Musique symphonique

Herbert Blomstedt, Wiener Philharmoniker. Photo Salzburger Festspiele/Silvia Lelli

Bruckner et les Viennois à Salzbourg, encore et toujours

Les remplacements sont souvent l’occasion de faire débuter de jeunes chefs, d’offrir des opportunités que les habitudes de programmation ne leur permettrait que bien plus tard dans leur carrière. Cette fois cependant, la logique est inversée : c’est Herbert Blomstedt, certainement le doyen des chefs en activité après Georges Prêtre, qui supplée l’à peine sexagénaire Riccardo Chailly, blessé au bras, et ce avec une prestance physique enviable. Le choix paraît presque ...
Ottobeuren, Basilique (Wikipedia)

Haydn princier par Haitink au coeur de la Bavière rococo

L’Orchestre de la Radio Bavaroise n’a pas beaucoup d’égaux en Europe pour ce qui est du prestige constant de ses chefs invités, le revers de la médaille étant qu’on y voit beaucoup plus souvent les grands chefs d’aujourd’hui que ceux de demain. Une longue amitié unit l’orchestre à Bernard Haitink, ce qui justifie sans doute que lui soit confiée la tournée estivale de l’orchestre, constituée de deux concerts à Salzbourg ...
Rattle-Barenboim

Barenboim à Berlin, terne anniversaire

Les cordes d'abord : la première partie de ce concert hors abonnement enchaîne sans pause ni applaudissement une pièce majeure de l’œuvre hors norme de Charles Ives et la dernière grande œuvre, "pour 23 cordes solistes", de Richard Strauss. Ives n'utilise certes pas que des cordes - à la question lancinante du trompettiste répondent quatre flûtes, mais c'est la beauté saisissante du tapis de cordes qui marque dans cette œuvre ...
uchida

Les chemins audacieux de Mariss Jansons

Quelques jours à peine après avoir confirmé qu’il quittait la direction du Concertgebouw, Mariss Jansons retrouvait l’orchestre auquel il a donc préféré rester fidèle, et ce malgré les difficultés irrésolues causées à Munich par l’absence de salle de concert affectée à l’orchestre : son contrat actuel court jusqu’en 2018, et il n’est certainement pas trop tôt pour dire que la longue lune de miel entre l’orchestre et son 6e directeur musical ...
ONF

Le pari de Daniele Gatti au Châtelet

Le maestro Gatti, qu'une douleur à l'épaule a contraint à annuler ses derniers concerts, est de retour sur scène : il poursuit son intégrale des symphonies de Tchaïkovski, qu'il aime à apparier avec des œuvres inattendues. La Symphonie en ut de Stravinsky, son choix pour accompagner la Cinquième, pâtit même d'une triste réputation, et ses pourfendeurs sont rarement inquiétés pour faute de goût. Il faut reconnaître que la mise au ban ...
NLugansky(3)

Un Lugansky flamboyant dans le Troisième de Prokofiev

Prokofiev et Tchaïkovski n'aimeraient pas que l'on rapproche leur musique l'une de l'autre ; et pourtant, le programme que donnait Mikhaïl Pletnev à la tête de l'Orchestre national de Russie ne pouvait mieux souligner quel sens inné de la danse les deux compositeurs partagent. Cette ivresse rythmique, que l'on retrouve aussi bien dans leurs ballets que dans leurs œuvres les plus savantes, est à l'origine d'un goût prononcé pour les mélodies ...
John Neschling © DR

John Neschling & l’OPRL au service de Respighi

Presque un an après leur dernière rencontre, le chef d'orchestre brésilien John Neschling retrouvait les musiciens de l'Orchestre philharmonique royal de Liège. Leur collaboration d'avril 2013 s'était conclue par une session d'enregistrement dévolue à Respighi. Le projet artistique pour le label suédois BIS consistait alors à graver les Impressioni brasiliane ainsi que le pétillant ballet La Bottega fantastica. Ce soir, une poignée de jours avant la sortie de ce disque, ...
Ann Hallenberg © Artefact

Orchestre de chambre de Paris : les deux Poèmes de Chausson

On n'entend pas assez souvent Chausson pour se plaindre que ses deux Poèmes donnent de lui une image incomplète, trop suave pour ainsi dire. Les interprétations de ce concert ne manquaient d'ailleurs pas de motifs de satisfaction. Avant tout sur le plan de l'équilibre sonore : le violon comme la voix, peu puissants mais tous deux bien projetés, n'avaient pas à forcer pour se faire entendre. Certes, la douceur des ...
lionel-bringuier

Simon Trpčeski et Lionel Bringuier, un duo gagnant de jeunes prodiges

Quand un des meilleurs orchestres du monde rencontre un jeune prodige de la baguette, le résultat est réellement bluffant. Démonstration. Dans Une nuit sur le Mont Chauve, Lionel Bringuier a réussi à obtenir très belles couleurs : malgré une orchestration fournie, il est parvenu à conserver une certaine volubilité (qui n'est pas sans évoquer la Symphonie Fantastique de Berlioz) ; ainsi, évitant avec succès l'aspect parfois massif de l’œuvre, les accents « russes », bien ...
anne sophie mutter

Anne-Sophie Mutter signe un Brahms captivant

Totalement métamorphosé, le City of Birmingham Symphony Orchestra qui nous avait proposé la veille un concert assez décevant, fut éblouissant de virtuosité lors de cette deuxième soirée qui mettait à l'honneur Anne-Sophie Mutter dans le Concerto pour violon de Brahms. Le poème symphonique Don Juan fut réellement convaincant : la fougue déployée n'a pas été sans rappeler la prestation (la semaine passée) de la Staatstkapelle qui nous avait offert une magnifique Vie ...
2014-03-18 02_13_28-Les Gurre-Lieder de Schönberg dirigés par Esa-Pekka Salonen _ ARTE Concert

La Salle Pleyel soulevée par les Gurre-Lieder dirigés par Salonen

C’est à un véritable événement musical que nous conviait la Salle Pleyel puisque l’œuvre jouée ce soir, les fameux Gurre-Lieder d’Arnold Schoenberg, se fait plutôt rare dans la programmation des institutions symphoniques, qui regardent sans doute à deux fois avant d’engager cent cinquante musiciens, à quoi s’ajoute six solistes vocaux et un chœur mixte. Non seulement le coût d’une telle représentation est forcément plus élevé que pour un classique concert ...
Harmonica_069.NEF

Le Printemps du Nouveau Monde à Besançon

Le programme avait de quoi attirer un public avide de curiosités : c'est la géographie qui relie une partie des auteurs représentés ce soir. Mis à part une introduction venue d'Italie, tous appartiennent au Nouveau Monde. Dans la thématique printanière voulue par le titre du concert, entendre les deux premières Saisons de Verdi est une aubaine à ne pas rater. Issues du troisième acte des Vêpres Siciliennes, ces « Quatre Saisons » y ...
andris nelsons

Grimaud livre un Brahms sans intérêt, Petrouchka sauve la face.

Inutile de tourner autour du pot : le concert fut terriblement décevant, particulièrement le Concerto pour piano n° 1 de Brahms. Hélène Grimaud l'ayant enregistré tout récemment pour Deutsche Grammophon, il paraissait légitime d'avoir des attentes élevées. Que nenni. Pour commencer, on a été frappé par l'absence de legato et de véritable cantabile, ce qui, dans une œuvre aussi éperdument romantique fut un peu dérangeant. À ce constat s'ajoutèrent deux choses : d'une part, les ...
simon_rattle4

Tournée européenne des Berliner Philharmoniker

Après Hambourg, Bruxelles et Luxembourg, la tournée européenne des Berliner Philharmoniker avait retenu pour étape Cologne et son agréable salle philharmonique. Dans ses bagages, Sir Simon Rattle et sa célèbre phalange avaient emporté un programme pour le moins hétéroclite. Si les Berliner Philharmoniker sont rompus à l'interprétation des symphonies de Brahms (de Joshum à Karajan sans oublier Abbado), Rattle n'avait pourtant pas totalement convaincu en 2009 lorsqu'il enregistra l'ensemble des symphonies ...
cedric tiberghien 2014

Morlot et Tiberghien, « French Touch » à Paris

Miracle au Théâtre des Champs Elysées : l’Orchestre national de France offrait une soirée intelligente dédiée exclusivement à la musique française. La phalange radiophonique, à l’orée de ses 80 ans, faisait, pour une fois, honneur à son patrimoine musical, avec deux artistes hexagonaux à la carrière internationale. L’Orchestre national de France a toujours été proche d’Henri Dutilleux dont il donna la création mondiale de la Symphonie n°1 et du Concerto pour violon ...