ADN Baroque2 Klarthe

Musique symphonique

Aimez-vous Webern?

Robert Craft : Aimez-vous Webern?

Igor Stravinsky avait dépassé les 70 ans quand il commença à composer de la musique sérielle, sous l’influence du alors tout jeune Robert Craft. Ce dernier, autant disciple que pédagogue, fasciné aussi bien par le créateur du Sacre du Printemps que par Webern, avait réussi le mystérieux prodige de convertir le vieux compositeur à une forme d’écriture auquel il était resté étranger depuis les années 1910. Au soir de sa ...
vadim_repin

Vadim Repin & Sofia Gubaïdulina : Vents d’hiver

La saison symphonique du Théâtre royal de La Monnaie au Palais des Beaux-Arts se poursuit avec un programme russe en écho aux représentations scéniques de la Dame de Pique de Tchaïkovski. Le violoniste Vadim Repin, premier lauréat 1989, du concours musical Reine Elisabeth jouit d’une grande popularité en Belgique et il remplit sur son nom toutes les salles de concert du royaume. Cette forte personnalité, toujours humble devant la musique, ...
Hilary Hahn, L’envol britannique concertant

Hilary Hahn, l’envol britannique concertant

Si nombre d’enfants prodiges suscitent l’intérêt et la curiosité en raison de leur jeune âge, rare sont ceux qui ont su maintenir une carrière à long terme… Car plus on est jeune, plus l’exploit est impressionnant, la performance digne du Guinness des records (!), le vieillissement est donc signe de dégénérescence. A contrario (il faut bien deux extrêmes), on a pu déplorer par sens de la contradiction ou par méfiance ...
La Sortie du Prince

René Koering, la sortie du Prince

Présences 2005 Consacré à Marc-André Dalbavie, le cru 2005 de Présences s’ouvrait sur une œuvre en création française de ce « poulain » de Pierre Boulez, Rocks under the Water. Pièce de circonstance écrite pour l’inauguration du Peter B. Lewis Building de Cleveland (ville où Dalbavie fut « compositeur en résidence »), ouvrage conçu par l’architecte Franck Gehry, Rocks under the Water était prévu à l’origine pour différents groupes instrumentaux répartis en différents lieux de ...
Pascal Rophé

Création de Michel Fourgon par Pascal Rophé

Dans le cadre de la saison symphonique du Théâtre Royal de la Monnaie au Palais des Beaux Arts de Bruxelles l’OPL a fait entendre la création d’une œuvre commandée au compositeur liégeois Michel Fourgon. Celui-ci, professeur de composition et d’histoire de la musique au Conservatoire de Liège, a composé un « Concert » pour clarinette et orchestre pour son confrère et ami Jean-Pierre Peuvion, professeur de clarinette et musique de chambre dans ...
Honegger et Orff

Honegger et Orff par Riccardo Muti

L’Orchestre National de France a offert, ce jeudi, un concert mémorable et magnifique. La Symphonie n°2 pour cordes et trompette ad libitum d'Arthur Honegger fut composée de 1940 à 1941, après l’invasion allemande et créée le 23 janvier 1942 par le Collegium Musicum de Zurich sous la direction de Paul Sacher qui l’avait commandée à Honegger. Cette œuvre magistrale et impressionnante de tension est une merveille d’architecture musicale. C’est Charles ...
Énergie jubilatoire

Énergie jubilatoire pour Carmina Burana par Rattle

Simon Rattle dirige Carmina Burana de Carl Orff Á Berlin on ne valse pas pour le concert de la Saint-Sylvestre. Question de style ! Mais le choix de Simon Rattle et des Berliner Philharmoniker était cependant festif avec les très populaires Carmina Burana dont le moins que le peut dire est que ce n’est pas une musique fatigante intellectuellement. Leur compositeur, le bavarois Carl Orff (1895-1982), avait fait preuve d’une certaine originalité ...
levi_yoel-300x3771

Hommage à Luciano Berio par Yoel Levi

L’Adagio pour cordes de Samuel Barber ouvre ce concert dédié à la mémoire des victimes du tsunami asiatique et dont la recette sera versée à une action humanitaire destinée à aider les sinistrés d’Asie. Avec le scherzo de la symphonie n°2 de Mahler débute, ensuite, l’hommage au maître italien décédé en 2003. Double hommage, car Berio a utilisé ce Scherzo In ruhig fliessender Bewegung dans sa Sinfonia. Il est bien ...
collin_davis_paris

Sir Colin Davis et Mihaela Ursuleasa à Paris

Grand défenseur de l’un de nos immenses compositeurs, Sir Colin Davis se fait pourtant rare sur les scènes françaises. Quelle excitation était la notre ce vendredi soir de le savoir à Paris, qui plus est pour diriger le grand Berlioz ! Hector Berlioz qui a été son plus grand choc musical il y a bien longtemps en découvrant L’Enfance du Christ d’abord, puis Roméo et Juliette, les Nuits d’Eté et toute ...
Chœur en gloire

Claus Peter Flor, chœur en gloire à Toulouse

Ah ! le Requiem ! Divin Mozart, langueurs religieuses et componction ecclésiastique … Rien de cela, bien sûr : amateurs de clichés, passez votre chemin. Le Requiem de Claus Peter Flor, décapé comme les fresques de la Sixtine, retrouve ses vraies proportions, ses vraies couleurs. Les tempos, allants, sont partout les bons, c’est-à-dire qu’on n’entend pas ici les battues divisées par deux imposées par la tradition. L’orchestre retrouve une taille réduite (8/8/6/3) et ...
Deux Kleiber pour 27 minutes de bonheur avec Borodine

Deux Kleiber pour 27 minutes de bonheur avec Borodine

Il reste hélas sans doute peu de choses inédites à découvrir dans la discographie fort maigre de Carlos Kleiber ; consolons-nous en retrouvant cette archive bien connue, autrefois publiée par Mediaphon. Soyons clair, ce disque étincelant et très bien enregistré est sans hésitation indispensable à tout admirateur du chef, tant il offre un résumé magistral de son art : légèreté des phrasés, fluidité des tempos, perfection des dosages instrumentaux ; quelque chose de l’ordre ...
Krzysztof Penderecki, un Requiem Polonais

Krzysztof Penderecki, un Requiem Polonais

Les analystes, à la même enseigne que le compositeur lui-même, ont assez clairement défini et délimité les étapes stylistiques de Krzysztof Penderecki. Né en 1933, il est rapidement devenu le compositeur polonais le plus renommé de son temps. Ce surdoué étudie au Conservatoire de Cracovie, suit des cours de philosophie et se passionne pour l’architecture. Très vite, il entre en contact avec les œuvres modernes qu’il s’agisse de Berg et ...
Moment d’apesanteur

Moment d’apesanteur avec Chung et Miah Persson

Fi de Natalie Dessay et des Brentano-Lieder de Strauss (dont le dernier, Amor, donne le titre de son dernier album, chroniqué sur ResMusica). Qu’importe, le public s’est pressé ce soir là, comme à chacun des concerts de cette intégrale Mahler (lire le compte rendu de la symphonie n°3 et de ce même concert, deux jours plus tôt, à Dijon). Composée lors de son dernier séjour en Italie la symphonie n°29 ...
In Paradisum

In Paradisum

On attendait Natalie Dessay. Et puis, assez tôt, toutefois, on sut qu’elle ne viendrait pas, suite à une nouvelle intervention sur ses cordes vocales. Qu’à cela ne tienne! Le Philharmonique de Radio France et son directeur musical Myung-Whun Chung constituent une affiche suffisamment « porteuse » et prometteuse pour faire le plein de l’Auditorium … Exit ainsi la Lulu- Suite d’Alban Berg, initialement programmée et remplacée par…la symphonie 29 de Mozart. Quant à ...
Karol Szymanowski Stabat Mater

Karol Szymanowski Stabat Mater

Une mélopée venue de loin, du silence et sans doute du fond des âges déclame sur un lit de cordes les premiers sons du Stabat de Szymanowski après une introduction orchestrale sobre. Le décor est ainsi planté et c’est ainsi que nous assistons à la célébration de la vierge polonaise au travers d’une œuvre dont l’esprit n’est pas étranger au Requiem Allemand de Brahms. A plus d’un titre, les deux ...
Gustav Mahler L’élan vers l’infini

Gustav Mahler et Myung-Whun Chung, l’élan vers l’infini

Pour le troisième concert de l’intégrale des symphonies de Mahler entreprise au début de la saison par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la baguette de son chef Myung Whun Chung, le Théâtre des Champs-Élysées donnait à guichet fermé ce vendredi la troisième symphonie en ré mineur, la plus longue de toutes que le compositeur termine le 6 août 1896 après deux étés d’un travail exalté dans son « Haüschen », une cabane ...
Sokhiev et la musique française

Sokhiev et la musique française

Halle aux Grains Où l’on retrouve Tugan Sokhiev, très jeune chef qui avait fait si forte impression la saison dernière dans le répertoire russe, annoncé comme l’un des successeurs possibles de Michel Plasson. Et la question, bien sûr, qui brûle les lèvres à la lecture du programme : le succès sera-t-il aussi au rendez-vous dans un répertoire « bien de chez nous » ? La réponse est à la fois oui et non. On s’en voudrait ...
Spectacle et douceur

Spectacle et douceur avec Zoltán Kocsis

Le 2 décembre 1956 un pianiste surgissait du néant en mettant débout le public du Châtelet grâce à une interprétation du 1er concerto de Liszt digne du compositeur lui-même. Malheureusement Zoltán Kocsis ce vendredi soir n’était pas Georges Cziffra… Certes son jeu fut brillant mais sans doute trop « m’as-tu vu » offrant à l’auditoire une virtuosité quasi gratuite sans âme ou si peu par instants. Des notes déferlant à un tempo ...
A la lisière inconnue des hasards ...

Jean Barraqué à la lisière inconnue des hasards…

Il est bien rare, en France du moins, de voir à l’affiche des salles de concert la musique de Jean Barraqué. Les deux œuvres dirigées ce Samedi 27 sur la scène du théâtre du Châtelet à Paris par Sylvain Cambreling n’ont guère été redonnées après leurs créations respectives, en 1960 pour Au-delà du hasard et 1968 pour le temps restitué ! C’est dans le cadre de l’Atelier Michel Foucault — philosophe, ...
Lénifiant ou Jazzifiant ?

Lénifiant ou Jazzifiant ?

La difficulté lorsque l’on aborde des œuvres symphoniques de la toute fin du XIXe siècle est de ne pas laisser de côté la finesse des phrases, la beauté des lignes mélodiques. Le répertoire de cette période se caractérise par des contrastes souvent spectaculaires, des mélodies qui émeuvent l’auditeur par leur fraîcheur et leur dynamisme interne : il est relativement facile de se laisser aller au plaisir du spectacle, de l’émotion immédiate ...
Musique française au tournant du siècle

Musique française au tournant du siècle

Orchestre Philharmonique de Liège S’il y a une chose qu’on ne prend pas à la légère à l’O. P. L., c’est bien l’accord de l’orchestre, quasi cérémonial élevé au rang d’institution…. Cela commence par l’entrée - très remarquée, car nettement décalée d’avec l’orchestre et saluée comme il se doit - du premier violon-solo, lequel entend bien (ce n’est pas là la moindre de ses qualités) dissuader toute tentative de charivari : on ...
Chostakovitch : effrayante, terrifiante symphonie

Chostakovitch par Gergiev : effrayante, terrifiante 4ème symphonie

Les auditeurs ont beaucoup de chance de pouvoir entendre aujourd’hui la quatrième symphonie de Dimitri Chostakovitch (1906-1975). Composée en 1936, l’œuvre ne fut pas tout de suite exécutée en public. Il faudra attendre Décembre 1961 pour que l’œuvre soit crée sous la baguette de Kyrill Kondrashin à Moscou et surtout la reconstitution de la partition à partir d’un arrangement pour deux pianos et des parties orchestrales, le texte original ayant ...
Mahler/Chailly : Brumes persistantes sur la IXe Symphonie

Mahler/Chailly : Brumes persistantes sur la IXe Symphonie

Portée aux nues par Alban Berg, visionnaire et expérimentale voire plus audacieuse que bien des œuvres des « modernistes »— Webern, Schönberg et Berg — avec l’Andante comodo initial, la Symphonie n°9 de Gustav Mahler est une montagne musicale qui repousse les frontières connues de la forme, dans l’esprit et l’intuition des mondes perceptibles par nos sens familiers. Des ivresses tendres du début aux spasmes les plus convulsifs, tout œuvre ici vers ...
Collard en Majesté

Concerto pour piano de Pierre Sancan, Jean-Philippe Collard en Majesté

Trois révélations en une, ce n’est plus un disque, c’est un cadeau. Le retour au disque du plus éblouissant des pianistes français se devait d’être un événement : il l’est ! Relativement peu présent dans les festivals à la mode hexagonale, Jean-Philippe Collard mène une très belle carrière sur les continents nord et sud américain, australien ou extrême-oriental. La France a ses péchés mignons, ses modes qui parfois tombent d’aéronefs et puis ...
chosta_toulouse_2004

Chostakovitch et l’actualité

Halles aux Grains II y a quelque chose de tristement saisissant, le lendemain des élections américaines et le jour de l’annonce de l’aggravation de l’état de santé de Yasser Arafat, à entendre résonner les vers d’Evgeni Evtouchenko dénonçant les abus et mensonges du pouvoir, la corruption, la barbarie xénophobe. Car on aurait tort de croire secondaire le message politique de Chostakovitch, ou seulement lié a la terreur stalinienne : tout comme Beethoven ...
Canteloube et les Chants d’Auvergne

Splendides Chants d’Auvergne par Véronique Gens

S’il fut l’élève de Vincent d’Indy et Charles Bordes, deux disciples de César Franck, les compositions (dont trois opéras) de Marie-Joseph Canteloube de Malaret — plus connu sous le nom de Joseph Canteloube — ne rencontrèrent jamais un succès retentissant. Membre de l’Action Française, il s’intéressa vivement aux traditions musicales régionales. Et c’est en tant que collectionneur de ces musiques qu’il a trouvé sa place dans l’histoire de la musique ...
Leonard Bernstein : Mass

Mass de Leonard Bernstein par Kent Nagano

Le XXe siècle a vu, dans le domaine de la musique religieuse, la plus riche des recherches artistiques, tant sur le fond que sur la forme des œuvres. Confrontés aux grandes messes et oratorios de concert du XIXe, les compositeurs ont cherché à simplifier et diversifier le discours religieux, tout en illustrant les profonds doutes du croyant durant un siècle déchiré par la guerre et bouleversé par la révolution technologique. ...
KO au Capitole

KO au Capitole

Il est de ces rares concerts dont on sort épuisé, ravi, enthousiaste et un peu absent ; K. O. debout. Au dernier accord vous partez comme un automate, bredouillez quelques mots sans suite, la musique ne semble jamais vouloir finir. Tant pis pour la pluie qui ne parvient même pas à vous arracher à votre ravissement. Moi qui vous parle, j’entends encore flotter quelque part les accents tenaces d’un Brahms saisissant. ...
Athalie, sort de l’oubli

Helmuth Rilling sort Athalia de Mendelssohn de l’oubli

Dans l’ombre de la musique de scène du Songe d’une Nuit d’été et sans atteindre son degré de génie, Athalia reste néanmoins une œuvre profonde et personnelle de Felix Mendelssohn qui avait d’évidentes affinités avec ce genre musical aussi riche que difficile. Sur un argument librement adapté de Racine, lui-même inspiré par un récit biblique, l’histoire d’Athlalia est d’abord confiée au dialoguiste, ce qui rend l’ouvrage relativement indigeste pour les mélomanes ...
La symphonie des chefs

La symphonie des chefs

Éditions de La Martinière La partition de cette «Symphonie des chefs» contient «tout simplement» une étude biographique passionnante relative aux plus grands maestros du XXème siècle, voire du XIXème. Si la toute première partie est consacrée aux Maîtres du passé, tels, entre autres, Toscanini ou Furtwängler, Mahler ou Walter, Munch ou Monteux, Klemperer ou Karajan, Bernstein ou Ansermet, qui, à l’évidence, n’ont pu être interviewés par l’auteur, mais dont les monographies ...
 

Banniere-clefsResMu728-90