Mot-clef : Gioachino Rossini

Monserrat Caballé, parfaite rossinienne

Montserrat Caballé, parfaite rossinienne

Enfoncer des portes ouvertes. C’est l’impression que ressent le critique musical quand il retrouve des enregistrements qui l’ont enchanté par le passé. Ainsi, quand la réédition de La Donna del Lago de Rossini avec Montserrat Caballé lui tombe sous le laser, il ne peut s’empêcher d’y prêter l’oreille. Et alors, les émotions refont surface comme au premier jour de la découverte. Déjà paru en 1999 sous ce même label, ce ...
Beaumarchais et Rossini : Les mots et les notes

Beaumarchais et Rossini : Les mots et les notes

Festival de Saint-Céré 2008 Rapatriés depuis la cour du Château de Montal vers le Théâtre de l’Usine de Saint-Céré en raison d’une météo capricieuse, nous avons assisté à un joli spectacle qui s’est niché dans ce petit théâtre. Il ne s’agit pas d’Il Barbiere di Siviglia mais d’Un Barbier de Séville, spectacle qui remplace les récitatifs de l’opéra par des extraits de la pièce de Beaumarchais. On peut donc y voir ...
Staatsoper Stuttgart

Le Comte Ory à Stuttgart, travail d’équipe

L'opéra d'état de Stuttgart propose depuis mai une nouvelle production du Comte Ory. C'est toujours avec plaisir que l'on retrouve cet opéra comique étrangement peu représenté, pourtant l'un des chefs-d'œuvre de Rossini. Le metteur en scène Igor Bauersima a déplacé l'action de nos jours. Le premier acte se situe dans une fête foraine. Le décor est réduit au minimum : les clients entrent et sortent de certaines attractions cachées sous des ...
Enthousiasme et énergie de la jeunesse

Le Barbier de Séville à Nancy, enthousiasme et énergie de la jeunesse

Avec une distribution en partie renouvelée, la reprise de la production de 2005 de l’opéra le plus célèbre de Gioachino Rossini a de nouveau réussi à faire salle comble à Nancy, jusqu’au dernier des strapontins, avec le plaisir d’y constater la présence de nombreux enfants et adolescents visiblement ravis. Le très réussi décor de Emmanuel Clolus figure la demeure du Docteur Bartolo, véritable donjon défensif où est enfermée la malheureuse Rosine. ...
Brillante Cecilia

Maria Malibran et la phénoménale Cecilia Bartoli

Elle est décidément un phénomène. La couleur de sa voix, sa technique tout à fait personnelle et son charme inépuisable la rendent unique dans le monde de l’opéra : Cecilia Bartoli. Malgré un instrument plutôt limité, à la puissance très restreinte, elle continue de fasciner son public en explorant toujours de nouveaux univers. Après Vivaldi et Salieri, elle est revenu au belcanto italien du premier XIXe se tournant cette fois ...
La quintessence absolue de l’opéra buffa rossinien

L’Italienne à Alger, quintessence de l’opéra buffa rossinien à Aix 2006

Cet enregistrement de L’Italienne à Alger, dernier opéra buffa que Rossini présenta au Théâtre San Benedetto de Venise le 22 mai 1813 n’est rien d’autre qu’un splendide bijou musical. Le spectacle offert au public du Festival d’Aix-en-Provence en juillet 2006 s’avère exaltant, enlevé, coloré et haletant de part en part. Pour servir ce chef-d’œuvre rossinien, la distribution sans faille fait appel à de remarquables chanteurs doublés d’acteurs de talent. A commencer ...
Rossini exotique mais autrement troublant

Rossini exotique mais autrement troublant

Le Barbier de Séville Créée en 2002, la mise en scène du Barbier de Séville par Coline Serreau passe pour sympathique et agréable, exactement comme si son exotisme n’avait d’autre ressort que sa rutilance. Dans ses Notes de mise en scène, la dramaturge justifie son choix de décor : « Séville, occupée quatre cents ans par les musulmans qui y ont laissé une forte empreinte […] Pour que cette histoire nous parle ...
Vivica Genaux parfaite, mais…

La Cenerentola à Genève, Vivica Genaux parfaite, mais…

Comment une production de La Cenerentola, certainement le plus accompli musicalement et théâtralement de tous les opéras de Rossini, peut-elle ne pas enthousiasmer ? Avec ses situations tour à tour plaisantes, comiques, graves ou touchantes, sa musique d’inspiration géniale, cela paraît impossible. Les décors originaux, les costumes colorés, les chanteurs d’excellent niveau, l’orchestre de grande réputation n’ont pourtant pas suffit à dérider cette production genevoise. A qui la faute ? Peut-être à Joan Font qui, ...
Sangria lyrique

Sangria lyrique

Il Barbiere di Siviglia Partition juteuse, musique pétillante, le chef-d’œuvre bouffe de Rossini procure un réel plaisir toujours renouvelé. Nous savons désormais que l’humour est soluble jusqu’à plus soif, sous la pression orange. Sans jeu de mots, et pour être plus précis, il ne s’agit pas du fruit frais associé à Séville mais de parapluies, fusils, tabliers et d’éventails de tous les formats, accessoires invariablement de couleur orange. Idée récurrente et ...
Rossini à la trompette : évidemment et éminemment festif.

Rossini à la trompette : évidemment et éminemment festif

Le label Indesens, déjà mentionné dans ces colonnes, s’est spécialisé dans la musique pour cuivres et nous propose depuis quelques temps des enregistrements variés comprenant tout aussi bien des musiques originales que des transcriptions, interprétées par une ribambelle d’artistes « maison » figurant parmi les meilleurs spécialistes de ces instruments. De plus, par le jeu des transferts de catalogues, des gravures anciennes peuvent tout à la fois retrouver et une ...
Festif, avant tout !

Le Comte Ory, festif avant tout !

Alors que le marché de Noël bat son plein Place Royale, le Théâtre Graslin nous offre une nouvelle production parfaitement adaptée à l’esprit des fêtes de fin d’année. Le Comte Ory est un ouvrage heureux, sans prétentions, jouant de mélodies charmantes et d’une orchestration joyeuse ; un ouvrage qui garantit le succès d’un spectacle, pour peu qu’on évite la tentation d’une relecture impossible comme celle d’une trivialité grossière. Frédéric Bélier Garcia, ...
Un vrai régal

Il Turco in Italia à Düsseldorf, un vrai régal

C’est un phénomène : Il y a quelques années encore, Il Turco in Italia était une rareté absolue. Certains mélomanes connaissaient peut-être l’enregistrement (tronqué) avec Maria Callas et Nicolai Gedda. Mais ceux qui pouvaient se vanter d’avoir vu la pièce sur scène étaient peu nombreux. Depuis quelques années pourtant, le Turc parcours l’Europe, de Pesaro (bien sûr) à Londres, de Zürich à Hambourg et de Bologne à Munich. Maintenant, c’est au ...
Bergson, Rossini et l’opérette

Bergson, Rossini et l’opérette

La Cenerentola L’affiche donnait le ton ! Un aspirateur ultramoderne sur lequel appuie la pointe d’un escarpin. Davide Livermore revient à Montpellier pour sa troisième mise en scène (après Bajazet et L’Elisir d’Amore) et ca décoiffe ! Sa mise en scène propulse Cendrillon au milieu des années 60 et la voila donc équipée des appareils électroménagers. Les décors et costumes de Santi Centino sont à l’avenant, grandes surfaces lisses et fluos, colorés et ...
Torvaldo et Dorliska, dramma semiserio

Torvaldo et Dorliska, dramma semiserio

Torvaldo et Dorliska, écrit en 1815, est probablement l’opéra le moins connu de Rossini et surement le moins joué. Opéra semiseria, il se place à moitié chemin entre la comédie buffa et le dramma serio. Très critiqué pour le livret présumé médiocre de Sterbini, il présente en réalité toutes les caractéristique musicales et littéraires qui ont fait la fortune de Rossini : une longue ouverture, un langage populaire (proverbial et prosaïque) ...
Maometto Secondo renaît à La Fenice

Maometto Secondo renaît à La Fenice

Très bonne idée de la part de la firme Dynamic que d’éditer ce superbe spectacle réalisé en février 2005 au Teatro La Fenice. L’opéra Maometto secondo n’est pas, et de loin, le plus célèbre des opere serie de Gioachino Rossini. L’auditeur gagnera cependant à découvrir une œuvre certes imparfaite sur le plan dramaturgique, que Rossini devait d’ailleurs remanier pour son Assedio di Corinto, mais déjà pleine de beautés et de ...
Airs de Rossini

Airs de Rossini par Max Emanuel Cenčić

Le choix du contre-ténor Max Emanuel Cenčić d’enregistrer un CD consacré exclusivement à des extraits d’opéras de Rossini pourrait irriter plus d’un auditeur. Historiquement, rien ne légitime une telle décision, la quasi-totalité des morceaux figurant sur ce programme ayant été composés à l’intention de chanteuses féminines ; seul fait exception à cela le bel air de Aureliano in Palmira « Perché mai le luci apprimo », créé en 1813 par le chanteur Giovanni ...
Krzysztof Penderecki

Une journée Penderecki à Prades

Festival Pablo Casals 2007 S’ouvrant par une conférence donnée par Krzysztof Penderecki au cinéma Le Lido, la journée du Jeudi 9 Août rendait un hommage appuyé au compositeur polonais familier du Festival de Prades. Lors du premier concert sous la voûte romane du Prieuré de Marcevol, l’éminent violoncelliste finlandais Artos Noras interprétait six mouvements du Divertimento pour violoncelle (qui en comporte neuf) et dont trois d’entre eux étaient donnés cet après-midi ...
Arturo Toscanini crépusculaire

Arturo Toscanini crépusculaire et en stéréo

Toscanini en stéréophonie ? Est-ce un canular ? Et pourquoi pas Caruso en Super Audio CD multi-canaux ?… Eh bien non ! C’est loin d’être une plaisanterie. Le label américain Music & Arts a pu se procurer les précieuses bandes originales en stéréophonie expérimentale des deux derniers concerts de l’illustre chef italien à la tête de son cher Orchestre Symphonique de la NBC. L’ultime concert, exclusivement consacré à Richard Wagner, eut lieu le 4 avril 1954 ...
La Cenerentola

Cenerentola brillante mise en scène par Paul Curran

La Cenerentola reste, devant l’histoire, l’œuvre qui affirma définitivement aux oreilles du public romain le génie du jeune Rossini (à peine âgé de 25 ans), après le houleux succès du Barbiere di Siviglia au théâtre Argentina de la même ville, en février 1816. Ayant offert La Gazzetta et Otello aux théâtres napolitains, Rossini retourna donc presque aussitôt à Rome pour la création de La Cenerentola, le 25 janvier 1817. L’argument ...
Lourde et indigeste Italienne

Lourde et indigeste Italienne

A priori, l’acquéreur confiant de ce DVD se prépare à passer une réjouissante soirée en tête-à-tête avec son téléviseur. D’abord pour l’œuvre, premier chef-d’œuvre dans le domaine buffa d’un tout jeune compositeur de 21 ans, qui vient de connaître, trois mois plus tôt, la consécration dans le domaine seria avec Tancredi. Ensuite pour l’affiche, qui aligne quelques noms reconnus en matière de chant rossinien. Enfin, pour l’étiquette « Opéra National de ...
Attention, une petite messe peut en cacher une gigantesque

Attention, une petite messe peut en cacher une gigantesque

Initialement écrite pour solistes, douze chanteurs, deux pianos et harmonium, Rossini orchestra trois ans plus tard, en 1867, sa Petite Messe Solennelle pour une grande formation. Grande, immense même puisqu’il n’y avait pas moins de 360 musiciens ce soir dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Intitulée Messe Solennelle, cette version orchestrée est plus rarement jouée, probablement parce qu’elle est considérée comme un simple acte d’auto-défense de Rossini contre des ...
Quand Rossini broyait du noir

La Pie voleuse, véritable régal

Mise à part sa prodigieuse ouverture, reprise à l’envie dans les dessins animés, publicités télévisées et autres émissions vidéogaguesques, la Pie voleuse est loin d’être l’opéra le plus joué et le plus enregistré de Rossini. Une version CD de référence chez Sony en 1989, avec rien moins que Katia Ricciarelli, William Matteuzzi et Samuel Ramey, et le présent DVD datant de 1987, qui eut même les honneurs d’une diffusion en ...
L’esprit de Rossini présent pour une Italienne à Alger  victorieuse

L’esprit de Rossini présent pour une Italienne à Alger victorieuse

Le Festival de Pesaro présente régulièrement les enregistrements de ses productions. Nous voici en présence d’une Italienne à Alger de haut vol, donnée l’été dernier. Il s’agit d’une interprétation très réjouissante, bouillonnante de vie. Dans une mélodie inédite, l’adieu de Rossini, le vieux Maestro se moque de lui-même avec beaucoup d’humour et se décrit comme une brise agitant l’eau et dont l’effet sera toujours perceptible. Pas de doutes ici, ...
Sacré Rossini !

Sacré Rossini !

Grand mystère des publications, voici que paraît en DVD la troisième intégrale de Tancredi de Rossini ! Certes, l’œuvre est magnifique, premier des opere serie de prestige du compositeur. Il y souffle, comme dans L’Enlèvement au sérail de Mozart, un vent de jeunesse, d’enthousiasme, mêlé à la maturité du compositeur. Le premier chef-d’œuvre serio de Rossini, en quelque sorte. Mais doit-on rappeler aux programmateurs, aux producteurs, que les chefs-d’œuvre de la maturité, ...
Irrésistible Angelina

L’irrésistible Angelina de Karine Deshayes

C’est avec La Cenerentola, dans une production de l’Opéra de Bordeaux créée au mois de mars 2004, que l’Opéra de Tours a décidé d’ouvrir sa saison scénique, après une période de fermeture pour travaux de rénovation. La mise en scène d’Elsa Rooke méritait-elle cet honneur ? Dans un décor unique plutôt dépouillé, essentiellement occupé par un escalier massif qui règle - parfois périlleusement - les entrées et sorties des personnages, et où ...
Joyce DiDonato : Heure exquise à Venise

Joyce DiDonato, heure exquise à Venise

Après nous avoir présenté trois maîtres du lied (dont Margaret Price), la série « song » du nouveau label Wigmore Hall Live nous réserve aujourd’hui un véritable bijou : le récital de Joyce DiDonato, enregistré par la BBC le 16 janvier 2006, un CD qui n’appelle que des éloges. Commençons par le plus intelligent des programmes, composé autour du mythe de Venise et comprenant la Regata veneziana de Gioachino Rossini, les Songs of ...
Bianca e Falliero

Bianca e Falliero, rareté rossinienne à ne pas manquer!

Bianca e Fallieron’est certes pas l’opéra le plus excitant de Rossini. Ce n’est pas non plus le plus mauvais. Composé pour Milan en 1819, coincé entre les très novateurs Ermione, Donna del lago et Maometto II pour le San Carlo de Naples, théâtre pionnier pour lequel Rossini, compositeur attitré, pouvait oser toutes les audaces, il s’agissait de produire une œuvre susceptible de plaire à un public plus conventionnel. Nous voici donc ...
Jascha Horenstein, un chef d’orchestre à réévaluer

Jascha Horenstein, un chef d’orchestre à réévaluer

L’une des irrémédiables injustices des «majors» du disque, et par la même occasion l’un des plus grands regrets du discophile, est d’avoir dédaigné Jascha Horenstein en ne préservant pas ses interprétations extraordinaires de fin de carrière. Seul le petit label anglais défunt Unicorn réalisa quelques enregistrements exceptionnels d’œuvres de Brahms, Hindemith, Mahler, Nielsen, Panufnik, Schœnberg, Simpson, Richard Strauss et Webern, gravures absolument précieuses bien que ne constituant qu’une maigre compensation, ...
Le barbier d’Almodovar

Le barbier d’Almodovar

La dynamique direction artistique du théâtre de Vevey, petite bourgade des bords du Léman avec ses 17. 000 âmes, présente d’intéressantes saisons de théâtre de prose, de danse et d’opéra. Ainsi cette saison lyrique a déjà vu La Fiancée du Tsar de Rimski-Korsakov, le duo incontournable de Cavalleria rusticana-I Pagliacci, alors que Le Tour d’Ecrou de Britten sera en scène en janvier prochain et Mefistofele de Boïto et Les Brigands ...
Les puristes feront la moue…

Les puristes feront la moue pour le Barbier à SF

Après l’énorme succès de ce Barbiere 2003 (DiDonato, Beuron, Ens et Gunn) il fallait, bien sûr, absolument, vite-vite, dare-dare, sans plus de retard, nous re-présenter cette superbe bâtisse pseudo-moderniste, ses salons, ses vestibules, propres et toujours aussi frais, si bien peinturés par Robert Hill, plus vrais que vrais, dans lesquels Johannes Schaaf avait situé son action et dans lesquels il la situe encore ce soir, et qui, véritables personnages, participent ...