bandeau Res Musica

Opéras

Les malheurs de « Siroe »

Les malheurs de « Siroe »

« Siroe, re di Persia » de Haendel Après la réussite de Serse, présenté en novembre dernier dans ce même théâtre, on pouvait espérer beaucoup de cette version de concert d’une œuvre encore plus rare : Sirœ rè di Persia, créée le 17 février 1728 au King’s Theatre de Londres. Sa distribution était alors éblouissante, réunissant rien moins que le fameux castrat Francesco Bernardi, dit « Il Senesino » dans le rôle-titre, et les ...
Une opérette d’Honegger ? Est-ce une blague ?

Une opérette d’Honegger ? Est-ce une blague ?

Les aventures du Roi Pausole L’Opéra de Fribourg, qui signe annuellement une production vers fin décembre, propose une rareté : une opérette d’Arthur Honegger, intitulée Les aventures du Roi Pausole. La maison fribourgeoise, qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle compte dix-huit ans d’existence, aime surprendre son public en offrant, outre quelques «incontournables» du répertoire, des ouvrages peu abordés. Personne n’invoque à Fribourg l’alibi ou l’éventualité de difficultés financières pour ...
Roland, Le chevalier à la prose

Roland, Le chevalier à la prose

« Roland » de Lully à l’Opéra de Lausanne Lausanne. Théâtre Municipal, le 4.I.04. Jean-Baptiste Lully: Roland (création le 8 janvier 1685 à Versailles). Nouvelle production de l’Opéra de Lausanne. Mise en scène et décors : Stephan Grögler. Décors additionnels et costumes : Véronique Seymat. Chorégraphies : Daniel Larrieu. Lumières : Laurent Castaingt. Vidéo : Charles Carcopino. Plutôt qu’un tube du répertoire ou une opérette surannée, Lausanne a proposé Roland de Lully pour entrer de plain-pied dans ...
Les joyeux compères de Windsor

Les joyeux compères de Windsor

Un autre visage pour « Falstaff » La plupart des théâtres lyriques français ignorent les ouvrages lyriques d’Otto Nicolaï (1810-1849). Les Joyeuses Commères de Windsor, son opus le plus populaire, est régulièrement à l’affiche des scènes de langue allemande. Angers délaisse à raison le répertoire traditionnel des divertissements obligés de fin d’année — Fille de Madame Angot, et autres Auberge du Cheval Blanc ! Et joue judicieusement la carte de l’originalité en ...
La croisière s’amuse

La croisière s’amuse

Cent cinquantenaire d’André Messager L’opérette a t-elle encore un avenir ? Le genre semble a priori en voie d’extinction. A l’heure actuelle, peu de pièces bouffes sont créées ; il faut en effet remonter au Muet au Couvent de Janos Komives (1994), ou au Jeune Lord d’Hans Werner Henze (1965) pour citer ces quelques exemples marquants. Rares sont les théâtres se risquant à programmer l’opéra comique intégralement sériel de Schoenberg, Du Jour au Lendemain ...
Une Grande Duchesse pleine d’entrain

Une Grande Duchesse pleine d’entrain

À l’Opéra du Rhin, un Offenbach restitué par J.-C. Keck Pour les fêtes de fin d’année, l’Opéra National du Rhin a choisi de faire un cadeau royal aux mélomanes alsaciens, en leur offrant un opéra-bouffe en trois actes et deux tableaux de Jacques Offenbach, la Grande Duchesse de Gérolstein. Et pour être gâté, le public l’a été : trois heures d’un spectacle présenté dans sa version originale, restituée grâce au travail remarquable de ...
Un Ring dans l’esprit de la troupe

Un Ring dans l’esprit de la troupe

Der ring des Nibelungen On l’attendait avec impatience, et Valery Gergiev n’a jamais eu peur des défis ni des efforts de longue haleine. Son marathon de seize heures est mené tambour battant, son travail d’arrache-pied pour constituer un ensemble cohérent porte manifestement ses fruits. Gergiev chef wagnérien ? Sans aucun doute et de toute première force même, sensible à la mélodie comme au rythme, large dans ses tempis et précipité lorsque l’action l’exige. ...

Ariadne auf Naxos

Opéra de Paris - Garnier Ce dont souffre le plus cette nouvelle production à l’Opéra de Paris de l’« Ariadne auf Naxos » de Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal présentée au Palais Garnier et dont le snobisme parisien s’est aussitôt emparé en en faisant le must de la saison, ce n’est pas sa mise en scène branchée, on a vu et on verra probablement bien pire, mais sa direction musicale. Le chef ...
Une « Bohème » comme au cinéma

Louis Langrée au Grand Théâtre, une « Bohème » comme au cinéma

La Bohème de Puccini, tube parmi les tubes du répertoire lyrique, continue à séduire les foules et à rassembler un très large public. La fascination qu’exerce cette évocation en quatre tableaux (pour reprendre le terme du compositeur) de la vie d’artiste maudit, avec son cortège d’éléments frisant le pittoresque, sa quantité de détails auxquels la narration s’accroche, de stéréotypes aussi, paraît sans cesse renouvelée. Depuis sa création le 1er février ...

Benvenuto Cellini par John Nelson

« Je lus et relus les partitions de Gluck, je les copiai, je les appris par cœur ; elles me firent perdre le sommeil, oublier le boire et le manger. Et le jour où, après une anxieuse attente, il me fut enfin permis d’entendre Iphigénie en Tauride, je jurai, en sortant de l’Opéra, que, malgré père, mère, oncles, tantes, grands-parents et amis, je serais musicien. » [Mémoires, I, 64]. Hector Berlioz n’a pas vingt ...
L’Enfance des Troyens

L’Enfance du Christ par Casadesus : L’Enfance des Troyens

Berlioz détestait qu’on lui fête son anniversaire. Mais aurait-il vraiment tenu rigueur à Jean-Claude Casadesus et l’Orchestre National de Lille d’être venu à Paris pour célébrer ses deux cents ans ? Peut-être, pour leur choix d’interpréter L’Enfance du Christ. En effet, sa « trilogie sacrée » avait, lors de sa création parisienne en 1854, reçu un succès qu’il avait considéré « spontané, très grand, et même calomnieux pour mes compositions antérieures ». Mais, à l’écoute ...
Possession

« La Dame de Pique » à l’Opéra National de Montpellier

« Ou je me trompe terriblement, et sans aucune excuse, ou la Dame de Pique est réellement mon chef d’œuvre » affirme à juste titre Tchaïkovsky. Il faut en louer la science consommée de l’instrumentation, l’intrigue philosophico-fantastique, l’onirisme sulfureux mû par une dramaturgie prenante. Un univers suffocant proche parfois du Tour d’Écrou de Britten. La partition, la plus élaborée du musicien, n’a rien à partager avec le statisme d’Eugène Onéguine — musique ...
Norma Intérieur Nuit

Norma Intérieur Nuit

Une production de « Norma » d’Angers Nantes Opéra Norma est un drame de l’obscurité, qui tout entier s’articule autour du début de l’Acte II. Scène magnifiquement nocturne, au cours de laquelle l’héroïne s’apprête à tuer ses enfants endormis : réminiscence de Médée bien sûr, d’une pureté et d’une dureté tout helléniques. La scénographie choisie par Jean-Jacques Cubaynes pour le Grand Théâtre d’Angers restitue pleinement cette épure crépusculaire : des lignes verticales ou ...
Le réveil du Coq

Le réveil du Coq

Le « Coq d’Or » de Rimsky Korsakov en version de concert La Fiancée du Tsar à Bordeaux, le Coq d’Or au Châtelet l’année dernière, repris cette année à Toulouse : les opéras de Nikolaï Rimski-Korsakov semblent entrer enfin au répertoire. Peut-être est-il temps que l’on se rende compte qu’il est l’un des plus grands compositeurs lyriques du XIX° siècle… Quinzième et dernier de ses opéras, Le Coq d’Or, au-delà d’une écriture ...

Lulu spectaculaire avec Marisol Montalvo

Il s’agit de la deuxième reprise de la spectaculaire production du chef d’œuvre d’Alban Berg. Celle-ci permet de découvrir une formidable nouvelle Lulu, l’Américaine Marisol Montalvo, et aussi de réentendre des chanteurs aguerris : Anja Silja et Franz Mazura. Cette Lulu de Willy Decker (1998) succède à celle, mythique, de Patrice Chéreau en 1979 au Palais Garnier sous la direction de Pierre Boulez — création mondiale du troisième acte de l’opéra terminé ...
Wagner s’invite chez Chabrier

Wagner s’invite chez Chabrier

Une courageuse production de « Gwendoline » Gwendoline, opéra Wagnérien ? La réponse appelle quelques réserves. Au XIX° siècle, la plupart des musiciens français éprouvent une fascination irrésistible quoiqu’à des divers degrés envers l’ombrageux Allemand. Ernest Reyer (Sigurd), Massenet via Esclarmonde, ou encore le parsifalien et méconnu Fervaal de Vincent d’Indy, attestent cette influence. Chabrier est également « vampirisé » par l’auteur de la Tétralogie. Lorsqu’il entend Tristan à Munich en 1879, c’est une révélation. Aux ...
Bill l’Espiègle

Bill l’Espiègle

Christie et von Otter dans « Serse » de Haendel Serse (Xerxès), antépénultième opéra de George Frideric Haendel, est à lui seul un paradoxe. Il comporte dès son début une des mélodies les plus mondialement connues de son auteur, « Ombra mai fù » ; et demeure pourtant une quasi-rareté. À tel point que si même Admeto et Ezio ont été chantés à Paris, on y attendait encore ce Roi des Perses ! De même, ...
Le rire transcendé !

Le rire transcendé !

Jacques Offenbach (1819-1880) : La Périchole Le Théâtre de Nancy a ceci de particulier qu’il peut afficher indifféremment Fidelio de Beethoven, Il Prigioniero de Dallapiccola ou La Mascotte d’Audran à ses programmes, sans que l’impeccable logique de sa programmation puisse être mise en cause. L’éclectisme et l’ouverture sont ici de rigueur, le seul critère retenu pour des spectacles si différents étant celui de l’excellence. Le public qui a ovationné, ces dernières ...
Au nom des pères

Les Troyens par Gardiner au Châtelet : Au nom des pères

Fêté dans toute l’Europe musicale, c’est à Paris que Berlioz rêvait de voir Les Troyens triompher. Cent quarante années après la création de la deuxième partie, John Eliot Gardiner les dirige pour la première fois dans la capitale en intégralité. Une série de représentations honorée d’une diffusion télévisée nationale – et en direct –, qui restera comme un jalon de l’épopée de cet Opéra ; autant par la qualité de l’interprétation ...
Un Wozzeck exemplaire

Un Wozzeck exemplaire à Lyon

Alban Berg (1885-1935) On a pu voir à l’Opéra de Lyon, coproducteur du spectacle, un formidable « Wozzeck » d’Alban Berg mis en scène par Stéphane Braunschweig, seul spectacle du dernier festival d’Aix-en-Provence à ne pas avoir été présenté au moins une fois par la faute du mouvement des intermittents du spectacle. Musicalement comme scéniquement, c’est une réussite totale qu’il ne faudra pas manquer quand le Festival d’Aix le reprendra en été 2005. C’est ...
L’union après la rupture

L’union après la rupture

Poulenc & Chabrier au Théâtre Impérial de Compiègne Un dimanche après-midi au Théâtre Impérial de Compiègne, cela vous tente t-il ? À moins d’une heure de Paris, des pans entiers du patrimoine musical français revivent, sous l’impulsion de son Schauspieldirektor Pierre Jourdan. Ce « cercle des mélomanes disparus » réhabilite des ouvrages méconnus ou ostracisés. Tels Dinorah (Le Pardon de Ploermel), opéra pastoral de Meyerbeer (repris ici même en 2004), le Songe d’une nuit d’été ...
Une Flûte animée

Une Flûte animée pour l’inauguration de la saison du Capitole

Nicolas Joel inaugurait cette saison du Théâtre du Capitole hors les murs, pour cause de travaux de rénovation, par cette Flûte enchantée à la Halle aux Grains. Par sa configuration hexagonale, avec une scène centrale, cette salle pose certainement de grands problèmes de mise en scène et d'utilisation de l'espace, ici assez habilement résolus par l'utilisation d'un double escalier hélicoïdal — ressemblant à une molécule d'ADN—  au pied duquel les musiciens ...
Vocalité atone, magie sonore

Vocalité atone, magie sonore

« La Frontière », opéra de voyage de Philippe Manoury Composé dans le cadre d’une résidence Carré Saint-Vincent à Orléans, le troisième ouvrage scénique de Philippe Manoury (1952) adopte la forme opéra de chambre. Après 60e parallèle créé en 1998 au Théâtre du Châtelet, lui-même fruit d’une résidence à l’Orchestre de Paris, et K… en 2001 à l’Opéra de Paris, deux partitions à l’orchestre luxuriant agrémenté de l’informatique « en temps réel », ...
salome_1a-300x4501

Somptueuse prise de rôle de Karita Mattila

« Salomé » de Richard Strauss à l’Opéra-Bastille Pour cette seconde production de Salomé de Richard Strauss à l’Opéra Bastille, après celle d’André Engel en 1994 reprise en 1996, Hugues Gall a fait appel au metteur en scène Lev Dodin, qui avait déjà signé en ce même théâtre en 1999 une Dame de pique de Tchaïkovski décapante et iconoclaste, et, la saison dernière, au Châtelet, un Démon d’Anton Rubinstein terriblement statique ...
Tragédie palatine

Tragédie palatine

Retour d’une belle production de l’Agrippina de Haendel Il est malaisé de classer Agrippina, jubilatoire comédie satirique et corrosive, laquelle provoque dans la salle une tempête de rires. En effet, cette joyeuse parade pourrait tout aussi bien s’intituler Les Lauriers de César ! Un authentique festival de bel canto, aux mélodies profuses, sans la moindre afféterie. Haendel, alors âgé de vingt-quatre ans, brocarde le surprenant univers des mœurs palatines, via une ...
Noces de Sang

Carmen au Stade de France

Deux ans presque jour pour jour après une Aïda pour le moins très controversée, le Stade de France renoue avec les méga-productions d’opéra, par le biais de Carmen. Annoncé dès 2001 au moins, ce projet a eu pour lui la durée propice au mûrissement, et l’avantage de tirer profit de la précédente expérience. Le principal handicap à la charge du « Verdi » étant la dimension minuscule des personnages en un aussi ...
Picasso au Châtelet et Sylvie Guillem à Garnier

Picasso au Châtelet et Sylvie Guillem à Garnier

Des classiques pour clore la saison chorégraphique Picasso retrouve le Châtelet Événement attendu, la visite de l’Opéra National de Bordeaux au Théâtre du Châtelet aura permis de voir deux spectacles d’importance : la rare Fiancée du Tsar de Nicolaï Rimski-Korsakov et Picasso et la danse par le Ballet de l’Opéra National de Bordeaux dirigé par Charles Jude. Conçu sur une idée de Jean-Albert Cartier, ce dernier spectacle, assez inégal, permettait d’admirer toiles peintes ...
Béjart pérennise, Bausch déçoit, Preljocaj confirme

Béjart pérennise, Bausch déçoit, Preljocaj confirme

Fin de saison chorégraphique à l’Opéra-Bastille Quoique troublés par les grèves des intermittents du spectacle, les derniers spectacles de la saison chorégraphique parisienne ont tous pu être donnés, même partiellement. Béjart au passé et au présent Maurice Béjart, encore et toujours ! Avec du neuf comme avec du vieux, l’habile magicien remplit l’Opéra-Bastille pour quinze représentations historiques d’un spectacle en quatre parties. Historiques à plus d’un titre car les nostalgiques du Béjart, dont la ...
Tristan, Mimi et Idoménée font les beaux soirs des heureux festivaliers Britanniques

Tristan, Mimi et Idoménée font les beaux soirs des heureux festivaliers Britanniques

Festival de Glyndebourne 2003 Le Festival d'opéra de Glyndebourne a ouvert dans la sérénité son édition 2003 avec deux superbes nouvelles productions de Tristan und Isolde de Wagner, une première pour ce festival, et d'Idomeneo de Mozart, ainsi que la reprise d'une Bohème de Puccini très actualisée. Poignant Tristan C’est avec Tristan et Isolde que le Festival de Glyndebourne 2003 a ouvert, grande réussite du metteur en scène allemand Nikolaus Lehnhoff, artisan ...
Pas de bonnet d’âne pour le conservatoire

Pas de bonnet d’âne pour le conservatoire

Première française de l’ultime opus scénique de Richard Strauss La ténacité d’un directeur de théâtre têtu comme un ... Breton aura eu raison de facétieux grévistes ; un mouvement social n’eût pas manqué de pénaliser cette initiative originale. Point de musiciens aguerris, mais des élèves du Conservatoire rennais ; lesquels ont confirmé le fameux vers de Corneille « aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années ». Une maîtrise indéniable, un ...
 

Baniere-clefsResMu728-90-2b