Mot-clef : Giuseppe Verdi

Otello sauvé par Desdémone

Otello de Verdi ouvre les Chorégies 2003 sous la protection des intermittents du spectacle

Fallait-il ou non sauver les Chorégies d’Orange 2003, manifestation lyrique estivale la plus populaire de France, en donnant Otello de Verdi à l’heure où renonçaient les illustres voisins, les Festivals d’Aix-en-Provence et d’Avignon ?… Annuler ce festival autofinancé à 80 %, c’était le vouer à une disparition certaine, ce qu’attend depuis huit ans la municipalité Front national d’Orange. Conscients du danger, et comme ils l’ont précisé avant le début de la ...
Vêpres à la direction de James Conlon

Vêpres à la direction de James Conlon

Retour de la version française des Vêpres siciliennes de Verdi à l’Opéra C’est avec Les Vêpres siciliennes que Giuseppe Verdi s’essayait pour la première fois au grand opéra à la française, dans la lignée de Guillaume Tell de Rossini vu à l’Opéra Bastille en mars dernier* et des Huguenots de Meyerbeer, genre dans lequel Verdi allait atteindre son apogée avec Don Carlos. Tout comme pour ce dernier ouvrage, l’intrigue des Vêpres ...

Giuseppe Verdi, Fastaff trop classe

Production réalisée dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence 2001 par Herbert Wernicke, qui avait déjà monté dans l’enceinte du Théâtre de l’Archevêché une Belle Hélène d’Offenbach qui suscita quelque remous, ce Falstaff est le dernier ouvrage proposé en France par le metteur en scène scénographe allemand, mort brutalement le 16 avril dernier à l’âge de cinquante-cinq ans alors qu’il travaillait sur une nouvelle production d’Israël en Egypte de Haendel pour ...

Macbeth au chocolat

Macbeth Retour à l’Opéra-Bastille de la production de Macbeth présentée en février 1999, dont on retrouve les plaquettes de chocolat noir qui servent de cadre à l’action, à laquelle elles font un écrin un brin kitsch. Quoique assurément l’œuvre majeure de la première période de Verdi, que l’univers de Shakespeare inspira dès la première tentative, la réussite d’une production de Macbeth repose entièrement sur les épaules des deux protagonistes principaux, qui ...
Giuseppe Verdi, Attila Des Huns sans gloire

Giuseppe Verdi, Attila Des Huns sans gloire

Inscrire en tête d’affiche deux noms prisés du grand public appartenant au monde du cinéma et de la télévision, Jeanne Moreau et Josée Dayan, est un moyen sûr pour créer l’événement et focaliser l’attention des grands médias sur un opéra de jeunesse de Verdi, qui, en cette année du centenaire de la mort du compositeur, en aura vu d’autres, comme cet Aïda donné au Grand Stade de France au même ...

Aquilée, morne plaine

Pinchas Steinberg / Josée Dayan et Jeanne Moreau Après l’Aïda du Stade de France et sa folie des petitesses, Paris a mis un point d’honneur à offrir in loco (Bastille) un deuxième hommage automnal, bruyant à défaut d’être bouillonnant, à Verdi. Cette fois-ci, place au jeune ! Celui des « années de galère » (1846), avec l’entrée au répertoire d’Attila. Tempérons, du reste, la séparation artificielle encore vivace entre le Verdi mature ...

Cherche chanteurs verdiens, désespérément

Don Carlo «Mondo ladro, mondo reo…» Qu’il est difficile de proposer une distribution authentiquement verdienne pour servir l’un des purs chefs d’œuvre de la maturité de Verdi ! Et dire que les conditions météorologiques étaient, ce soir-là, clémentes… alors, seul le vent de la perfection était autorisé à souffler sur le Théâtre Antique. Flûte, il a fallu pourtant déchanter ! Deux regrets liminaires : d’abord – et sans s’attarder sur les mérites respectifs des versions ...