Mot-clef : Georg Friedrich Haendel

glory2_geneve0212 (1)

A Genève, Foniakadis déhanche Haendel

Avec cette chorégraphie, le Ballet de l’Opéra de Genève aborde probablement le plus physique des ballets qu’il n’a jamais eu à danser. Artisan de cette performance, le chorégraphe grec Andonis Foniakadis qui s’entoure de la dynamique de la musique de Händel pour alimenter son propos. Ainsi, quand débute le « Dixit Dominus », les danseurs apparaissent depuis le fond de la scène, entourés par un halo de brouillard, éclairés depuis derrière, ...
karina_gauvin

Rare Deidamia par Karina Gauvin

Comme nous le rappelle Donna Leon (écrivaine de policiers, mécène de l’ensemble Il Complesso Barocco et amoureuse de la musique de Haendel) introduisant l’œuvre en anglais, Deidamia traite de l’héroïsme masculin dans la Grèce antique en mettant en scène des protagonistes tels que Achille ou Ulysse ; sujet bien connu des contemporains de Haendel, ce dernier s’essayant une dernière fois à la composition d’opéra avant de se tourner définitivement vers l’oratorio. Achille, ...
Nathalie Stutzmann_metzarsenal_0112_vign

Nathalie Stutzmann et David Hansen à l’Arsenal

La confrontation annoncée entre Nathalie Stutzmann et Max-Emanuel Cencic n’aura finalement pas eu lieu, et c’est au jeune Australien David Hansen qu’est revenu l’honneur de partager l’affiche avec notre contralto nationale, laquelle s’est récemment déclarée, dans son combat pour revaloriser la voix féminine grave de l’opéra baroque, « la rivale des castrats ». L’air de Giulio Cesare « Se in fiorito ameno prato », donné en tout début de programme, ...
elizabeth_watts_tce1211_vign

Un Messie policé au Théâtre des Champs-Elysées

Quel meilleur moyen d'attendre Noël que d'écouter Le Messie, comme on le fait dans tous les pays anglophones ? Les artistes britanniques se produisent dans les très beaux décors, couverts de signes ésotériques, de William Kentridge et Sabine Theunissen, installés pour La flûte enchantée qui se donne en même temps. C'est d'ailleurs l'idée d'un Messie des Lumières qui s'impose, l'expression d'une religion éclairée et naturelle. Claveciniste distingué, Lawrence Cummings agrémente récitatifs ...
cecilia_bartoli_semele1211

A Pleyel, Semele avec Cecilia Bartoli

Après le miracle de Giulio Cesare voici un peu plus d’un an, en ces mêmes lieux, avec la même cantatrice dans le rôle-titre, on attendait beaucoup, trop sans doute, de cette Semele. Ce qui nous a été offert était plus qu’honorable, parfois même excellent, mais n’a pas atteint le niveau de nos espérances. Le principal facteur de déception réside dans la direction bien trop sage de Diego Fasolis. The English Voices et ...
agrippina_haendel_jacobs_hm

Agrippina, du théâtre à l’état pur

Tout enregistrement lyrique signé de René Jacobs est un petit événement en soi. On se jettera donc sans réserve sur cette nouvelle version d’Agrippina, ouvrage composé pour Venise en 1710, l’un des plus grands triomphes de Georg Friedrich Haendel lors sa période italienne. Encore fortement influencé par la tradition vénitienne du XVIIe siècle, au moment où commençait déjà à se profiler la grande réforme métastasienne, l’ouvrage ne recule ni devant ...
Jaroussky_arsenal1111

Avec Jaroussky, feux d’artifice à l’Arsenal

Il est difficile de concevoir un art du chant plus accompli que celui de Philippe Jaroussky, autant dans la vocalisation rapide que dans le chant tendre et élégiaque. À ce titre, le concert de l’Arsenal aura été une nouvelle démonstration de virtuosité, dans tous les sens du terme. Les airs les plus vifs auront comme à l’accoutumée fait valoir la précision inouïe des attaques, la souplesse inégalable de la vocalise ...
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A Vienne, Serse ou XerSEX ?

Londres, 1738 le goût pour l’opera seria se délite, le public finit par se lasser de l’inlassable, castrats et prima donne sont passés de mode, Haendel en mauvaise posture doit regagner les faveurs d’un public décidément versatile. Alors, avant de comprendre que l’oratorio anglais sera sa providence, il tente de réinventer le genre de l’opera seria en composant un dernier opéra italien : Serse (ou Xerxes en anglais), en brisant ...
agrippina_haendel

Agripina de Haendel à Dijon

Comment ne pas être saisi d’emblée par la modernité et par la multiplicité des thèmes abordés dans l’opéra Agrippina ? Le livret de Vincenzo Grimani brasse allègrement les problèmes liés au domaine politique tels que la corruption, le populisme, le mensonge lié à l’ambition, avec le sentiment maternel possessif, avec la concupiscence et aussi avec l’expression de l’amour « traditionnel ». Ce mixage s’opère dans le cynisme le plus réjouissant et ...
chaise_dieu

Le Messie est (bien) venu… en l’abbatiale Saint-Robert

Pour sa quatrième participation au Festival de La Chaise-Dieu, Václav Luks et ses ensembles Collegium & Collegium Vocale 1704 ont gâté le public avec deux programmes. Un premier concert avec la cantate Tönet, ihr Pauken ! Erschallet, Trompeten ! BWV 214 de Bach et le Te Deum de Zelenka puis un second avec l’emblématique Messie de Haendel. Nous avons tous dans l’oreille le son des ensembles britanniques et leur couleur typique. ...
barcelona_tamerlano

Barcelona, Domingo est Bajazet

Plácido Domingo n’a de cesse de renouveler les défis vocaux et à plus de soixante-dix ans et après plus de cinquante ans de carrière, il renouvelle (après Madrid, Washington et Los Angeles) son incursion dans le répertoire baroque avec succès, en affichant une insolente santé vocale dans le rôle de Bajazet du Tamerlano de Haendel au cours de deux représentations barcelonaises. Il faut dire que le rôle lui colle à ...
Ptolémée, dégage !

Ptolémée, dégage !

Le Concert d’Astrée Virtuosité et sensibilité, voilà deux termes qui pourraient convenir pour qualifier l’atmosphère de ce concert dédié à l’un des opéras les plus connus de Georg Friedrich Haendel, auteur dont semble s’être éprise Emmanuelle Haïm : en effet, c’est elle qui nous a fait connaître Orlando cette saison. Le Concert d’Astrée est toujours aussi efficace dans la dynamique baroque : les nuances et le phrasé en sont toujours aussi élégants. Les soli ...
Rinaldo en concert costumé

Rinaldo en concert costumé à Lausanne

Sans être aux pieds de la scène, il fallait avoir de sacrés bons yeux pour voir quelque chose de cette production du Rinaldo de Haendel. Louise Moaty opte pour une reconstitution de l’opéra du XVIIIe siècle, avec ce qu’elle offrait de conventions dans le geste, de dépouillement dans le décor et d’éclairage de la scène. Avec pour seules lumières, une rampe de bougies sur le devant de scène, et quelques ...
Christophe Dumaux, nouveau Jules César

Christophe Dumaux, nouveau Jules César

Giulio Cesare Grâce à cette production, pourtant peu fortunée (l’Atelier lyrique de Tourcoing et le Grand Théâtre de Reims s’en partagent la responsabilité), comment ne pas être réconcilié avec Giulio Cesare ? En ce début d’année à l’Opéra Garnier, une production, musicalement cadenassée et scéniquement tautologique, avait été une telle douche froide... Jean-Claude Malgoire et Christian Schiaretti ont appréhendé ce dramma per musica tel qu’il est, avec ses moments radieux et ses «tunnels». Surtout, ...
Une heure avec Cléopâtre

Natalie Dessay, une heure avec Cléopâtre

Il n’y a pas très longtemps encore, un disque comme ce «Cléopatra» n’aurait pas existé. Une diva telle que Natalie Dessay aurait, bien sûr, immortalisé sa Cléopâtre dans le cadre d’une intégrale. Aujourd’hui, elle doit se contenter de nous présenter les grands airs du rôle auxquels s’ajoutent quelques pièces orchestrales, deux airs alternatifs (jamais enregistrés d’ailleurs) ainsi que le duo final avec (quel luxe !) la formidable Sonia Prina dans le ...
Une folie finement transposée

Orlando à Edimbourg, une folie finement transposée

Certes, Orlando fait partie des grandes œuvres de Haendel, mais elle est particulièrement difficile à mettre en scène par son livret alambiqué voire inintéressant pour un public contemporain beaucoup moins au fait de la littérature de l’Arioste qu’à l’époque du compositeur. En effet comment rendre crédible et passionnant le dilemme du personnage principal, déchiré entre le devoir martial et la passion amoureuse. C’est tout le défi qu’a souhaité relever la ...
Medea la maléfique

Mary Ellen Nesi, Medea la maléfique

Teseo, œuvre de jeunesse, composée suite à l’échec de son Pastor Fido, Haendel reprend les ingrédients de son Rinaldo (magie, sortilèges, conspiration, monstres et autres furies…) qui avaient fait sa renommée à Londres. Rarement donné et enregistré de nos jours, il manquait à la collection du Théâtre des Champs-Elysées, qui pour l’occasion a fait appel aux forces des Folies Françoises et de leur chef Patrick Cohën-Akenine. Même si Teseo est ...
Haendel remisé dans les caves !

Giulio Cesare à Paris : Haendel remisé dans les caves!

Avec le ticket gagnant «Pelly-Dessay», nombreux étaient les spectateurs à miser leurs attentes sur une affiche pour le moins prometteuse. Et pourtant, c’est bien de ces deux stars du monde lyrique qu’est venue la relative déception occasionnée par cette nouvelle production de Giulio Cesare, un des opéras les plus accomplis de Haendel. Si le concept scénique retenu par Laurent Pelly aurait peut-être été original il y a une dizaine d’années, il ...
Steinaecker suprême défenseur du Messie

Steinaecker suprême défenseur du Messie

«La première exécution du Messie de Haendel eut lieu le mardi 13 avril 1743 et il va sans dire que ce fut un triomphe», résume au mieux Jonathan Keates dans sa biographie du maître allemand parue chez Fayard en 1995. Et de justement statuer quelques lignes plus loin, le Messie «est l’une des pièces de musique les plus populaires qui aient jamais vu le jour». Depuis cette date on ne ...
La magie d’Alcina opère toujours

La magie d’Alcina opère toujours

A la Staastoper de Vienne comme au Théâtre des Champs-Elysées, l’Alcina de Marc Minkowski fut un triomphe. Dès 1735, à sa création, elle était considérée comme l’une des œuvres les plus abouties de Georg Friedrich Haendel : beauté sensible des arias, subtilité des récitatifs, complexité de l’intrigue, chantant la victoire de l’amour humain sur l’amour sorcier. Alcina fascine, et demeure populaire, à la scène comme au disque. Comment oublier des interprétations ...
Maladie d’amour

Orlando de Haendel, maladie d’amour

Il suffit d’observer le rideau de scène baissé pendant que l’orchestre joue l’ouverture à la française pour être averti de ce que l’on va entendre : des fêtes galantes, peintes à la manière de Watteau ou de Lancret, laissent présager des histoires d’amour légères et cruelles teintées subtilement de mélancolie. Pourtant des mufles d’animaux sauvages étranges sortent des bosquets, et ces créatures fantastiques ne manquent pas de nous inquiéter quelque peu. ...
Christiane Karg : talent à suivre

Christiane Karg : talent à suivre

Aci, Galatea e Polifemo Dans le cadre de son cycle «Le Jardin d’Eden», la Cité de la Musique a eu la bonne idée de programmer la «serenata» pastorale de Haendel Aci Galatea e Polifemo qui dépeint l’amour du couple originel menacé par le terrible Polyphème. Le jeune Haendel a semble t’il composé cette œuvre lors de son séjour napolitain à l’occasion d’un mariage princier, l’œuvre se terminant dans la liesse de ...
Ottone, ou les tourments de Teofane

Ottone, re di Germania ou les tourments de Teofane

La vie musicale de la ville de Vienne semble être devenue le berceau de la musique baroque quand on peut en 4 jours entendre La Finta Giardiniera, Alcina, le récital du contre-ténor Bejun Mehta et le rare Ottone de Haendel. Ottone, opéra italien de 1723, est une œuvre particulière dans la carrière du compositeur. En effet le rôle de Teofane a été créé pour la plus grande soprano de l’époque, nouvellement ...
Le diable saxon en sa gloire

Le diable saxon en sa gloire

Les Passions / Archipels C’est un programme festif et revigorant, comme une gourmandise musicale propre à repousser toute mélancolie que proposaient Les Passions en ce beau dimanche automnal sur les berges de la Garonne. Légère et d’une écoute aisée, la musique instrumentale et sacrée de Hændel attire un large public dans cette imposante église du XIXe siècle en briques roses, bien que son interprétation soit beaucoup plus complexe. Compères d’étude, qui firent ...
Vus du nord

Anne Sofie von Otter : Vus du nord

La cantatrice suédoise est de retour à Dijon, cette fois-ci dans un répertoire baroque axé sur les œuvres de Bach et Haendel ; les pièces choisies ont été composées dans un laps de temps relativement court, une vingtaine d’années, et il devient donc intéressant d’observer les similitudes, mais aussi les différences qui existent entre deux compositeurs contemporains. A chacun sa spécialité : le cantor de Leipzig excelle dans l’expression de la musique ...
Haendel, version théâtre !

Orlando de Haendel, version théâtre par le Concert d’Astrée!

La première d’Orlando à l’Opéra de Lille affiche complet. Ce début de saison détonne sous la baguette d’Emmanuelle Haïm et la direction artistique de l’Écossais David McVicar qui nous sert cette histoire fantastique, d’amour, de mort et de démence, sur un plateau d’argent. Droit sorti de l’Orlando furioso de l’Arioste, Orlando est un chevalier amoureux et batailleur qui, fou de jalousie, supprime dans un accès de démence son aimée Angelica et ...
Un Haendel,  Essentiellement pour les oreilles !

Un Haendel essentiellement pour les oreilles !

Coproduit entre le Teatro di San Carlo de Naples et le Teatro Regio de Turin, ce spectacle fut destiné l’année dernière à commémorer en Italie le 250e anniversaire de la disparition de Haendel. Capté au Teatro Carignano de la capitale piémontaise, il constitue en réalité la première mondiale en DVD d’un ouvrage de la toute première jeunesse du compositeur saxon, ouvrage vraisemblablement conçu pour être représenté en concert sans le ...
Jeune mais déjà historique ?

Scipione par Les Talens Lyriques, jeune mais déjà historique ?

L’ensemble Les Talens Lyriques, fondé et dirigé par Christophe Rousset, se consacre à l’exécution sur instruments d’époque d’un répertoire varié, des chefs-d’œuvre baroques aux compositeurs oubliés. Leur considérable discographie compte autant de succès, parmi lesquels Scipione, enregistré en 1993 et rapidement devenu introuvable. Il s’agissait de leur première intégrale lyrique, dans le cadre du Festival de Beaune, mais aussi d’une première de la version originale – après quelques exécutions incomplètes, ...
Alessandro le grand conquérant…des cœurs

Alessandro le grand conquérant…des cœurs

Certainement, l’opéra le plus rarement donné, Alessandro connut pourtant un grand succès à sa création notamment grâce à l’arrivée d’une nouvelle star italienne : Faustina Bordoni. A l’occasion de la 28e édition du festival international d’opéra baroque de Beaune, le chef espagnol Eduardo Lopez Banzo a choisi une version tardive et plus resserrée de l’œuvre (qui écarte 2 petits rôles) datant d’une reprise révisée de 1732. Il est vrai que l’œuvre ...
Une esthétique de la bougie

Rinaldo à Caen, une esthétique de la bougie

Créée l’an dernier au Théâtre national de Prague, cette production est marquante, tant, pour sa première mise en scène lyrique, Louise Moaty touche juste. Par ses passées collaborations avec, entre autres, Eugène Green et par son actuel compagnonnage avec Benjamin Lazar, on devine son environnement artistique et esthétique. Son mérite initial est de l’assumer ouvertement et de le dépasser avec une probe sérénité. Son travail exhale une substantielle poétique personnelle ...