Mot-clef : Georg Friedrich Haendel

Haendel : L’allegro, il penseroso ed il Moderato

Haendel : L’allegro, il penseroso ed il Moderato

Cet oratorio de Haendel, en 3 parties, a été composé le 27 février 1740. Précédé de Israel in Egypt, et suivi par le Messiah, il a été composé en 17 jours. Le livret de John Milton et Charles Jennens, composé de 225 vers, ne déploie pas d’action dramatique, ne dépeint pas des personnages caractérisés, et ne comporte aucune intrigue. Les deux premières parties sont une sorte de dialogue entrel’homme « joyeux » ...
Récital Vesselina Kasarova

Récital Vesselina Kasarova : haute voltige

Véritable star sur la scène du Staatsoper de Munich, ville qui a jalonné sa carrière tant par ses prises de rôles que ses enregistrements, la mezzo bulgare Vesselina Kasarova est particulièrement rare sur les scènes francophones. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir de nombreux admirateurs. C’est dire que le public attendait avec impatience ce récital avec orchestre d’autant plus qu’il était organisé dans le cadre du gala des Amis de ...
Le retour du poussin jaune

Le retour du poussin jaune

Rinaldo La production de Rinaldo proposée actuellement au public du Vlaamse Opera a déjà beaucoup voyagé : créée à Montpellier en 2002 (voir ici l’article de ResMusica), la mise en scène du duo Nigel Lowery/Amir Hosseinpour avait provoqué les huées du public et un flot de critiques acerbes de la part de la presse française, avant de gagner le Festival d’Innsbruck puis le Staatsoper de Berlin où elle a fini par remporter ...
L’indépendance de Renée Fleming

L’indépendance de Renée Fleming

En ces temps où le répertoire baroque est devenu le domaine quasiment exclusif des spécialistes, Renée Fleming démontre une fois de plus son indépendance. Le programme est intéressant. Il contient des airs célèbres — « Lascia ch’io pianga » (Rinaldo), « V’adoro pupille » (Giulio Cesare), « Ombra mai fu » (Serse) — mais aussi des extraits d’œuvres peu jouées telles que Semele, Lotario ou Alexander Balus. Deuxième atout : le jeu inspiré et évocateur de l’Orchestra ...
Sandrine Piau interprète Haendel

Attention danger, Sandrine Piau interprète Haendel !

Attention ! Ce disque est dangereux… Chers lecteurs, la déontologie journalistique nous oblige à vous prévenir contre ce disque : les risques d’addiction graves sont maintenant prouvés. Dès la première écoute, les symptômes apparaissent : jubilation, plaisir intense, envie irrépressible de le réécouter et même, chez certains sujets, une tendance à embrasser la pochette ou à se prosterner devant sa chaîne hifi ! L’OMS vient de l’inscrire sur la liste des drogues dures et les ...
Sur la terre comme au ciel…

Robert Expert, sur la terre comme au ciel…

En matière de musique vocale, la production foisonnante du « caro sassonne » n’est plus à vanter, et Haendel est certainement l’un des rares compositeurs à avoir pu concilier le sacré et le profane avec un égal bonheur. On lui doit des cantates fulgurantes ou élégiaques, des opéras fort célèbres, des oratorios qui ne le sont pas moins, tous écrits avec plus ou moins d’invention, certes, mais parmi lesquels on peut compter ...

Alcina, cinq ans après …

Georg Friedrich Haendel L’Alcina de Haendel a fait son entrée à l’Opéra de Paris, au Palais Garnier, en juin 1999, avec un quatuor de stars et dans une mise en scène très « mode » de Robert Carsen. Elle y revient cinq ans après avec une distribution complètement renouvelée ainsi que la réalisation orchestrale et dans une version simplifiée, légèrement plus courte. On est revenu à la version originale en supprimant le secondaire ...
Haendel à l’heure du thé...

Haendel à l’heure du thé…

Georg Friedrich Haendel ; L’Allegro Parfois, on peut se demander si la musique n’est pas sans avoir quelque affinité avec l’art culinaire : autant des ingrédients très simples, mais bien accommodés, peuvent aboutir à un résultat fort savoureux, autant des mets très raffinés et recherchés se révéler parfois insuffisants pour réussir un plat, surtout s’il manque un chef sachant y apporter la petite touche finale qui donne le chic, et/ou la saveur... ...
Les malheurs de « Siroe »

Les malheurs de « Siroe »

« Siroe, re di Persia » de Haendel Après la réussite de Serse, présenté en novembre dernier dans ce même théâtre, on pouvait espérer beaucoup de cette version de concert d’une œuvre encore plus rare : Sirœ rè di Persia, créée le 17 février 1728 au King’s Theatre de Londres. Sa distribution était alors éblouissante, réunissant rien moins que le fameux castrat Francesco Bernardi, dit « Il Senesino » dans le rôle-titre, et les ...
kozena-300x198

Magdalena, gracia plena

Le « Duo-Dijon », association des spectacles-concerts du Grand Théâtre et de l’Auditorium justifie tout à fait son nom pour cette soirée-récital du 17 décembre. Mais c’est le Grand Théâtre - à l’italienne – qui accueille Magdalena Kožená, Thierry Grégoire, leurs accompagnateurs et un public venu en nombre les écouter… Vis-à-vis de la mezzo-qui-monte, tout juste trentenaire, le préjugé est déjà largement favorable. Elle nous arrive avec un palmarès éloquent, auréolée de retentissants ...
Bill l’Espiègle

Bill l’Espiègle

Christie et von Otter dans « Serse » de Haendel Serse (Xerxès), antépénultième opéra de George Frideric Haendel, est à lui seul un paradoxe. Il comporte dès son début une des mélodies les plus mondialement connues de son auteur, « Ombra mai fù » ; et demeure pourtant une quasi-rareté. À tel point que si même Admeto et Ezio ont été chantés à Paris, on y attendait encore ce Roi des Perses ! De même, ...
Tragédie palatine

Tragédie palatine

Retour d’une belle production de l’Agrippina de Haendel Il est malaisé de classer Agrippina, jubilatoire comédie satirique et corrosive, laquelle provoque dans la salle une tempête de rires. En effet, cette joyeuse parade pourrait tout aussi bien s’intituler Les Lauriers de César ! Un authentique festival de bel canto, aux mélodies profuses, sans la moindre afféterie. Haendel, alors âgé de vingt-quatre ans, brocarde le surprenant univers des mœurs palatines, via une ...

Alcina Triumphans

Cette version de concert d’Alcina clôturait le cycle intitulé « Le Merveilleux » programmé par la Cité de la Musique du 17 janvier au 27 février 2003, et comportant des manifestations très variées : projections de films, concerts, forum, spectacles pour le jeune public. L’âge baroque a toujours été friand de merveilleux, en particulier à travers ses opéras, où l’on voit de preux chevaliers, errant dans des forêts enchantées, rencontrer de ...

Rinaldo Maccione fait son cinéma aux Croisades

Georg Friedrich Haendel « Rinaldo » Les mauvaises idées (surtout les plus basses) font davantage d’émules que les bonnes. Elle se propagent même à la vitesse de la lumière ! Il suffit que, pour Salzbourg 2001, Monsieur Mortier ait requis la collaboration scabreuse d’un metteur en scène bêtement provocateur dans La Chauve-Souris, par exemple. On y admirait - en vrac - masturbation, fellation, sodomie, etc… Bon sang, mais c’est bien sûr ! Que ...

La « Rodelinda » de Haendel sobrement élégante présentée à Paris, Théâtre du Châtelet, atteste de la vitalité du Festival de Glyndebourne

Rodelinda Le Théâtre du Châtelet aura été l’hôte en ce début d’année 2002 du Festival de Glyndebourne, accueillant deux productions qui ont marqué l’histoire récente de la plus fameuse des manifestations lyriques britanniques. Fidelio de Beethoven dirigé par Sir Simon Rattle et mis en scène par Deborah Warner, et la plus rare Rodelinda de Haendel, par William Christie et Jean-Marie Villégier, l’équipe même qui re-créa l’Atys de Lully voilà plus de ...