Mot-clef : Georges Delerue

american classics

American Classics… vraiment incontournables

American Classics, voici un thème très inspirant ! Et cela commence au mieux avec cinq compositeurs choisis pour des partitions justement considérées comme classiques. Disons d’emblée que ces enregistrements méritent de figurer en première ligne dans toute CD-thèque un tant soit peu curieuse et éclectique. Georges Delerue, né Français mais Américain d’adoption, est représenté par La Nuit américaine, avec son splendide thème retenu mais marquant pour l’auditeur qui l'a sûrement entendu un jour ou ...
romain_leleu_trumpet_concertos

Concertos français pour trompette par Romain Leleu

Romain Leleu signe un programme original et varié de concertos pour trompette et orchestre à cordes composés par des compositeurs français entre 1951 et 2011. Audacieux et rafraîchissant.  On ne le sait pas assez, mais les concertos pour trompette et orchestre ne sont pas l'apanage de la musique baroque, et il y a même de très bons compositeurs vivants qui écrivent pour cet attelage! Romain Leleu le démontre par cet audacieux album ...
boulier_delerue

Christophe Boulier joue Georges Delerue

Ce film nous emmène à Taïwan, à Taipei précisément, où l’on joua des arrangements pour violon et orchestre du compositeur pour le cinéma Georges Delerue. Né à Roubaix en 1925 et après de brillantes études au Conservatoire de Paris (Henri Büsser, Jean Rivier, Darius Milhaud furent ses maîtres), Georges Delerue effectua la partie la plus brillante de sa carrière aux Etats-Unis, à Hollywood. Il aura collaboré avec les plus grands metteurs ...

Décision et pulsation

Kaufmann / Giraud / Markku / Bernstein Salle comble pour ce concert gratuit de l’une des trois principales formations musicales du ministère de la Défense (avec l’orchestre de la Garde Républicaine et le chœur de l’Armée Française) précédé d’une « Batterie Napoléonienne » garantie d’époque, avec fausses moustaches et bonnets à poils. Le programme s’ouvrait sur un arrangement du finale de la Symphonie « Du nouveau monde » d’Antonin Dvorak rendu assourdissant ...