Mot-clef : Dorothée Lorthiois

LA SIRENE - 
Compositeur : Daniel-Francois-Esprit AUBER - 
Livret : Eugene SCRIBE - 
Direction musicale : David REILAND - 
Chef de choeur : Benjamin LAURENT - 
Mise en scene : Justine HEYNEMANN - 
Scenographie : Thibaut FACK - 
Costumes : Madeleine LHOPITALIER - 
Lumieres : Aleth DEPEYRE - 
Avec : 
Jeanne CROUSAUD (Zerlina) - 
Xavier FLABAT (Francesco) - 
Jean-Noel TEYSSIER (Scipion) - 
Jean-Fernand SETTI (Le Duc de Popoli) - 
Benjamin MAYENOBE (Nicolaio Bolbaya) - 
Jacques CALATAYUD (Pecchione) - 
Le 25 01 2018 - 
Au Theatre Imperial de Compiegne - 
Photo : Vincent PONTET

La Sirène à Compiègne, ou la folie d’Auber encore en rodage

En résidence à Compiègne, c’est donc dans son Théâtre Impérial que les Frivolités Parisiennes sortent pour un soir du placard la partition oubliée d’Auber, La Sirène. Même si la phalange paraît au meilleur de sa forme et que le chœur Les Métaboles offre une performance sans défaut, la folie de cette farce proche du vaudeville ne se retrouve pas toujours dans une mise en scène parfois austère et une distribution ...
armida_arcal_massy_2015_0

Rajeunissement pour tous avec l’Armida de Mariame Clément

Mariame Clément plonge Armida, premier opéra seria de Joseph Haydn, dans une audacieuse transposition temporelle. En petite forme scénique (production de l'itinérante Arcal oblige) mais nullement privée d'imagination, sa mise en scène, dommageablement contrainte sur le petit plateau du Théâtre Ledoux de Besançon, parvient à instiller un trouble salutaire. Claus Guth, Olivier Py, Robert Carsen, Dmitri Tcherniakov, etc., il est temps d'affirmer que Mariame Clément est la seule femme aujourd'hui à pouvoir ...
La colombe est exquise !

La colombe est exquise !

La colombe Tandis que les spectateurs s’installent dans le cadre chaleureux de la Péniche-opéra, une colombe attend sagement le lever du rideau. De fait, il aurait été difficile de s’en tenir à un oiseau de carton, comme on faisait autrefois dans Parsifal : tout tourne autour de la colombe dans l’intrigue mince, mais bien ficelée, de Barbier et Carré. C’est pour obtenir l’oiseau que Sylvie rend visite à Horace, qu’elle a ruiné ...