Mot-clef : Dossier L’opéra en France

III. Des organisations très individualisées

L’opéra en France : des organisations très individualisées

Où monter un opéra ? Rien ne ressemble moins à une maison d’opéra qu’une autre maison d’opéra. Ne serait-ce que dans la dénomination : Grand-Théâtre, Opéra-Théâtre, Opéra, Opéra national, etc… Qui sont les tutelles ? En 1964, lors de la création du réseau des opéras de France, la RTLMF (Réunion des Théâtres Lyriques Municipaux de France), les maisons d’opéras étaient toutes sous le contrôle de leurs villes, à l’exception du Théâtre National de l’Opéra ...
II. Place des opéras de province dans le paysage culturel

L’opéra en France : place des opéras de province dans le paysage culturel

Leurs disparités en font leurs forces Leurs disparités en font leurs forces : si aucune maison d’opéra ne se ressemble, leurs saisons sont par conséquent fortement individualisées. Contingences et exigences Certains opéras à vastes effectifs ne sont pas jouables dans les plus petits théâtres. Turandot de Puccini demande un orchestre et un chœur conséquents, en plus d’un plateau de solistes de haute volée. Au-delà du coût financier du plateau (cachet des solistes, décors, ...
I. La répartition géographique

L’opéra en France : la répartition géographique

Diffusion et coût de l’opéra en France La carte ci-contre est explicite : l’ouest de l’Hexagone est largement défavorisé. A l’inverse, dans un rayon de moins de 300km peuvent se trouver cinq théâtres. Certaines capitales régionales en sont dépourvues alors que d’autres villes de moyenne importance ont une scène lyrique. Les raisons d’une telle inégalité sont tout à la fois historiques, politiques et culturelles. Quoiqu’il en soit, dès qu’une ville est siège ...
IV. Une économie particulière

L’opéra en France : une économie particulière

Combien coûte un opéra ? Un opéra est immanquablement en déficit. La billetterie ne représente au mieux que 30% des coûts d’une production. Alors pourquoi maintenir de tels ensembles si coûteux, qui finalement intéressent peu de monde ? Les collectivités et l’Etat ne gagneraient-ils pas, en fermant les opéras, à faire des économies considérables ? Alors, dans ce cas, pourquoi ne l’a-t-on pas fait plus tôt ? Des retombées annexes Napoléon III en commandant à grands frais le ...