bandeau Res Musica

Opéra

Une messe noire pour nègres blancs

Les Nègres de Michaël Levinas, messe noire pour nègres blancs

Si l’on pense aux créations d’opéras nouveaux de ces quinze dernières années, on ne peut qu’être frappé du nombre croissant d’arguments — voire de livrets — issus tout droit de la littérature, du théâtre ou même de la poésie, avec la création de Matthias Pintscher à la Bastille en Février dernier… fondant et confondant pour longtemps sans doute les frontières entre action et réaction, scénographie et mise en scène. Comme ...
Rêverie archéologique

Rêverie archéologique

Opéra Verdi Alors que débute le prélude, nous découvrons une salle du musée du Caire. Quelques visiteurs admirent les vitrines où s’entassent divers objets et deux statues grandeur nature, un pharaon et une femme tout d’or vêtue, protégées par une balustrade. Une mendiante est prostrée dans un coin, on remarque deux soldats en tenue coloniale ; l’un semble accablé. Il se tourne et découvre le bandeau qui lui cache les yeux : il ...
Un ballo in maschera

Un ballo in maschera

Opéra national de Montpellier, Viva Verdi Après La Dame de Pique et le Freischütz, l’Opéra de Montpellier, poursuivant une programmation 2003-2004 tout à fait exceptionnelle, présentait au Corum Le Bal Masqué de Verdi, un des grands chefs d’œuvre pour la voix du compositeur italien. Il sera crée le 17/O2/1859 au théâtre Apollo de Rome sur un livret d’Antonio Somma d’après Le Bal Masqué — ou Gustavo III — d’Eugène Scribe après ...
Freud contre Dieu

Freud contre Dieu

« Le Visiteur » de Stavros Xarhakos Le Théâtre Impérial de Compiègne pratique judicieusement le mélange des genres, fort d’une ambitieuse politique culturelle locale. Entre le diptyque Poulenc/Chabrier d’octobre dernier et la rarissime Dinorah de Meyerbeer (fin mars), il reprend le Visiteur de Stavros Xarhakos créé in loco le 15 octobre 2000. Il s’agit d’un opéra de chambre aux allures de thriller - ou de polar fantastico-métaphysique : un immense duo, échange ...
Lulu de Berg

Lulu de Berg exemplaire à Zurich

La mort prématurée d’Alban Berg en 1935, laissa Lulu, second opéra du compositeur Autrichien, inachevé. Dès lors, une multitude de controverses apparurent pour savoir si l’on pouvait et devait réaliser la fin de l’opéra en se basant sur les esquisses laissées par Berg pour le troisième acte. Une réponse fut donnée en 1978 par Friedrich Cerha qui réalisa ce dernier. La version — avec troisième acte — est créée par ...
Une journée avec Felicity Lott

Une journée avec Felicity Lott

Pour ses débuts, la Collection « Voices of our Time », éditée par TDK, constituée de récitals enregistrés au Théâtre du Châtelet, nous offre un récital de Felicity Lott accompagnée par le pianiste Graham Johnson. Ce choix est tout à fait judicieux et logique tant le public parisien, et celui du Châtelet en particulier, a adopté cette cantatrice. Qui n’a pas été captivé par son interprétation du rôle titre de la Belle ...
Eloge de la Sagesse

Le Fou de Marcel Landowski, éloge de la Sagesse

Marcel Landowski est le fondateur de l’orchestre de Paris et l’initiateur du Théâtre Musical de Paris-le Châtelet. Il allait donc de soi que ces deux institutions s’unissent pour lui rendre hommage. La scène du Châtelet étant monopolisée par le spectacle « Fosse-the Musical » le spectacle a été « décentré » à Mogador. Ce Fou était l’occasion de découvrir un des rares rescapés de la création lyrique française de la seconde moitié du XXe siècle. ...
Figaro bello

Figaro bello

W. A. Mozart Cette nouvelle production est de celles qui suscitent l’adhésion ou provoquent le rejet, mais elle ne peut laisser indifférent et ouvre un vrai débat. Voici Mozart, Da Ponte et Beaumarchais restitués dans leurs costumes, l’esprit du temps et le contexte historique. Elle donne la preuve qu’il n’est nul besoin de faire de Figaro un garagiste ambitieux ou bien encore du Conte un PDG adepte de la promotion canapé ...
Messiah  Triumphans

Messiah Triumphans

Le Messie de Haendel En termes de popularité, Le Messie est à Haendel ce que La Saint-Matthieu est à J.S. Bach, La cinquième à Beethoven, ou la Nouveau Monde à Dvorak… Point de lassitude cependant : depuis deux siècles et demi, le succès de cette œuvre fascinante ne s’est pas démenti. Chef d’œuvre — et miracle — d’équilibre entre la vigueur épique du chœur et l’exquise et lumineuse beauté des Arie, « Le ...
L’Amour blessé  de Jupiter...

L’Amour blessé de Jupiter…

Semele de Haendel Après un Sirœ assez décevant en version de concert dans ce même théâtre, on pouvait être en droit d’attendre de ce Semele un plaisir équivalent à celui que nous avait procuré le superbe Serse, mais hélas, le miracle n’allait pas se reproduire. Pourtant, Semele, qui occupe une place à part dans l’œuvre du caro Sassone est loin d’être un ouvrage mineur. Lors de sa création en oratorio à ...
Paillasse and Ko

Paillasse and Ko

Curieuse idée de réunir lors d’un même concert une Messe d’un Puccini encore étudiant et l’opéra « coup de poing » d’un Leoncavallo déjà confirmé. On n’imagine guère réunir ainsi, par exemple, le Requiem allemand de Brahms et le premier acte de La Walkyrie de Wagner sous le prétexte qu’il s’agit de deux compositeurs allemands contemporains !! Mais passons, si leur destination première est toute différente, il s’agit après tout de deux très ...
« Flûte » de charme ?

« Flûte » de charme ?

Die Zauberflöte Cette « Flûte » est une reprise du spectacle donné en juillet 2000 au festival de Saint-Céré, avec une tout autre distribution. Olivier Desbordes, directeur de l’« Opéra Eclaté » (Compagnie Nationale de Théâtre Musical et lyrique) et du Festival de Saint-Céré depuis une vingtaine d’année, assure en outre depuis 2002 la direction de la scène lyrique du Duo/Dijon. En cette qualité et en cette occasion, il précise ses intentions. Sur le plan ...
Des espèces en voie de réapparition !

Des espèces en voie de réapparition !

« Les Oiseaux » au Grand Théâtre de Genève La cage de l’oubli a été rouverte ! Les volatiles qui y étaient maintenus prisonniers retrouvent enfin la liberté ! Hourra ! Mais qu’est-il donc arrivé à ce bestiaire de volatiles rassemblés pour le Singspiel de Walter Braunfels créé à Munich en 1920 par Bruno Walter ? La réponse se pressent. Si un chef d’œuvre qui a vu le jour en Allemagne disparaît dès 1933 de l’histoire ...
Max tire son coup ...

Max tire son coup …

Un « Franc-tireur » iconoclaste ? La mise en scène de certains ouvrages-phares appartenant au terroir allemand, tel le chef d’oeuvre de Weber, s’avère hautement problématique. Un véritable défi attend le dramaturge à la marge de manoeuvre étroite. Deux conceptions sont possibles : l’approche panthéiste, littérale (fidèle au livret) par laquelle on tente de coller au plus près au drame romantique : la forêt, l’élément fantastique, la nature libre et sauvage. Option traditionnelle ...
Tout le monde au Balcon !

Tout le monde au Balcon !

Peter Eötvös Faux-semblants, jeux et apparences, mise en abyme de la société et du spectacle du réel, Le Balcon de Jean Genet est une pièce riche, intrigante. Dans le bordel éponyme dirigé par madame Irma, divers représentants de l’autorité, un juge, un évêque, un général et le chef de la police, jouent leurs rôles dans des scènes érotiques tandis qu’au dehors la révolte gronde. Finalement, la tenancière est couronnée Reine après ...
Haendel à l’heure du thé...

Haendel à l’heure du thé…

Georg Friedrich Haendel ; L’Allegro Parfois, on peut se demander si la musique n’est pas sans avoir quelque affinité avec l’art culinaire : autant des ingrédients très simples, mais bien accommodés, peuvent aboutir à un résultat fort savoureux, autant des mets très raffinés et recherchés se révéler parfois insuffisants pour réussir un plat, surtout s’il manque un chef sachant y apporter la petite touche finale qui donne le chic, et/ou la saveur... ...
Le Chevalier viennois

Le Chevalier viennois

Der Rosenkavalier De cette langue sans exemple qu’il avait inventée pour Le Chevalier à la Rose, cette sorte de «volapück du XVIIIe siècle», Hoffmanstahl estimait qu’elle «a fait de ce livret l’un des moins traduisibles du monde». Ce que cette langue exprime, dans sa structure même, c’est en effet — toujours selon son auteur — «la sociabilité des personnages entre eux, sociabilité qui produit l’atmosphère vitale de la pièce». La correspondance ...
Quelque chose va craquer !

Quelque chose va craquer !

Mireille Delunsch dans « la Traviata » Une Traviata serait-elle née ? Assurément. Dans la lignée de Callas ou de Tiziana Fabbricini. Depuis sa mémorable prise de rôle à Bordeaux (en novembre 2000), Mireille Delunsch transfigure Violetta. Elle transforme la courtisane parisienne en ange déchu, en pathétique marionnette démantibulée qui traîne son mal de vivre comme une somnambule ; victime d’une société bien pensante, étriquée et cynique. C’est ici une créature solaire, pure, virginale ...
Où sont passés Da Ponte et Mozart ?

Où sont passés Da Ponte et Mozart ?

Don Giovanni Contraste de programmation, de jeu, de geste musical, de conception scénique. Après la légèreté de La Périchole, l’Opéra de Nancy, ayant pour maître mot l’hétérogénéité, nous a invité à fêter cette nouvelle année autour d’un grand festin, celui de pierre… avec le ô combien célèbre et merveilleux Don Giovanni. L’impatience de se rendre à Nancy pour savourer une nouvelle fois le génie mozartien était alliée à une interrogation sur ...
Bel canto vériste

Bel canto vériste par Roberto Alagna

« Allons bon », se dit-on en voyant ce nouveau récital de notre Roberto national, « voilà qu’il est devenu fou ! » Et de se demander si, dans sa frénésie de répertoire, Alagna ne se prendrait pas tout à coup pour Mario Del Monaco… Mais, en détaillant ce programme qui nous est présenté comme « vériste », on se prend à douter : un tel mélange d’œuvres si différentes, de compositeurs si éloignés (Zandonai avait trois ans quand ...
Les malheurs de « Siroe »

Les malheurs de « Siroe »

« Siroe, re di Persia » de Haendel Après la réussite de Serse, présenté en novembre dernier dans ce même théâtre, on pouvait espérer beaucoup de cette version de concert d’une œuvre encore plus rare : Sirœ rè di Persia, créée le 17 février 1728 au King’s Theatre de Londres. Sa distribution était alors éblouissante, réunissant rien moins que le fameux castrat Francesco Bernardi, dit « Il Senesino » dans le rôle-titre, et les ...
Une opérette d’Honegger ? Est-ce une blague ?

Une opérette d’Honegger ? Est-ce une blague ?

Les aventures du Roi Pausole L’Opéra de Fribourg, qui signe annuellement une production vers fin décembre, propose une rareté : une opérette d’Arthur Honegger, intitulée Les aventures du Roi Pausole. La maison fribourgeoise, qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle compte dix-huit ans d’existence, aime surprendre son public en offrant, outre quelques «incontournables» du répertoire, des ouvrages peu abordés. Personne n’invoque à Fribourg l’alibi ou l’éventualité de difficultés financières pour ...
Roland, Le chevalier à la prose

Roland, Le chevalier à la prose

« Roland » de Lully à l’Opéra de Lausanne Lausanne. Théâtre Municipal, le 4.I.04. Jean-Baptiste Lully: Roland (création le 8 janvier 1685 à Versailles). Nouvelle production de l’Opéra de Lausanne. Mise en scène et décors : Stephan Grögler. Décors additionnels et costumes : Véronique Seymat. Chorégraphies : Daniel Larrieu. Lumières : Laurent Castaingt. Vidéo : Charles Carcopino. Plutôt qu’un tube du répertoire ou une opérette surannée, Lausanne a proposé Roland de Lully pour entrer de plain-pied dans ...
Les joyeux compères de Windsor

Les joyeux compères de Windsor

Un autre visage pour « Falstaff » La plupart des théâtres lyriques français ignorent les ouvrages lyriques d’Otto Nicolaï (1810-1849). Les Joyeuses Commères de Windsor, son opus le plus populaire, est régulièrement à l’affiche des scènes de langue allemande. Angers délaisse à raison le répertoire traditionnel des divertissements obligés de fin d’année — Fille de Madame Angot, et autres Auberge du Cheval Blanc ! Et joue judicieusement la carte de l’originalité en ...
La croisière s’amuse

La croisière s’amuse

Cent cinquantenaire d’André Messager L’opérette a t-elle encore un avenir ? Le genre semble a priori en voie d’extinction. A l’heure actuelle, peu de pièces bouffes sont créées ; il faut en effet remonter au Muet au Couvent de Janos Komives (1994), ou au Jeune Lord d’Hans Werner Henze (1965) pour citer ces quelques exemples marquants. Rares sont les théâtres se risquant à programmer l’opéra comique intégralement sériel de Schoenberg, Du Jour au Lendemain ...
Une Grande Duchesse pleine d’entrain

Une Grande Duchesse pleine d’entrain

À l’Opéra du Rhin, un Offenbach restitué par J.-C. Keck Pour les fêtes de fin d’année, l’Opéra National du Rhin a choisi de faire un cadeau royal aux mélomanes alsaciens, en leur offrant un opéra-bouffe en trois actes et deux tableaux de Jacques Offenbach, la Grande Duchesse de Gérolstein. Et pour être gâté, le public l’a été : trois heures d’un spectacle présenté dans sa version originale, restituée grâce au travail remarquable de ...
Un Ring dans l’esprit de la troupe

Un Ring dans l’esprit de la troupe

Der ring des Nibelungen On l’attendait avec impatience, et Valery Gergiev n’a jamais eu peur des défis ni des efforts de longue haleine. Son marathon de seize heures est mené tambour battant, son travail d’arrache-pied pour constituer un ensemble cohérent porte manifestement ses fruits. Gergiev chef wagnérien ? Sans aucun doute et de toute première force même, sensible à la mélodie comme au rythme, large dans ses tempis et précipité lorsque l’action l’exige. ...

Ariadne auf Naxos

Opéra de Paris - Garnier Ce dont souffre le plus cette nouvelle production à l’Opéra de Paris de l’« Ariadne auf Naxos » de Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal présentée au Palais Garnier et dont le snobisme parisien s’est aussitôt emparé en en faisant le must de la saison, ce n’est pas sa mise en scène branchée, on a vu et on verra probablement bien pire, mais sa direction musicale. Le chef ...
Une « Bohème » comme au cinéma

Louis Langrée au Grand Théâtre, une « Bohème » comme au cinéma

La Bohème de Puccini, tube parmi les tubes du répertoire lyrique, continue à séduire les foules et à rassembler un très large public. La fascination qu’exerce cette évocation en quatre tableaux (pour reprendre le terme du compositeur) de la vie d’artiste maudit, avec son cortège d’éléments frisant le pittoresque, sa quantité de détails auxquels la narration s’accroche, de stéréotypes aussi, paraît sans cesse renouvelée. Depuis sa création le 1er février ...

Benvenuto Cellini par John Nelson

« Je lus et relus les partitions de Gluck, je les copiai, je les appris par cœur ; elles me firent perdre le sommeil, oublier le boire et le manger. Et le jour où, après une anxieuse attente, il me fut enfin permis d’entendre Iphigénie en Tauride, je jurai, en sortant de l’Opéra, que, malgré père, mère, oncles, tantes, grands-parents et amis, je serais musicien. » [Mémoires, I, 64]. Hector Berlioz n’a pas vingt ...
 

Baniere-clefsResMu728-90-2b