Mot-clef : Dimitri Chostakovitch

Ni trop, ni trop peu ...

Repin/Masur, ni trop, ni trop peu …

Suite à son cycle Brahms qu’il « exporte » en tournée au Japon ce mois-ci Kurt Masur avant son départ offrait en dernier concert parisien un programme russe plus original qu’il n’y paraît. L’Ouverture de Russlan et Ludmilla reste un cheval de bataille de référence de tout orchestre. Pièce courte et brillante, virtuose et débridée, elle est livrée ici tambour battant par un Masur en grande forme et un National survolté. Contraste saisissant ...
Finale

Finale

Concours International de Piano XXe siècle 2004 Le Concours International de piano XXe siècle d’Orléans, à la formule originale, a été créé en 1994, à l’initiative de Françoise Thinat (voir l’entretien qui lui est consacré). Organisé tous les deux ans, c’est une biennale-événement pianistique dont le succès va, de session en session, régulièrement croissant. Cette sixième édition aura été marquée par un niveau de très haute tenue…Mais avant de rendre compte ...
Mutter-Masur : Gagnants annoncés

Mutter-Masur, gagnants annoncés

Festspielhaus A la tête d’un London Philharmonic Orchestra toujours aussi homogène, avec la collaboration d’une Anne Sophie Mutter qui prend de merveilleux risques instrumentaux, Kurt Masur a dirigé deux concerts de prestige au festspielhaus de Baden Baden. Seul «hic» !, le chef allemand n’aime pas les auditeurs malades ou enrhumés, et même entre les mouvements d’une œuvre, Masur n’a aucune compassion pour ces faiblesses humaines. Bien entendu, le détail ne doit pas l’emporter ...
Trois interprètes et une Ouverture

Trois interprètes et une Ouverture

Beethoven-Chostakovitch-Zemlinsky Dans un programme qui justifiait par lui-même le déplacement le théâtre Mogador donnait, le 12 février dernier, un concert aux allures inégales mais dont la qualité allait toutefois croître tout au long de la soirée. Donnée en préambule, l’ouverture d’Egmont de Beethoven nous laissait en effet sur notre faim et l’on ne pouvait que constater — encore une fois ! — combien il est difficile d’entendre — de nos jours — une ...
Fièvre russe et pâleur mozartienne

Maria João Pires, fièvre russe et pâleur mozartienne

Après un premier concert donné dans le cadre du Festival « Toulouse les Orgues », l’orchestre de chambre national de Toulouse entamait ici sa saison 2003/2004 à la Halle aux Grains. Inaugurant le défilé de solistes renommés que Gérard Caussé a invité cette année -Nora Gubisch, Boris Berezovski, Brigitte Engerer, Michaël Levinas, Elisabeth Chojnacka entre autres- la pianiste Maria João Pires était très attendue dans la sonate pour alto de Chostakovitch, un ...
Dimitri Chostakovitch - La paix du tombeau

Dimitri Chostakovitch par les Talich, la paix du tombeau

Jusqu’où ira le Quatuor Talich dans l’art de réinterpréter les ouvrages ? Dans la continuité de ses exploits passés (dont un disque mémorable consacré à Mendelssohn), les bouillants quartettistes récidivent avec un album Chostakovitch magistral, une lecture foudroyante de ces musiques sépulcrales. Le quintette pour cordes et piano s’avère une partition stupéfiante et ambiguë. Elle s’apparente à une méditation rêveuse, un arc lumineux posé sur un sol gangrené, quasi irradié. Comme si ...
Florilège de jeunes interprètes

Florilège de jeunes interprètes

VIIe Festival de Pâques Voilà sept ans, un groupe de jeunes musiciens français alors quasi inconnus (Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, François Salque, David Grimal, Stéphanie-Marie Degand, Nicholas Angelich, Jérémie Rohrer, les membres des Quatuors Danel et Castagneri, Florent Héau et Benjamin Berlioz) se sont réunis pour une académie ayant pour objet la musique de chambre et d’orchestre. Dès les débuts du projet, ces instrumentistes ont acquis le soutien amical de plusieurs ...

Chostakovitch conformiste

Yuri Temirkanov dirige l’ONCT Successeur plus ou moins contesté du mythique et despotique Evgueny Mravinsky à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, Yuri Temirkanov apparaît, au travers d’enregistrements parfois décevants, comme un chef estimable mais inégal, particulièrement dans le répertoire illustré par son célèbre prédécesseur. Il était donc extrêmement tentant, alors que ce chef ne s’était pas produit depuis longtemps à la tête d’un orchestre français, de jauger le bien-fondé ...