Lieu : Bordeaux

LE 20 NOVEMBRE 2015 / A BORDEAUX / A L'OPERA DE BORDEAUX / LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE / Compagnie Les Brigands 
Direction, Christophe Grapperon
Mise en scène, costumes et scénographie, Pierre-André Weitz 
Lumières, Bertrand Killy
Piano, Nicolas Ducloux

Musiciens de l'Orchestre National Bordeaux Aquitaine 
Rodomont, le duc, Damien Bigourdan
Sacripant, sénéchal, Antoine Philippot
Merlin, enchanteur,Arnaud Marzorati
Médor,jeune ménestrel, Manuel Nuñez Camelino
Totoche,la duchesse, Ingrid Perruch
Angélique, sa belle-fille, Lara Neumann
Mélusine, magicienne, Chantal Santon Jeffery
Fleur-de-Neige, Clémentine Bourgoin
Roland, chevalier errant, Rémy Mathieu
Amadis des Gaules, David Ghilardi
Lancelot du Lac, Théophile Alexandre
Renaud de Montauban, Jérémie Delvert 
Ogier le Danois, Pierre Lebon

Les Brigands, réjouissants chevaliers de la table ronde

En cette fin d'année, La Compagnie Les Brigands offre avec Les Chevaliers de la Table ronde d’Hervé, un choix d'œuvre réjouissant, lors d'une importante tournée nationale — et même internationale avec cinq représentations au Théâtre Malibran à Venise. Sur la scène, tout est zébré : les décors, les costumes, et dans une certaine mesure, les paroles aussi. Une sorte de syncope théâtrale qui joue volontiers avec l’anachronisme. Les rayures noir et blanc se ...
Répétition de l'opéra Barbe BleuAuditorium de Bordeauxle 8 02 2014

A Bordeaux Barbe-Bleue et Judith en héros de manga

Depuis que la scène bordelaise a son auditorium, l'Opéra national y programme chaque année une production qui ne pourrait tenir dans le Grand Théâtre. Evidemment le décor unique et fixe est de mise. Après une remarquable Salome l'an dernier, place au Château de Barbe-Bleue de Bartók dans une nouvelle production signée Juliette Deschamps. Et comme souvent avec Juliette Deschamps, la fumée et la neige sont au rendez-vous, comme une sorte d'exercice ...
porgy1

Porgy and Bess, du Cap à Bordeaux

L'opéra du Cap (Afrique du Sud) fait tourner cette production de Porgy and Bess dans le monde entier depuis 2012. La partition n'est pas intégrale, quelques songs sont supprimés, l'ouverture se réduit à une très brève introduction, il manque environ 45 minutes de musique par rapport à la partition intégrale. Si musicalement le procédé est contestable (il n'y a pas vraiment de longueurs ou de moments de remplissage dans cette ...
Otello1

Hulkotello à Bordeaux

Otello en Abominable Hulk, il fallait oser. La metteure en scène Gabriele Rech l'a fait : de blanc vêtu et sourire "ultra-bright" au premier acte, le Maure de Venise se retrouve intégralement noir (habits et peau) à partir de la fin de l'acte III lors de sa scène de folie (et la diffusion de son visage en grand écran en fond de scène n'arrange rien). Le reste est à l'avenant ...
Paul Daniel

Paul Daniel takes the reins in Bordeaux

Paul Daniel made a curious choice for his first concert as musical director of the Orchestre National Bordeaux-Aquitaine: a Purcell–Mahler pairing, which started with a funeral service and ended with a mystical prayer about the meaning of life. A more optimistic program might have been more appropriate, but, regardless of the works chosen, the musical result of the evening promises a bright future for the ONBA and its new conductor. The ...
Paul Daniel

Paul Daniel prend les rênes de Bordeaux

Curieux choix, pour son premier concert en tant que directeur musical de l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, que ce doublé Purcell / Mahler, qui commence par un service funèbre et se termine par une oraison mystique sur le sens de la vie. Peut-être aurait-on souhaité programme plus optimiste, mais le rendu sonore de la soirée, quelles que soient les œuvres, laisse entrevoir un avenir plus que radieux pour l’ONBA et son nouveau ...
© Guillaume Bonnaud

Rail de coke sur Orphée à Bordeaux

Comment mettre en scène Orphée aux enfers d'Offenbach ? Comment éviter de transformer le Galop infernal en revue du Lido ? Laura Scozzi en a peut-être une réponse avec cette transposition dans notre monde actuel en bousculant les idées reçues, parfois au grand dam de la bourgeoisie locale. Et c'est tant mieux. Eurydice ? Une coiffeuse écervelée, obsédée par le sexe - elle collectionne Ophée, Jupiter, Pluton et John Styx ...
Mireille Delunsch (Salomé) (c) Frédéric Desmesure

Salomé de feu et de sang à Bordeaux

Grâce au nouvel auditorium, l'Opéra national de Bordeaux peut se permettre de produire des oeuvres à l'effectif orchestral pléthorique, telle Salome de Strauss. Néanmoins l'absence de cintres et de dégagements impose au metteur en scène une certaine inventivité pour pallier aux absences de dispositifs scéniques. Dominique Pitoiset a fait au mieux avec un plateau à double niveau et une excellente direction d'acteurs. Le plateau, inhabituellement proche du public, permet de mieux jouer ...
© Frédéric Desmesure

Mireille Delunsch signe sa première mise en scène à Bordeaux

Pour le cinquantenaire du décès de Francis Poulenc (qui a eu lieu très exactement le 30 janvier dernier) l'Opéra national de Bordeaux a décidé de monter les fameux Dialogues des carmélites en proposant à la soprano Mireille Delunsch - qui fut dans un passé récent Blanche et Madame Lidoine - de signer sa première mise en scène. La vision de Mireille Delunsch reste traditionnelle, nous sommes bien dans un couvent pendant ...
macbeth1_bordeaux

Le Grand guignol de Macbeth

Jean-Louis Martinoty continue dans ses pire travers avec ce Macbeth. Vision certes très classique des choses, avec quelques idées heureuses telle ces sorcières en habit "double face" mais le kitsch se dispute au vulgaire. Les Ecossais sont comme il se doit en kilt - fort semblable à la jupe pour hommes de Jean-Paul Gaultier, les sorcières s'amusent autour d'un arbre renversé, les morts jonchent le sol (à l'instar d'Andrea Chénier ...
chamayou

Festival L’Esprit du Piano

Créé l’an dernier, le festival L’Esprit du piano s’impose déjà à Bordeaux comme événement musical de la ville, offrant des récitals de grands maîtres (Aldo Ciccolini pour la première édition et Joachim Achuccaro cette année) et de jeunes pianistes. Le 26 novembre, l’intégrale des Années de Pèlerinage de Franz Liszt par Bertrand Chamayou, est un grand moment de la manifestation. Extrêmement puissante, son interprétation atteint un tel degré de perfectionnement que ...
enfants2_bdx

Terribles enfants à Bordeaux

Après une première production hexagonale au Théâtre de l’Athénée en 2009, Les Enfants terribles de Glass d’après Cocteau investissent le sud-ouest (au point de déborder en Espagne). Le sujet est connu, la forme est légère (trois pianos, quatre chanteurs, trois lieux d’action), l’objet lyrique idéal, adaptable à toute scène. Quant à la musique de Philip Glass, elle reste fidèle à elle-même. Resituons ces Enfants terribles : Cocteau a élaboré dans son court ...
OPERA DE BORDEAUX / MME BUTTERFLY

Butterfly, Siegmund Freud et Puccini à Bordeaux

Pour ouvrir sa saison, l’Opéra national de Bordeaux a choisi de reprendre une production étrennée à Marseille de Madame Butterfly au début de ce siècle et usée in loco en 2003. Numa Sadoul – qui a été présent pour les répétitions de cette reprise – a légèrement revu sa mise en scène, déjà très réussie en son temps, qui gagne ainsi en concision et sobriété. Néanmoins il ne nous a pas épargné ...
Italienne sans surprise

Une Italienne à Alger sans surprise à Bordeaux

Peut-être attendait-on trop du metteur en scène Joan Font, dont le précédent opus rossinien (La Cenerentola) était une réussite de poésie et d’humour. Mais L’Italiana in Algieri est plus dans l’absurde, le comique buffa, la raillerie. L’orient de pacotille n’a rien de féérique et le ton général de ce dramma giocoso se tourne vers la commedia dell’arte. La mise en scène est sage, s’égayent parfois de gags maintes fois vus ...
Molière chanté en langue allemande

Die Schuler der Frauen de Rolf Liebermann, Molière chanté en allemand

L’Ecole des femmes Molière chanté, et en allemand ! Rolf Liebermann – dont nous fêtons le centenaire de la naissance – et Heinrich Strobel, plutôt que de traduire simplement, ont préféré rendre hommage au plus connu des écrivains de notre langue. Dans cette Ecole des femmes, pardon, Schule der Frauen, Molière est en scène et commente l’adaptation de son œuvre jusqu’à y prendre part (car le chanteur prévu pour le rôle d’Alain ...
Carmen Side Story

Carmen Side Story à Bordeaux

La saison bordelaise s’ouvre sur un véritable four : distribution inégale, orchestre brouillon, chœur braillard, mise en scène chahutée… Chronique d’une production gâchée. Gâchée, car Janja Vuletic a tout d’une grande Carmen. Le physique bien sûr, à faire pâlir plus d’une consœur. Le timbre de la voix est sombre et généreux, l’ambitus large de sa tessiture lui assure de chanter toutes les notes, la prononciation, si elle peut encore progresser, est soignée. ...
La lumière vient de Norvège

Henning Kraggerud : La lumière vient de Norvège

Il faut rendre à César ce qui est à César : c’est l’audace provinciale qui donne à la vie musicale française le ton de la diversité. Lyon, Lille comme Bordeaux sont de ceux qui, avec goût, infusent du sang jeune et de la nouveauté parmi les solistes invités. Janine Jansen ou récemment Herbert Schuch à Lille, c’est au tour de Bordeaux aujourd’hui de distinguer le violoniste norvégien Henning Kraggerud dans un ...
Les itinéraires sonores

Proxima Centauri : les itinéraires sonores

Depuis sa création en 1991, l’Ensemble Proxima Centauri fondé par Marie-Bernadette Charrier – directrice artistique et saxophoniste émérite – et Christophe Havel compositeur, s’est donné pour mission, sur Bordeaux et la région aquitaine, de défendre la musique d’aujourd’hui en jouant les œuvres de compositeurs vivants et suscitant des commandes qui mettent désormais à leur répertoire une centaine d’œuvres interprétées. Pour son deuxième cycle de concerts en saison, Proxima Centauri proposait au ...

Heureux qui comme Ulysse…

William Christie / Adrian Noble Une révélation, ce retour à Ithaque, par Jupiter ! Monteverdi est un musicien hors du temps, voire de tous les temps. D’ailleurs, rétablissons la vérité : ce Crémonais est un compositeur... du vingtième siècle ; l’Umberto Eco de la Musique. Désabusé par début de troisième millénaire guère exaltant, et après avoir entendu à Strasbourg Mésentente Préalable, un sinistre capharnaüm bruyant d’une fumisterie prétentieuse (selon ses propres termes) ; ce passionné ...

La Scuola di Don Alfonso

Cosi fan tutte Alors même que le Grand Théâtre de Bordeaux est un somptueux écrin pour la création de Mozart, rarement Cosi fan tutte aura sonné aussi sèchement, aussi compact, aussi peu nuancé. Chef symphonique inspiré, Yutaka Sado ne maîtrise pas l’espace propre au théâtre lyrique, sa course frénétique suscitant même de sérieux décalages. Côté orchestre, les vents, particulièrement les cuivres, sont trop proéminents et la registration du clavecin étrangement indigente. ...

Un Concours presque sans Psophos note

Concours International de Quatuors à Cordes Psophos : mot qui porte en soi, déjà, un souffle incantatoire de musique ; son sens grec est « la matière sonore ». C’est aussi le titre que s’est choisi l’ensemble vainqueur du II° Concours International de Bordeaux, avec pugnacité et panache. A défaut d’unanimité au sein du jury d’instrumentistes, les délibérés semblant avoir été corsés. Ces quatre Françaises : Ayako Tanaka, Bleuenn Le Maître, Cécile Grassi, Florence ...

XIX° Festival International d’Orgue, les bons tubes de l’été.

Trois générations d’organistes se sont succédé en trois jours à Bordeaux, sur trois instruments différents, dans le cadre du XIX° festival international. Triptyque représentatif, par la variété de son répertoire, du large panorama que cette manifestation, moins connue sans doute que la rivale automnale toulousaine, dotée il est vrai de moyens plus conséquents, propose chaque été. Avec Bruno Mathieu, nommé à Saint-Spire de Corbeil, un beau programme d’orgue symphonique allant du ...

Schubert, version Sang Viennois

Cinquième festival d’été de BordeauxLauréat en 1999 du premier Concours International de Bordeaux, le jeune Quatuor Johannes a-t-il trouvé l’inspiration de sa texture schubertienne dans la douce lumière qui nimbe l’escalier du Grand Théâtre ? On a trop souvent opposé le Schubert adolescent des quatuors et symphonies au compositeur adulte pour ne pas le louer d’avoir d’emblée écarté le cliché d’une maturité sans prémices. Ainsi choisit-il deux ouvrages séparées de dix années, ...