Mot-clef : Antoinette Dennefeld

Berlioz à Londres au temps des expositions universelles.

Berlioz encore vivant à La Côte Saint-André

Conclu par l'apothéose d'une version de la Symphonie fantastique par Roger Norrington, le Festival Berlioz, au-delà de son bouleversant hommage à une Angleterre pionnière qui a tant fait pour le compositeur, a une fois encore porté très haut les couleurs de la Culture pour tous. Tea time à La Côte-Saint-André Hormis le clin d'œil, hélas très confidentiel, des Quatuors londoniens de Haydn (l'appartement qu'occupa Berlioz lors de son voyage anglais pour l'Exposition ...
carmen onp pontet

Carmen à l’opéra de Paris, entre miracle et frustrations

Carmen est un opéra populaire mais très difficile à distribuer. En témoigne une abondante discographie, jamais totalement satisfaisante. En mettant notre ténor national au centre de la reprise de la mise en scène réussie de Calixto Bieito, l’Opéra de Paris s’assurait un Don José de grande classe au milieu d’une distribution malheureusement trop hétérogène. Annoncé souffrant, et en difficulté tout au long de la soirée, Roberto Alagna est néanmoins allé ...
Cavalleria Rusticana / Sancta Susanna : quand la passion vient du couvent

Cavalleria Rusticana / Sancta Susanna : quand la passion vient du couvent

À défaut de convaincre totalement, la réunion improbable de Cavalleria Rusticana et de Sancta Susanna permet à l’Opéra de Paris d’élargir son répertoire et de faire découvrir au public parisien l’œuvre d’Hindemith. La réussite d’une soirée vient parfois de là où l’on ne l’attend pas. Mario Martone tente de justifier ce rapprochement par l’approche commune de la sensualité et de la passion sous l’emprise de la morale religieuse. C’est vrai mais ...
img_2311

Un dîner avec Jacques à l’auditorium du Musée d’Orsay

À l’occasion de l’exposition « Spectaculaire Second Empire 1852-1870 », présentée jusqu’au 15 janvier 2017, le Musée d’Orsay s’associe à l’Opéra Comique pour co-produire un spectacle aussi éclectique que ce régime caractérisé par les fastes et le « paraître ». En effet, l’exposition, organisée dans le cadre du 30e anniversaire de la fondation du Musée, met l’accent sur les éléments constituant la première société du spectacle et de consommation, tel ce dîner de luxe dans ...
Formidable Traviata de Sonya Yoncheva à l’Opéra Bastille

Formidable Traviata de Sonya Yoncheva à l’Opéra Bastille

Il existe parfois des circonstances heureuses, comme par exemple de devoir reculer une représentation de La Traviata pour cause de grêve, et d'assister ainsi à la première in loco de la merveilleuse Sonya Yoncheva ! En effet, la soprano avait dû déclarer forfait lors des premières représentations suite au décès de son père, puis les mouvements sociaux ont engendré une version de concert avec une titulaire de dernière minute. Enfin, après ces ...
Capture d’écran 2015-12-16 à 23.35.46

Si le Roi Carotte m’était conté… à l’Opéra de Lyon

Attention chef d'œuvre. Ce Roi Carotte d'Offenbach débarque pour la première fois depuis un siècle sur une scène lyrique. Au-delà de l'effet de curiosité, on découvre une oeuvre débordant d'imagination et d'allusions au contexte socio-politique du moment. Plateau et direction orchestrale sont au rendez-vous pour signer un des plus beaux succès de cette fin d'année. Nous sommes en 1872 et, sur les cendres du Second Empire, ces mauvais farceurs que sont ...
LES MOUSQUETAIRES AU COUVENT

Les mousquetaires s’aventurent au couvent, et J. Deschamps aussi

Pour clôturer huit années de mandat en tant que directeur de l’Opéra-Comique, Jérôme Deschamps a choisi, non pas un opéra, ni un opéra-comique, mais une opérette, résumant ainsi son attachement à un répertoire spécifiquement français. Lors de sa création aux Bouffes-Parisiens le 16 mars 1880, l’opérette a connu un franc succès. L’œuvre a hissé au sommet du podium son compositeur Louis Varney, jusqu’alors caché derrière son père, chef d’orchestre célèbre : le ...
clemence

Une Clémence de Titus sur le divan

A l'Opéra Comédie de Montpellier, Jorinde Keesmaat et son scénographe Ascon de Nijs ont imaginé une Clémence de Titus à l'opposé des poncifs antiquisants et classiques. On se borne, malgré la lecture des notes d'intention, à relever une belle prolifération de pistes sans pour autant trouver d'explication satisfaisante. Il faut y voir l'influence (revendiquée) de Krzysztof Warlikowski et Christoph Marthaler, avec lesquels Jorinde Keesmaat a travaillé. Un unique décor stylisé de ...