Archives de l’auteur : Patrick Georges Montaigu

avatar

À propos de Patrick Georges Montaigu

Né à Paris dans la seconde moitié du XXe siècle et la première moitié XIIe arrondissement, à une période où on pouvait encore apprendre à l’école primaire à lire la musique en même temps qu’on apprenait à lire le français, ce n’est que vers les 10-11 ans qu’il a vécu l’expérience traumatisante qui allait le transformer pour le reste de sa vie en un représentant de cette curieuse espèce d’homo sapiens qu’on appelle « mélomane ». Ayant reçu en cadeau de Noël un électrophone, il a posé sur le plateau un de ces Long Play 33⅓ de la discothèque familiale, celui où figurait en bas à gauche l’image affable de Serge Koussevitzky et en haut à droite celle plus menaçante, de Beethoven. Le titre Symphony N°5 in C minor Op.67. Le célèbre Pom Pom Pom Pommm introductif venait de ferrer une nouvelle victime, la phénoménale coda du premier mouvement allait achever définitivement le travail. Dès lors les dés étaient jetés, Beethoven allait être à ses oreilles et pour toujours le plus grand des grands. Ensuite, grâce en particulier à France Musique, il a progressivement découvert l’ensemble du répertoire et affûté son oreille à l’écoute de la célèbre « Tribune des critiques de disques » (et ses succédanés) où étaient comparé diverses interprétations d’une même œuvre. Le plaisir malicieux d’écouter la musique en lisant la partition allait s’imposer lors d’une autre expérience mémorable lorsque France Musique diffusa en un week-end l’intégrale des sonates de Beethoven par trente deux pianistes différents. La partition de ces sonates, qui faisait partie de la bibliothèque familiale, passa le week-end sur ses genoux ouvrant de nouvelles perspectives d’écoute en même temps que posant les bases d’une exigence critique qui ne fera que croître avec le temps. Depuis de nombreux disques et partitions ont rejoint les étagères du salon, et la fréquentation des salles de concerts a apporté l’indispensable contact physique avec les instruments, même si les conditions acoustiques de certaines salles ne le rendent pas toujours satisfaisant.
Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris

Beethoven Neuvième symphonie, épisode 2 : Paavo Järvi à la Philharmonie

Au lendemain de l’exécution de cette même ultime symphonie beethovénienne à l’Opéra Bastille, l’Orchestre de Paris prenait le relais conduit par son chef Paavo Järvi offrant une prestation de haute volée dont on put, dans l’acoustique bien plus favorable de la Philharmonie, en percevoir clairement toutes les qualités. Mais avant cela on put entendre le Concerto pour violon n°2 de Chostakovitch repris par Philippe Aïche, un des deux premiers violons solo ...
Philippe Jordan

Beethoven Neuvième symphonie, épisode 1 : Philippe Jordan à l’Opéra Bastille

Les "hasards" de la programmation ont mis simultanément à l'affiche parisienne deux exécutions de la Symphonie n°9 de Beethoven. Concluant leur intégrale, Philippe Jordan et les forces de l'Opéra de Paris ouvraient le feu en ce mercredi soir, trente petites minutes avant Paavo Järvi et l'Orchestre de Paris le lendemain. Il n'y a pas plus proche du célèbre opus 125 que cette Fantaisie créée en 1808, puisqu'on y retrouve en germe ...
Haitink © Todd Rosenberg

Bernard Haitink et le LSO à Paris

Pour son retour à Paris à la tête du London Symphony Orchestra, Bernard Haitink avait choisi un programme simple et classique, pour une exécution qui, finalement, était peut-être un peu trop musicalement à l’image de son programme. L’attaque tout en douceur du Concerto pour violon  n°3 de Mozart nous fit craindre le retour du « moderato cantabile » qui avait marqué plusieurs des exécutions concertantes entendues récemment, et si nous y avons partiellement ...
Nelsons Andris b © Marco Borggreve

Héroïsme et demi-teinte avec Klaus Florian Vogt et Andris Nelsons

Reprenant le format récital vocal – symphonie utilisé en 2012 avec Jonas Kaufmann, Andris Nelsons se fait d’abord accompagnateur du ténor Klaus Florian Vogt, pour des Wagner très "Heldentenor", avant de se retrouver seul face à son orchestre de Birmingham pour un Dvořák en demi-teinte. Pas plus que Daniel Barenboïm quelques semaines plus tôt, Andris Nelsons ne réussit à totalement convaincre dans un "Enchantement du Vendredi Saint" joué en ouverture du ...
yannick_nezet_seguin

Yannick Nézet-Séguin en tournée avec le Philadelphia Orchestra

Au cœur d’une longue tournée européenne, partagée essentiellement avec Lisa Batiashvili, au violon et Emanuel Ax au piano, l’Orchestre de Philadelphie emmené par son chef en titre passait par le Théâtre des Champs-Elysées pour un concert au programme classique quoique presque inversé dans son déroulement, à l’énergie réjouissante. Si, habituellement, l’ordre d’un concert est ouverture – concerto – symphonie, on nous en a inversé les priorités ce soir, offrant la Symphonie ...
Fischer-Ivan-Akos-Stiller-Phil-20150526-b-362x241

Iván Fischer et son Budapest Festival Orchestra jouent Brahms

A l’instar d’un récent concert de Christoph Eschenbach et des Wiener Philharmoniker dans une autre salle parisienne, voilà que le Budapest Festival Orchestra et son chef Iván Fischer proposaient au public parisien une soirée consacrée à deux symphonies de Brahms. Pour un résultat finalement plus constant et convaincant. C’est dans une Philharmonie quasiment au complet que les musiciens hongrois attaquèrent les premiers accords de la Symphonie n°3 de Brahms, avec un ...
Vladimir Jurowski

Radu Lupu et Vladimir Jurowski : Moderato cantabile

Martinů et Janáček accompagnant Mozart, voilà le programme original que nous offrait, dans la salle Philharmonie 2, le Chamber Orchestra of Europe mené ce soir par Vladimir Jurowski. Encadrant le piano orienté dans l'axe de la scène, les deux ensembles de cordes parfaitement symétriques placés ainsi face à face étaient complétés par les timbales pour le Double concerto de Bohuslav Martinů qui ouvrait le concert. Reprenant en 1938 l'esprit voire la ...
Bychkov_Semyon2011

Semyon Bychkov dirige l’Orchestre National

En mariant le délicat concerto de Mozart avec la machine infernale de Chostakovitch, les programmateurs prenaient le risque de l'hétérogénéité, la réalisation musicale l'a confirmé, avec un concerto bien trop doux et une symphonie plus intéressante. Disons-le tout de suite : la perception que nous eûmes en direct en salle du jeu d'Alexandre Tharaud était plus que mitigée tant il nous parut que son jeu manquait de tout, trop uniforme de ...
Capucon Wang © Martin Argyroglo Fondation Louis Vuitton

Un violoncelle et un piano pour un nouveau lieu parisien

Le violoncelliste Gautier Capuçon et la pianiste Yuja Wang avaient donné rendez-vous au public parisien dans le nouvel auditorium de la Fondation Louis Vuitton, pour un concert aux couleurs romantiques. Après l'ouverture de la Philharmonie à la Villette et de l'auditorium de la maison de la radio, et en attendant celui de l'Ile Seguin, voici donc un nouveau lieu destiné à accueillir, entre autre, de la musique, situé dans le cadre ...
Stephen_Kovacevich_main

Berg, Schubert, Beethoven entre bonne compagnie avec Stephen Kovacevich

Passant de Pleyel à la Philharmonie 2, ex grande salle de la Cité de la musique, Stephen Kovacevich reprit un programme Schubert Beethoven très semblable à son concert d'avril 2014, précédé cette fois de la Sonate op.1 d'Alban Berg. Entrant sur scène avec un aimable sourire éclairant son paisible visage, le pianiste mit dans son jeu la même douceur et amabilité, qui en fit tout le charme et peut-être aussi ...
New York Philharmonic

La Philharmonie accueille le New York Philharmonic

En plein cœur de sa tournée européenne, le New York Philharmonic passait par Paris pour deux concerts au programme alléchant. Emmené par son chef titulaire l'orchestre produisit une splendide performance, peut-être la meilleure à Paris depuis qu'Alan Gilbert (lire l'entretien donné à ResMusica) en a pris les rênes.      Défenseur de nombreuses œuvres nouvelles ou contemporaines, Alan Gilbert lança cette série de concert avec Nyx composé en 2010 par Esa-Pekka Salonen qui en ...
mikko franck

Mikko Franck fête les 150 ans de Sibelius

Pour fêter le cent cinquantième anniversaire de la naissance de son illustre compatriote, Mikko Franck nous a mitonné un programme 100% Sibelius autour du célèbre concerto pour violon. Rarement joué, le Nocturne extrait de la suite du Roi Christian II servait d'introduction à ce copieux programme, annonçant d'emblée la couleur du Sibelius qu'allait nous offrir le chef et son orchestre, tout de clarté et d'équilibre sonore, aux phrasés soignés et limpides, ...
Argentinian-born conductor Daniel Barenb

Argerich et Barenboïm : stars à Paris

Argerich, Barenboïm, Berlin (même si "seulement" la Staatskapelle), voilà qui annonçait une soirée de stars attirant la grande foule à la Philharmonie de Paris. Ce concert n'aura finalement pas déçu. Contrairement à ce qui avait été prévu initialement c'est bien le Concerto pour piano n°1 (et non le second) qui était au programme ce soir. On ne s'en plaindra pas, cet opus 15 nous permettant d'entrer encore plus fermement dans l'univers ...
mikko_franck_2_photo_heikki_tuuli

Prokofiev au sommet avec le Philharmonique de Radio France

En programmant le Concerto pour piano n°1 de Brahms et la Symphonie n°5 de Prokofiev, le Philharmonique de Radio France mettait du solide et consistant à son programme, emplissant copieusement la grande nef de la Philharmonie de Paris. Avec un succès fort mérité dans la symphonie, et une réussite plus limitée côté concerto. A l’évidence le viennois Rudolf Buchbinder connait son Brahms pour l’avoir fréquenté de longue date sinon même l’avoir ...
Gatti © Silvia Lelli

Un National retrouvé qui fait plaisir à entendre

Sortant d'une période sans concert suite aux mouvements sociaux qui ont secoué la Maison de la Radio pendant presque un mois, l'Orchestre National et son chef Daniele Gatti retrouvait non seulement leur public mais aussi un son, une cohésion, une plénitude qu'on avait pas perçu à ce point depuis un moment. De retour au Théâtre des Champs-Élysées pour deux concerts symphoniques inspirés par des œuvres de Shakespeare, préludes aux représentations scéniques ...
Eschenbach by Eric Brissaud

Un Brahms crescendo ma non tanto du Philharmonique de Vienne

En ayant choisi deux programmes 100% Brahms, le prestigieux Orchestre Philharmonique de Vienne jouait peut-être un de ses compositeurs de prédilection, il n'empêche que ces deux soirées, mollement commencées, allant peut-être crescendo jusqu'à la fin mais pas tant que ça, ne resteront pas mémorables.      On oubliera vite cette Symphonie n°2 qui lança ces deux concerts tant elle nous paru peu palpitante, avec un orchestre presque méconnaissable, à l'exception de ses ...
Tugan Sokhiev © Denis Rouvre - Naïve

Tugan Sokhiev sans surprise à la Philharmonie de Paris

En visite à Paris avec un programme sans surprise, c'est tout aussi sans surprise que Tugan Sokhiev et son orchestre toulousain l'emporte dans Tchaïkovski. Chef-d'œuvre de densité quasi beethovénienne, l'ouverture Les Hébrides doit captiver l'auditeur dès les premières mesures pour ne jamais le relâcher jusqu'à pianissimo final en passant par des déchainements où l'orchestre peut montrer toutes ses qualités. Si ces derniers furent spectaculaires à souhait, toute l'introduction, trop douce et sans ...
150331_BYP_Concert TCE_Paris_Peter Adamik_4

Opération séduction du Baltic Sea Youth Philharmonic avec Kristjan Järvi

Visite parisienne réussie du Baltic Sea Youth Philharmonic, orchestre de jeune musiciens dont la promotion 2015 est à forte majorité féminine, écrasante même chez les cordes, pour une prestation qui emballa le public du TCE. Intitulé « Voyage en Mer Baltique » ce concert se présentait sous la forme inhabituelle d’une suite de morceaux ayant comme point commun d’avoir un compositeur provenant d’un pays limitrophe de la Baltique, de l’Allemagne à la Russie en passant par ...
SINGIN’IN THE RAIN (Robert Carsen 2015)

Singin’ in the Rain au Châtelet

Le théâtre du Châtelet nous propose une nouvelle production de Singin' in the Rain réalisée quasiment par l'équipe qui avait superbement réussi en ce même lieu My Fair Lady sans toutefois atteindre ici le même niveau de réussite. Prévu pour les fêtes de fin d'année (entre novembre 2015 et janvier 2016) ce nouveau spectacle nous est donc donné en quelque sorte "en avant première" pour une série de représentations, toutes déjà ...
Valery-Gergiev-2015

Le Philharmonique de Munich rend hommage à Lorin Maazel

L'Orchestre Philharmonique de Munich et Valery Gergiev rendent hommage à Lorin Maazel et Richard Strauss.  L'Orchestre Philharmonique de Munich avait choisi en 2012 Lorin Maazel comme chef, succédant à Thielemann, Levine, Celibidache, Kempe et quelques autres depuis 1893.  En hommage à son prédécesseur, Valery Gergiev, nouveau directeur musical, a composé un programme sans doute plus typique du répertoire du chef américain que du sien avec en particulier deux poèmes symphoniques de ...
Concert Jansons Amsterdam Paris 20150220 (c) Charles d'HérouvillePhilharmonie de Paris

Mariss Jansons et le Concertgebouw à Paris

Deux jours après une « Resurrection » de Mahler extravertie de Rattle et ses Berliner, la Philharmonie de Paris accueillait un autre orchestre de légende, le Concertgebouw d’Amsterdam, dont on s’était dit que sous la baguette de Mariss Janson, la plus douce et raffinée Symphonie n°4 risquait de sonner bien différemment. Ce fut le cas mais finalement pas autant qu’on s’y attendait. Avant cela l’orchestre, en formation réduite, nous offrait une pièce de ...
LSO_Matsuev_22022015_cdherouville (29b)

Rachmaninov à la fête avec Valery Gergiev

Coïncidence ou pas de la programmation, la Philharmonie de Paris accueillait coup sur coup trois des plus grandes formations symphoniques de la planète, Berlin, Amsterdam et ce soir le London Symphony Orchestra, sous la direction de leur chef titulaire qui, dans les trois cas, sont à quelques mois de la fin définitive de leur mandat. Ayant choisi un programme entièrement Rachmaninov, dont la peu populaire Symphonie n°1 il est vrai à ...
Magdalena Kožená © Mathias Bothor

Sir Simon Rattle et ses Berliner à la Philharmonie … de Paris

Pour sa première venue dans la nouvelle salle parisienne, une performance quasi extraterrestre de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, qu'on a (enfin !) la sensation d’entendre quasiment aussi bien qu’à Berlin. L'Orchestre Philharmonique de Berlin s'est peut-être senti moins dépaysé que de coutume à Paris, retrouvant dans notre Philharmonie une configuration proche du modèle berlinois qui est leur depuis 1963. Pour nous, simple auditeur, le rapprochement était encore plus flagrant tant nous ...
Rafael-Payare-Luis Cobelo

Rafael Payare, du sang neuf avec le Philharmonique de Vienne

Ce concert du Philharmonique de Vienne qui était prévu avec Lorin Maazel s’est transformé, après la disparition brutale du chef américain il y a quelques mois, en un « Hommage à Lorin Maazel », avec un programme fait pour lui mais une toute jeune baguette pour prendre la relève. Peut-être faut-il commencer à parler de filière vénézuélienne, non pour évoquer un quelconque trafic de substances illicites, mais l’émergence, dans le sillage de Gustavo ...
Philharmonie

Ouverture de la Philharmonie de Paris

Après une première soirée inaugurale très protocolaire en présence du Président de la République et de nombreuses personnalités politiques, artistiques, médiatiques, également marquée par son programme fleuve, cette deuxième soirée de gala marquait un retour à la normale avec un programme et un public beaucoup plus classiques. C'est ainsi que la séquence ouverture, concerto, symphonie reprenait ses droits avec en vedette le pianiste chinois Lang Lang qui allait enfourcher un de ...
IMG_6305

Dvořák sensible et Brahms à plein poumon avec le Philharmonique de Radio-France

Ce concert aurait pu s'intituler "les surdoués au pouvoir" tant les deux artistes invités à l'archet comme à la baguette, en ont le profil, le violoncelliste Daniel Müller-Schott emportant le concours Tchaïkovski à 16 ans, Lionel Bringuier gagnant le concours de chef de Besançon à 19 ans. A l'aube de leur trente et quarantième printemps, voilà le chef et le violoncelliste réunis pour ce programme romantique qui tint ses promesses. Rapprocher Dvořák ...
AAIP10 Robert Fairchild (Jerry) et Leanne Cope (Lise) (c)Angela Sterling

An American in Paris : première mondiale sur du velours

An Americain in Paris n'était jamais monté sur scène. Il fallait le faire, le Châtelet l'a fait, et l'a bien fait. Poursuivant son exploration des plus fameux Musicals du répertoire, le Théâtre du Châtelet programme en cette fin d'année 2014 An Americain in Paris de George et Ira Gershwin. Mais, contrairement à l'habitude qui voit l'œuvre généralement créée à Broadway, puis portée à l'écran tout en poursuivant sa vie sur scène, ...
albrecht National

Richard Strauss réussit de nouveau au National

Bis repetita serait-on tenté de dire après ce nouveau concert de l'Orchestre National, qui, non content d'offrir un programme à la structure fort similaire à son premier concert complet en ces lieux, nous laisse sur une sensation tout aussi identique avec une première partie ronronnant sagement précédant un grand poème symphonique de Strauss nettement plus captivant. Débutant la soirée sur les Variations sur un thème de Haydn de Brahms le chef ...
Jordan_Philippe4©Johannes Ifkovits

Succès mérité des Wiener Symphoniker à Paris

Nouveau succès pour la tournée des Wiener Symphoniker sous la direction de Philippe Jordan. Quelques jours après leur concert bruxellois, Philippe Jordan et ses Weiner Symphoniker étaient de passage à Paris, également accompagnés par la pianiste Khatia Buniatishvili. Si le programme y était complètement renouvelé, le découpage restait similaire et le bis conclusif identique pour un résultat final globalement superbe. Il faut dire que la soirée ne pouvait mieux commencer avec ce ...
Cassard Philippe © Vincent Catala N-6

Le Schubert molto animato de Philippe Cassard

En programmant dans le même concert les près de 110 minutes de musique des trois dernières sonates de Schubert, le pianiste Philippe Cassard a pris le risque de surcharger l'auditeur. Grâce à un jeu puissant et énergique favorisant les contrastes, il réussit quasiment son pari, tenant en haleine une salle Gaveau bien pleine. Donnant le ton dès le début de la Sonate n°19 avec une attaque franche et vigoureuse des premiers ...