bandeau_resmusica_ILF

Dossiers

XII : petite histoire amorale du violon

Petite histoire amorale du violon

Dans l’article VI : Le cri des violons aphones , nous donnions de l’instrument de musique la définition du dictionnaire : « objet utilisé pour produire des sons à des fins musicales ». Au cours des autres articles, nous avons pu nous apercevoir que considérer l’instrument de musique uniquement sous l’aspect utilitaire était par trop restrictif. En effet, s’agissant du violon, notre représentation implique beaucoup d’autres dimensions : politique, économique, sociale, magico-religieuse, ...
Américain, mais universel !

George Gershwin, Américain, mais universel !

George Gershwin (1898-1937) est certainement le compositeur le plus facilement reconnu comme « américain » par le public. Cette étiquette lui colle à la peau depuis presque toujours et même Arturo Toscanini considérait sa musique comme la seule « véritablement américaine ». Mais Gershwin est à l’image des Etats-Unis, un condensé d’influences allié à une vie aussi épique que fascinante. Une vie « américaine » Né à New-York, George Gershwin ...
Charles Ives, amateur et visionnaire

Charles Ives, amateur et visionnaire

Central park in the Dark Organiste émérite et compositeur autodidacte, Charles Ives (1874-1954) rédige des œuvres radicales. Mais, Ives est un compositeur « amateur » qui se consacre à sa musique pendant son temps libre car son activité professionnelle est dédiée à la gestion de sa très lucrative société d’assurance Ives & Co. Central Park in the Dark, d’une petite dizaine de minutes, est l’une de ses pièces les plus ...
Messiaen, le vertige des sommets

Des Canyons aux Etoiles de Messiaen, le vertige des sommets

Des canyons aux étoiles est la partition orchestrale la plus vaste et monumentale d'Olivier Messiaen par son programme et par sa durée supérieure à l’heure et demie. Cette musique minérale, suggestive et granitique s’impose comme l’un des sommets de l’œuvre du compositeur français. 1. Présentation de l’œuvre. Commandée pour les célébrations du bicentenaire des Etats-Unis (1776), la pièce, composée entre 1971 et 1974, est créée à New York en 1974. Pour s’imprégner ...
Dvořák Cap sur l’Amérique !

La Symphonie du Nouveau Monde d’Antonín Dvořák : cap sur l’Amérique

Créée en décembre 1893 au Carnergie Hall de New York, la Symphonie n°9 en mi mineur dite du "Nouveau monde" d'Antonín Dvořák est comme la Rhapsody in Blue de Gershwin, le tube d’un compositeur. Jouée par tous les orchestres, des phalanges de prestige aux formations d’étudiants, elle est également sur toutes les lèvres des amateurs de musique. 1. Présentation de l’œuvre Composée entre janvier et mai 1893, la partition remporte d’emblée un ...
Le phénomène Turangalîla d’Olivier Messiaen

Le phénomène Turangalîla d’Olivier Messiaen

Turangalîla-symphonie C’est le « tube » symphonique du compositeur, sa pièce la plus célèbre et la plus jouée et l’une des très rares partitions composée après 1945 qui s’est imposée au répertoire et qui soulève d’enthousiasme une salle de concert à chaque exécution. Tout au long de l’année Messiaen 2008, la pièce sera fêtée d’Aix-en-Provence où se déroula la première audition française (1950) à New-York, sans oublier le festival de Salzbourg ...
Le Pays, drame en musique (3) – Propos de Alain Garichot

Le Pays, drame en musique de Joseph-Guy Ropartz – Propos de Alain Garichot

Metteur en scène du Pays de Joseph-Guy Ropartz à l’Opéra de Tours du 25 au 29 janvier, Alain Garichot a accepté de nous faire part de quelques réflexions. Jean-Yves Ossonce nous a dit à quel point le choix du réalisateur s’était imposé à lui, mais quel est l’avis de l’intéressé ? S’il affirme aujourd’hui adorer l’ouvrage, Alain Garichot ne l’a découvert que très récemment : « C’est une œuvre dont j’ignorais l’existence ...
Karlheinz Stockhausen : le découvreur d’inouï

Karlheinz Stockhausen (1928-2007) : le découvreur d’inouï

« Nous sommes juste au début d’une nouvelle musique qui représente l’esprit d’une nouvelle conscience du cosmos, qui n’est plus une musique qui reflète seulement la situation de l’homme comme individu sur cette terre mais comme un esprit qui s’est ouvert pour la première fois dans son existence à toutes les lois de l’univers ». Cette déclaration de Karlheinz Stockhausen au début d’une carrière qui allait l’amener à tester tous ...
Un bon cru, qui reste à confirmer

Le Pays, drame en musique de Joseph-Guy Ropartz – Propos de Jean-Yves Ossonce

En prélude aux représentations du Pays de Joseph-Guy Ropartz qu’il dirigera à l’Opéra de Tours du 25 au 29 janvier, Jean-Yves Ossonce a accepté de répondre à nos questions sur l’ouvrage. C’est tout d’abord le directeur de l’institution lyrique qui réfute le risque constitué par la programmation d’un ouvrage méconnu et exigeant : « Je crois au contraire qu’il faut veiller à faire respirer une programmation, entre des œuvres méconnues ...
L’imaginaire musical dans toute sa démesure

Karlheinz Stockhausen, l’imaginaire musical dans toute sa démesure

Karlheinz Stockhausen est mort subrepticement mercredi 5 décembre, dans sa quatre-vingtième année, à Kürten, près de Cologne, région où il est né en 1928 et où il vivait, en pleine nature, entouré de ses proches, en quasi autarcie. La Fondation qui porte son nom a annoncé la nouvelle de son décès avec deux jours de retard. Cadet de la génération dite de l’Ecole de Darmstadt, aux côtés des Maderna, Nono, Berio, ...
Karlheinz Stockhausen dans la musique à grande diffusion

Karlheinz Stockhausen (1928-2007), dans la musique à grande diffusion

Qu’entend-on par «musique à grande diffusion» ? Très simplement des produits culturels destinés par leurs natures à viser un vaste public. Cela ne signifie pas nécessairement «sous-culture». Karlheinz Stockhausen, personnalité énigmatique et charismatique, en a inspiré plus d’un, le plus souvent de manière sincère. Tout d’abord, Stockhausen et les Beatles. Oui, les «quatre garçons dans le vent» savaient très bien qui était le compositeur de Kürten-Kettenberg. Certes, l’influence de Gruppen ne transparaît pas ...
II. Place des opéras de province dans le paysage culturel

L’opéra en France : place des opéras de province dans le paysage culturel

Leurs disparités en font leurs forces Leurs disparités en font leurs forces : si aucune maison d’opéra ne se ressemble, leurs saisons sont par conséquent fortement individualisées. Contingences et exigences Certains opéras à vastes effectifs ne sont pas jouables dans les plus petits théâtres. Turandot de Puccini demande un orchestre et un chœur conséquents, en plus d’un plateau de solistes de haute volée. Au-delà du coût financier du plateau (cachet des solistes, décors, ...
I. La répartition géographique

L’opéra en France : la répartition géographique

Diffusion et coût de l’opéra en France La carte ci-contre est explicite : l’ouest de l’Hexagone est largement défavorisé. A l’inverse, dans un rayon de moins de 300km peuvent se trouver cinq théâtres. Certaines capitales régionales en sont dépourvues alors que d’autres villes de moyenne importance ont une scène lyrique. Les raisons d’une telle inégalité sont tout à la fois historiques, politiques et culturelles. Quoiqu’il en soit, dès qu’une ville est siège ...
IV. Une économie particulière

L’opéra en France : une économie particulière

Combien coûte un opéra ? Un opéra est immanquablement en déficit. La billetterie ne représente au mieux que 30% des coûts d’une production. Alors pourquoi maintenir de tels ensembles si coûteux, qui finalement intéressent peu de monde ? Les collectivités et l’Etat ne gagneraient-ils pas, en fermant les opéras, à faire des économies considérables ? Alors, dans ce cas, pourquoi ne l’a-t-on pas fait plus tôt ? Des retombées annexes Napoléon III en commandant à grands frais le ...
III. Des organisations très individualisées

L’opéra en France : des organisations très individualisées

Où monter un opéra ? Rien ne ressemble moins à une maison d’opéra qu’une autre maison d’opéra. Ne serait-ce que dans la dénomination : Grand-Théâtre, Opéra-Théâtre, Opéra, Opéra national, etc… Qui sont les tutelles ? En 1964, lors de la création du réseau des opéras de France, la RTLMF (Réunion des Théâtres Lyriques Municipaux de France), les maisons d’opéras étaient toutes sous le contrôle de leurs villes, à l’exception du Théâtre National de l’Opéra ...
Joseph-Guy Ropartz (1864-1955) : Le Pays, drame en musique

Le Pays, drame en musique de Joseph-Guy Ropartz (1864-1955)

Rares opéras français C’est un ouvrage rare et précieux, signé par un musicien très largement sous-estimé, que l’Opéra de Tours remet à l’affiche, du 25 au 29 janvier prochain : Le Pays, drame musical en 3 actes et 4 tableaux de Joseph-Guy Ropartz. Créée à Nancy, le 1er février 1912, et donnée à l’Opéra Comique un an plus tard avec Germaine Lubin, l’œuvre fut aussitôt saluée par les plus exigeants critiques. Pourtant, ...
XI. Le violon dans l’inconscient collectif

Le violon dans l’inconscient collectif

Dans le chapitre précédent, nous avons évoqué les processus psychoaffectifs et cognitifs que le violon peut activer en nous. Certes, leurs effets diffèrent selon que l’on est musicien, luthier, mélomane, simple curieux ou tout à fait indifférent au sujet. Néanmoins, il existe dans l’inconscient collectif des images mentales que nous nous proposons d’analyser. Le mot « violon », comme signifiant, renvoi en effet à un signifié complexe. Loin de faire uniquement référence ...
X. Dé-lyres : lutherie et alchimie à la Renaissance

Dé-lyres – lutherie et alchimie à la Renaissance

Au départ, il y a la corde tendue, celle de l’arc, sans qu’on puisse dire s’il a d’abord été utilisé comme arme, comme outil ou comme objet sonore. Ce mode de production du son existe encore, notamment en Afrique où l’on approche l’arc de la bouche pour en amplifier le son. Après l’arc, deux arcs. En frottant l’un contre l’autre, on découvre l’archet. On situe sa première utilisation spécifique à Ceylan, ...

Les ouvertures Coriolan et Egmont de Beethoven, un drame individuel

La surdité, dont Beethoven avait très tôt éprouvé les premiers symptômes, s’aggrave considérablement en 1801 et son médecin, le docteur Schmidt, lui conseille de prendre du repos à la campagne. Il passe six mois dans le petit village d’Heiligenstadt, où il achève sa Symphonie n°2, songe même au suicide et expose dans une lettre à ses frères - le Testament d’Heiligenstadt - toute la profondeur de son désespoir. « Plutarque ...
Gian Carlo Menotti, (Cadegliano-Viconage, Lombardie 7 juillet 1911, Monaco 1er février 2007)

Gian Carlo Menotti (Cadegliano-Viconage, Lombardie 7 juillet 1911, Monaco 1er février 2007)

Originaire d’Italie, Gian Carlo Menotti entre à l’age de 12 ans au Conservatoire Giuseppe-Verdi de Milan, mais à la mort de son père en 1928 sa famille s’installe aux Etats-Unis. Il poursuit ses études musicales au Curtis Institute de Philadelphie – dont il devint par la suite enseignant – où il fait la connaissance de Leonard Bernstein et surtout Samuel Barber, qui fut son compagnon. En 1937, encore étudiant, il ...
Troisième partie : Dimitri en son siècle

Irina Chostakovitch : Dimitri en son siècle

D’un naturel réservé, Dimitri Chostakovitch n’en était pas moins en contact direct avec toute la vie culturelle de son temps. Pour le meilleur, car il fut servi par les plus grands musiciens du siècle, et pour le pire quand il devait se soumettre aux diktats des commandes officielles. Dans le troisième et dernier volet de son entretien pour ResMusica, Irina Chostakovitch nous parle des grandes rencontres avec les artistes de ...
Deuxième partie : Dimitri face à son œuvre

Irina Chostakovitch : Dimitri face à son œuvre

La Symphonie n°13 «Babi Yar»¸ les Sept Romances sur des poèmes d’Alexandre Blok, les Quatre Poèmes du Capitaine Lebedkine, autant d’œuvres marquantes qui ont été créées lors de la vie commune du compositeur avec Irina Chostakovitch. Dans le deuxième volet de cet entretien avec Alexandre Brussilovsky, madame Chostakovitch évoque les circonstances parfois dramatiques dans lesquelles ces œuvres ont été apportées au monde. Resmusica : Irina Antonovna, racontez-nous dans quelle mesure Chostakovitch ...
Première partie : Dimitri et Irina

Irina Chostakovitch : Dimitri et Irina

Irina Antonovna Soupinskaïa se maria à l’automne 1962 avec Dimitri Chostakovitch. Elle accompagna et soutint le compositeur jusqu’à ses derniers jours, lui permettant de composer d’ultimes chefs-d’œuvre, tels les derniers Quatuors et la Sonate pour alto. Secrète sur sa vie, elle a accepté de répondre aux questions d’Alexandre Brussilovsky pour ResMusica. Dans le premier volet de cet entretien qui en comptera trois, Irina Chostakovitch lève un coin de voile sur ...
Petite histoire d’un clavecin

Petite histoire d’un clavecin

Confidences d’un facteurQuoi de plus fascinant que de redonner la voix à un instrument oublié ? Laurent Soumagnac est facteur de clavecins. Il tombe amoureux en 1993 d’une « ruine » ... Histoire captivante d’une enquête, et d’une reconstruction. Resmusica a préféré laisser la parole à ce passionné, plutôt que de procéder aux classiques questions-réponses. En 1993, lors de Musicora, au Grand Palais, j’ai eu l’opportunité d’acquérir une ruine. Ce « clavecin » n’a, quand je le ...
IX. L’image du luthier

Petites histoires du violon : L’image du luthier

Nous avons étudié divers aspects du violon et examiné l’image générale qu’il véhicule. Cette analyse serait incomplète si nous ne faisions pas intervenir deux acteurs qui le concerne : le violoniste et le luthier. Les récents ouvrages grand public parus sur le sujet comme La légende du violon, l’esprit et la main, le violon : une divine passion, illustrent les notions que nous avions évoquées précédemment : sacré, prestige, traditions. Le luthier serait ...
VIII. Le bruit et l’odeur

Petites histoires du violon : Le bruit et l’odeur

Si nous avons étudié les sensations et les sentiments que peuvent provoquer le violon dans l’inconscient collectif, notamment par rapport à la sexualité et au sacré, nous trouvons également nombre de liens entre l’instrument et la mort, ce nouvel aspect peuplé de cadavres risquant plus particulièrement de choquer. Une légende arabe raconte la création du oud (luth) : un père trouva son fils pendu à un arbre, il découpa une de ses ...
Le naturalisme en musique. De Bruneau à Charpentier

Le naturalisme en musique de Bruneau à Charpentier

« Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre. » Hippolyte Taine Le marteau et l’enclume Histoires au vitriol, guerres cruelles et sans gloire, décrépitude morale et décadence des mœurs, le naturalisme est aux misères du peuple ce que l’idéalisme social est au vertige de l’anarchiste. Imitation de la réalité crue et vérité objective pour le premier ; intransigeance et violence pour le second. C’est la ligne de démarcation ...
De La vie du Poète à Julien, Charpentier, artiste d’une seule inspiration

De La vie du Poète à Julien, Gustave Charpentier, artiste d’une seule inspiration

La Vie du Poète, symphonie-drame avec chœurs en trois actes et quatre tableaux composée sur un poème écrit par Gustave Charpentier lui-même, fut le deuxième envoi de Rome du compositeur, en 1888-89. Donnée en concert en 1892, elle obtint un franc succès, puis tomba peu à peu dans l’oubli. Œuvre de jeunesse, donc, d’un musicien qui n’avait pas trente ans, dans laquelle on sent encore l’influence musicale de son ...
Les Quatuors

Les Quatuors de Dimitri Chostakovitch

« En écoutant ma musique, vous découvrirez la vérité sur moi, l’homme et l’artiste ». (Dimitri Chostakovitch) C’est en 1938, juste après sa première « disgrâce » survenue au lendemain de la création de l’opéra Lady Macbeth de Mzensk — Staline et Jdanov qui assistaient à une des représentations dénoncent l’» hermétisme petit-bourgeois » de l’opéra — que Dimitri Chostakovitch écrit son premier quatuor, un genre de musique pure qui, contrairement à la symphonie aux allures ...
Les symphonies

Les Symphonies de Dimitri Chostakovitch

Anniversaire Dimitri Chostakovitch Rarement dans l’histoire de la musique un corpus symphonique, étalé sur toute une vie créatrice, ne s’est révélé autant homogène. Si certaines symphonies de Chostakovitch sont plus souvent jouées et enregistrées que d’autres, aucune ne peut être considérée comme «mineure» dans la production de ce compositeur. En un ou plusieurs mouvements, pour cordes ou grand orchestre, avec ou sans voix, de 20 à 80 minutes, tout l’univers de ...