Archives de l’auteur : Nila Djadavjee

avatar

À propos de Nila Djadavjee

Pianiste de formation, Nila Djadavjee a orienté ses études vers la musicologie dont elle a obtenu une licence à l’université de Provence, parallèlement à un premier prix de formation musicale au Conservatoire National de Région de Marseille. Elle est actuellement professeur certifié bi-admissible d’Education Musicale et Chant Choral dans un collège classé en ZEP à Grenoble, où elle conduit de nombreux projets. Elle anime chaque été des séjours de vacances musicaux pour les adolescents et est membre de l’Ensemble Vocal Stravaganza. Elle collabore à Resmusica depuis 2004.
Philomène_et_les-ogres-gallimard

Philomène et les ogres : incontournable !

Quel que soit votre âge, vous vous laisserez happer avec délectation par cet ouvrage magique. Le – très beau – conte, parsemé de détails croustillants et d’anecdotes qui le rendent d’autant plus vivant, est magnifiquement mis en valeur par la musique de David Chaillou et les illustrations de Charles Dutertre. A moins que ce ne soit le contraire. Ou encore que la magie vienne de la voix chaude de Jean-Pierre ...
peter pan_didier jeunesse

Peter Pan & Wendy invitent Charles Mingus

Voici un ouvrage au service de l’imaginaire et du rêve actif. Le texte, les illustrations et la musique s’allient intelligemment pour donner naissance à un monde fantaisiste, sans limite, un univers pétillant et amusant dans lequel tout semble permis. Tout le monde connaît Peter Pan. Ou croit le connaître. Jean-Pierre Kerloc’h redonne vie à la version originale de ce texte, bien plus vivante, amusante et poétique que celle de Walt ...
Juste vivantes

Juste vivantes

Intégrale des symphonies de Beethoven – IIIème et IVème parties L’intégrale des symphonies de Beethoven par la Chambre Philharmonique sur instruments d’époque s’achève magistralement avec ces deux soirées. Si l’on devait ne retenir qu’un élément de ces deux dernières parties, ce serait la vitalité et l’humanité qui émanent de Krivine, l’enthousiasme et la légèreté qu’il transmet à son orchestre. Ce grand cycle proposé par la MC2 a débuté en juin dernier, avec ...
Et le clavecin se mit à chanter

Et le clavecin se mit à chanter

Saviez-vous que le clavecin pouvait chanter ? Nombreux sont les mélomanes convaincus du contraire, instinctivement méfiants vis-à-vis de la musique baroque pour clavecin, souvent synonyme dans l’inconscient collectif de musique sérieuse, intellectuelle, à la sonorité trop sèche. Et souvent, il faut l’avouer, à raison. Mais une fois encore, Céline Frisch prêche en faveur de son instrument à travers cet enregistrement. Voici un CD qui séduira même les plus méfiants. Cet enregistrement est intitulé ...
Roman ou catalogue ?

Roman ou catalogue ?

Milan Voici un mignon roman de littérature jeunesse, qui narre les émois amoureux d’un adolescent. Martin est le fils d’un ténor réputé et Julia l’élève de ce dernier. Les personnages sont imprégnés du monde musical dans lequel ils évoluent : le roman est jalonné d’airs d’opéra et d’œuvres du grand répertoire. A tel point que l’on finit par avoir l’impression de lire un catalogue de références. Bien sûr, ces nombreuses citations d’œuvres ...
C’est la dernière impression qui compte

Alexandre Tharaud / Quatuor Ebène, c’est la dernière impression qui compte

Lorsque la MC2 annonce un concert Brahms, Chopin, Franck, la salle est forcément comble … pour une soirée riche en émotions musicales. Un tel programme crée forcément des attentes particulières. On est impatient de ressentir ces frissons si particuliers liés aux excès et élans de la musique romantique. Alors, forcément, lorsque le Quatuor Ebène fait le choix, pour le quatuor op. 51n°1 de Brahms, de nous offrir une interprétation fondée ...
Le fatras poétique de Prévert

Le fatras poétique de Prévert

Prévert Blues Non, il ne s’agit pas là d’un concert de musique classique, ni même d’un spectacle mettant en scène de la musique classique. Mais cette démarche artistique autour de l’univers de Jacques Prévert est un appel à l’ouverture et à la curiosité. Parce qu’elle sort des sentiers battus, et que c’est un hommage à la hauteur d’un auteur tour à tour engagé ou fantaisiste, tour à tour léger ou émouvant, ...
Couleurs, énergie, émotion

Couleurs, énergie, émotion

Orchestre National de Russie La saison 2009/10 de la MC2 propose plusieurs intégrales, dont celle des concertos pour piano de Rachmaninov, répartis tout au long de l’année. Ce concert est donc le premier d’une longue série. Le programme est construit de façon intéressante, proposant un panel d’œuvres russes des XIXe et XXe siècles. Ceci servi par des interprètes dont l’excellence n’est plus à prouver : c’est la promesse d’une soirée grandiose, et ...
Se faire du bien, tout simplement

Se faire du bien, tout simplement

Julia Fischer, avec sa vitalité et la chaleur incomparable de ses sonorités, a prouvé à maintes reprises sa capacité à faire sonner avec tout le relief et la complicité nécessaire les concertos pour violon. Cependant, elle s’intéresse cette fois-ci au répertoire baroque, en ces temps où la mode est encore aux interprétations historiques ou historisantes. Toute la question est donc là : le jeu flamboyant et la rondeur de son de ...
Savoureuse évocation

Savoureuse évocation du Requiem de Mozart par le Quatuor Debussy

Avis aux nombreux inconditionnels du Requiem de Mozart : voici une version qui ne pourra pas vous laisser indifférents ! Comment susciter encore une surprise quelconque avec ce monument de la musique classique que nous connaissons dans ses moindres détails, la moindre ligne discrète de telle ou telle voix, de tel ou tel instrument ? En les éliminant pour n’en garder que l’ossature, l’essence de l’œuvre de Mozart apparaît. C’est le pari audacieux des ...
L’élan de la jeunesse

L’élan de la jeunesse

Orchestre du CNSM de Lyon A l’instar de l’orchestre du CNMSD de Paris l’an dernier dans la même salle, l’Orchestre du CNSM de Lyon nous propose un programme associant un «tube» de la musique classique – la Symphonie «Titan» de Mahler – et une œuvre plus récente et audacieuse – la Passacaille pour orchestre de Webern. Et là encore, la rencontre entre un orchestre de jeunes talents et un monument de ...
D’une subtile évidence

D’une subtile évidence

Sandra Moubarak / Anthony Leroy Il en est des concerts comme des films : certains vous laissent sans voix. Parce que vous vous êtes laissés entraîner dedans, tout en douceur, que vous vous y êtes délicieusement abandonnés, que vous en êtes ressortis simplement heureux. Comme un rêve chaleureux dont vous gardez ensuite la sensation de bien-être. La musique de Mendelssohn est propice à cette sensation, encore faut-il qu’elle soit servie par des ...
Quand on enlève le public…

Quand on enlève le public…

Beethoven a écrit peu d’œuvres pour chœur. On retrouve dans la Messe en ut sa signature, son expressivité exacerbée qui frise parfois l’emphase, sa pâte sonore si dense, son goût pour les contrastes. Les interprètes sont triés sur le volet, sous la baguette d’un chef hors pair. Cet enregistrement public a donc tous les atouts pour séduire ! Pourtant, s’il est effectivement très réussi, il n’est pas aussi enthousiasmant que ce ...
Les souffles de Fauré, Ravel, Poulenc

Arabella Steinbacher : Les souffles de Fauré, Ravel, Poulenc

Cet enregistrement respire. Certes, il n’est pas interprété par des instruments à vent ou des voix. Raison de plus pour le souligner. Une respiration qui aère le propos et lui donne vie, un souffle intense qui porte et transcende les mélodies. Arabella Steinbacher a déjà été honorée pour la rondeur de son timbre, pour l’intensité avec laquelle elle transmet les œuvres qu’elle interprète. Ici, elle s’immerge avec brio dans la ...
christophe_coin

Un bel hommage à Haydn

Haydn, Ensemble Baroque de Limoges Les « concerts anniversaire » ne manqueront pas en cette année 2009. Voici l’un d’entre eux, dédié à la musique symphonique de Haydn. Christophe Coin, l’Ensemble Baroque de Limoges : voici la promesse d’une interprétation de qualité, fidèle à la pensée du compositeur. Le concert débute par l’ouverture de l’Isola Disabitata. Au cœur de l’ensemble, parmi les autres violoncellistes, se trouve Christophe Coin : l’Ensemble Baroque de Limoges joue sans chef, ...
Quand l’imaginaire devient réel

Quand l’imaginaire devient réel

Obludarium Il n’est pas banal de trouver sur la pelouse de la MC2 un chapiteau. Qui plus est un chapiteau à la forme inhabituelle évoquant un monde féerique et imaginaire. L’œil est attiré, l’oreille aussi… une grosse caisse, des cuivres, une musique enjouée, des rires… serait-ce du cirque ? Pas tout à fait. Un spectacle atypique et inclassable, réalisé par des «comédiens-musiciens-circassiens-marionnettistes-chanteurs». Une parenthèse dans le temps et dans la vie, un ouragan ...
Formation parfaite pour une musique profondément vivante

Formation parfaite pour une musique profondément vivante

Messiaen 2008 Le programme, prometteur, a rempli la salle, certains venants de loin pour ne pas rater cet évènement musical. La soirée fut à la hauteur des espérances. Le concert était construit de deux axes parallèles : d’une part une évolution stylistique, de Ravel à Messiaen en passant par Bartók ; d’autre part une évolution de nombre : pièce pour deux instruments, puis trois puis quatre. Un renouvellement constant au service d’une homogénéité fascinante, ...
Contre-performance ?

Michel Dalberto, contre-performance?

On attendait l’univers poétique de Gabriel Fauré, les élans de Ludwig van Beethoven, les excès de Robert Schumann. On a trouvé la dureté de Fauré, la délicatesse de Beethoven, la logique raisonnable de Schumann. Soit. Après tout, pourquoi pas. Un interprète qui sort des sentiers battus et des normes établies autour de chaque compositeur, cela peut-être intéressant. Démarches audacieuses, nouvelles, regards personnels, des œuvres présentées sous un jour nouveau… certains ...
Envoûtant, fascinant, troublant

Envoûtant, fascinant, troublant Schumann par Olivier Chauzu

Il arrive – exceptionnellement – que l’on découvre un enregistrement dont la perfection musicale rende vaine la tentative de poser des phrases dessus. Comment être à la hauteur de ce que l’on entend, comment ne pas le dénaturer et le scléroser en l’enfermant dans des mots ? Tel est le cas de cet enregistrement d’Olivier Chauzu. Déjà célébré dans nos pages pour sa profondeur et sa rondeur de son, il fascine ici par ...
Du peps !

Lisa Batiashvili, du peps !

Nombreux sont les enregistrements du concerto pour violon de Beethoven complétés par des pièces de moindre envergure, qui semblent être ajoutées à titre anecdotique. Au risque de heurter certains de nos confrères, Lisa Batiashvili privilégie à cette démarche une mise en regard des Miniatures de Sulkhan Tsintsadze et de l’œuvre de Beethoven. Elle s’en explique dans la notice : Sulkham Tsintsadze est de ces compositeurs qui ont bercé son enfance et ...
jerusalem_quartet

Magique… contre toux et portables

Il est parfois difficile de profiter pleinement de la musique offerte lors d’un concert, aussi belle soit-elle. Il arrive parfois que la répartition des rôles habituelle de la soirée soit modifiée et que le public ne soit plus simplement le spectateur admiratif des artistes mais leur complice compatissant face aux conditions défavorables. Le Jerusalem Quartet n’est en rien responsable de cet état de fait : leur prestation était parfaite en tout ...
Une jolie illustration des Musiciens de Brême

Une jolie illustration des Musiciens de Brême

Actes Sud Junior L’histoire de cet ouvrage est amusante : il s’agit d’une traduction d’une version indienne du conte des frères Grimm Les Musiciens de Brême. Au commencement était donc un petit conte occidental mettant en scène les relations entre animaux et humains. L’idée d’une version indienne de cette histoire laisse supposer qu’il y aura une transposition des personnages ou du contexte, une adaptation de la trame à la culture et à ...
Eclectisme explosif

Eclectisme explosif

Quatuor Artemis Que dire d’un programme qui associe Stravinsky, Kapustin – relativement peu connu – et Beethoven ? Hétérogénéité ou éclectisme ? Lorsque le Quatuor Artemis joue un tel programme, on ne peut parler que d’éclectisme et de fougue partagée. Le concert débute par les Trois pièces pour quatuor à cordes et le Concertino pour quatuor à cordes de Stravinsky, composés respectivement en 1914 et 1920. Le compositeur a peu écrit pour cette formation. On y ...
Réécrire maladroitement le passé …

Réécrire maladroitement le passé …

La démarche du label RT classique est intéressante : « Il se propose d’inviter chaque saison un compositeur en résidence discographique. Toute liberté artistique est offerte au compositeur qui, par sa présence, guide chaque étape de la production : répétitions, sessions studio, master, écriture du livret. » (extrait du livret). Projet artistique intéressant à la fois pour ces jeunes compositeurs qui ont parfois du mal à se faire entendre, mais également pour ...
Pas avec, juste à côté

Pas avec, juste à côté

Voici un enregistrement qui donne l’impression d’être à côté. Rien de bien choquant, rien de bien époustouflant, on est juste à côté. C’est-à-dire ni dans la musique, ni avec les musiciens. Si l’interprétation est globalement soignée, elle laisse cependant un arrière-goût d’inachevé, et est desservie par la prise de son. Est-ce dû au lieu d’enregistrement – le Grand Auditorium de Caen – ou à un choix délibéré ? On a l’impression que ...
Mais pourquoi donc est-ce si beau ?

Frank Martin par Christian Poltéra, mais pourquoi est-ce si beau ?

Habitués à en écouter au quotidien depuis bien longtemps, on en oublie à quel point un enregistrement est un objet magique. Comme pour un concert, sa réussite ne dépend pas seulement des interprètes ou du choix des œuvres : elle est le résultat d’une adéquation parfaite entre l’univers du compositeur et des œuvres, les interprètes et leurs instruments, la prise de son … On l’oublie et ne s’en souvient finalement que ...
Instrument d’époque … aïe !

Instrument d’époque … aïe !

Les interprétations sur instruments d’époque sont maintenant monnaie courantes et sont admises pour tous. Même ceux qui préfèrent la sonorité des instruments modernes s’accordent – dans l’ensemble – à conférer une vraie valeur artistique aux interprétations historiques. Voici un CD qui s’inscrit dans cette démarche, la poussant bien plus loin que ce à quoi on est habitué … c’est-à-dire à ses limites, voire au-delà. Patrick Scheyder choisit d’interpréter des œuvres de ...
Beethoven peut-il être clair et lumineux ?

Beethoven peut-il être clair et lumineux ?

Etrange choix d’œuvres pour cet enregistrement consacré à Beethoven. Les Variations sur le duo « La Stessa, La Stessissima » WoO 73, fort peu jouées, côtoient l’incontournable et célébrissime « Appassionata ». Si l’on en croit le livret, Plamena Mangova a choisi d’interpréter trois œuvres qui illustrent l’évolution stylistique du compositeur : les variations ont été composées en 1799, la sonate n°23 op. 57 en 1805 et les Six ...
Quand la musique porte le roman

Quand la musique porte le roman

Le Passage Rares sont, finalement, les auteurs capables de créer un véritable roman, une véritable intrigue dans un univers musical palpable et réaliste. Aliette Armel réussit à nous transporter dans un monde de musiciens et de mélomanes qui se débattent dans des querelles et des doutes existentiels. La musique comme fond de toile et personnage principal, la Bretagne, des personnages complexes … on ne peut s’empêcher de penser à Yann Queffélec. ...
A ré-écouter pour finalement savourer

A ré-écouter pour finalement savourer

Après deux premiers volumes consacrés à Claude Debussy, Maurice Ravel, André Jolivet, Jean Françaix, Olivier Messiaen, Jean-Louis Florentz et Jean Yves Daniel-Lesur, voici le troisième opus que le Nederlands Kamerkoor consacre à la musique chorale française. Chaque enregistrement étant dirigé par un chef différent, celui-ci, consacré à Edith Canat de Chizy et Maurice Ohana ne pouvait bien sûr être dirigé que par Roland Hayrabedian, dédicataire de Swan song et du ...