instrumentiste, donc trois musiciens ; quatre danseurs, un fond de scène divisé en quatre écrans qui deviennent des pièces à vivre, un mannequin mortifère éclairé par instants : début d’un inventaire facile sur l’effectif et le décor ! Mais où l’on peut se perdre, c’est dans celui des images que nous offre la chorégraphie : les messages que véhiculent les emprunts assez subtils à différentes cultures et à ...
Béjart ! Un bel hommage

Béjart ! Un bel hommage

Hommage à Maurice Béjart Cette saison est décidément vouée aux hommages : après celui qui était rendu aux Ballets russes, voici venu le tour de Maurice Béjart. Le regard rétrospectif a du moins pour mérite de mettre en perspective les productions contemporaines et celles de chorégraphes antérieurs : certaines recherches actuelles font alors apparaître des filiations. Les trois œuvres présentées ont en commun de porter sans aucun doute la «patte» de leur créateur : elles ...