Mot-clef : Giuseppe Verdi

(c) Ursula Kaufmann

Le destin d’Otello au Grand Théâtre de Genève, avec force !

[caption id="attachment_48422" align="alignright" width="362" caption="(c) Ursula Kaufmann"][/caption] Pour son début de saison, Genève offre un ouvrage emblématique de Verdi. Une production du Théâtre de la Monnaie d’Otello signée Willy Decker retentit en effet ces jours dans les mûrs de l’institution lyrique du bout du lac. Créée le 5 février 1887, l’œuvre marquera les retrouvailles de Boito et du compositeur, alors septuagénaire, et s’imposera immédiatement comme l’un des chefs d’œuvre de l’Italien. Synthétique, ...
Verdi, Il Trovatore

Il Trovatore avec Andrea Bocelli

Cette nouvelle version de « Il Trovatore » ne devrait aucunement révolutionner la discographie de l’œuvre. D’emblée on peut la considérer, avec tant d’autres, comme un enregistrement de plus d’une œuvre qui n’a jamais connu d’inoubliables versions au disque (à l’exception peut-être de celle d’Ettore Bastianini, Leontyne Price, Franco Corelli et Giulietta Simionato sous la direction d’Herbert von Karajan enregistrée à Salzbourg en 1962). L’intérêt de ce nouvel enregistrement réside dans la ...
Don Carlo, antihéros

Don Carlo, antihéros

Don Carlo Ces représentations de Don Carlo de Verdi par l’Opéra néerlandais au Muziektheater d’Amsterdam marquent la fin de la collaboration du chef italien Riccardo Chailly avec l’Orchestre Royal du Concertgebouw dont il était le chef depuis 1988. Dans une mise en scène assez austère de Willy Decker, c’était les débuts dans le rôle-titre du ténor mexicain Rolando Villazón. Quatrième opéra de Giuseppe Verdi d’après Schiller, Don Carlo est le type même ...

La Croix et la Manière

Giuseppe Verdi « Don Carlo » Ce Don Carlo est une reprise de la production nantaise de 2002 (Théâtre Graslin), à cette différence près qu’on n’a reconduit qu’une partie de la distribution initiale (Philippe II, Eboli, l’Inquisiteur, le moine/voix de Charles Quint) et que Philippe Godefroid semble avoir repensé certains problèmes de mise en scène. Version italienne en quatre actes (1884), Don Carlo, sans le « s » de la version originale de ...
Rêverie archéologique

Rêverie archéologique

Opéra Verdi Alors que débute le prélude, nous découvrons une salle du musée du Caire. Quelques visiteurs admirent les vitrines où s’entassent divers objets et deux statues grandeur nature, un pharaon et une femme tout d’or vêtue, protégées par une balustrade. Une mendiante est prostrée dans un coin, on remarque deux soldats en tenue coloniale ; l’un semble accablé. Il se tourne et découvre le bandeau qui lui cache les yeux : il ...
Un ballo in maschera

Un ballo in maschera

Opéra national de Montpellier, Viva Verdi Après La Dame de Pique et le Freischütz, l’Opéra de Montpellier, poursuivant une programmation 2003-2004 tout à fait exceptionnelle, présentait au Corum Le Bal Masqué de Verdi, un des grands chefs d’œuvre pour la voix du compositeur italien. Il sera crée le 17/O2/1859 au théâtre Apollo de Rome sur un livret d’Antonio Somma d’après Le Bal Masqué — ou Gustavo III — d’Eugène Scribe après ...
Quelque chose va craquer !

Quelque chose va craquer !

Mireille Delunsch dans « la Traviata » Une Traviata serait-elle née ? Assurément. Dans la lignée de Callas ou de Tiziana Fabbricini. Depuis sa mémorable prise de rôle à Bordeaux (en novembre 2000), Mireille Delunsch transfigure Violetta. Elle transforme la courtisane parisienne en ange déchu, en pathétique marionnette démantibulée qui traîne son mal de vivre comme une somnambule ; victime d’une société bien pensante, étriquée et cynique. C’est ici une créature solaire, pure, virginale ...
Otello sauvé par Desdémone

Otello de Verdi ouvre les Chorégies 2003 sous la protection des intermittents du spectacle

Fallait-il ou non sauver les Chorégies d’Orange 2003, manifestation lyrique estivale la plus populaire de France, en donnant Otello de Verdi à l’heure où renonçaient les illustres voisins, les Festivals d’Aix-en-Provence et d’Avignon ?… Annuler ce festival autofinancé à 80 %, c’était le vouer à une disparition certaine, ce qu’attend depuis huit ans la municipalité Front national d’Orange. Conscients du danger, et comme ils l’ont précisé avant le début de la ...
Vêpres à la direction de James Conlon

Vêpres à la direction de James Conlon

Retour de la version française des Vêpres siciliennes de Verdi à l’Opéra C’est avec Les Vêpres siciliennes que Giuseppe Verdi s’essayait pour la première fois au grand opéra à la française, dans la lignée de Guillaume Tell de Rossini vu à l’Opéra Bastille en mars dernier* et des Huguenots de Meyerbeer, genre dans lequel Verdi allait atteindre son apogée avec Don Carlos. Tout comme pour ce dernier ouvrage, l’intrigue des Vêpres ...

Giuseppe Verdi, Fastaff trop classe

Production réalisée dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence 2001 par Herbert Wernicke, qui avait déjà monté dans l’enceinte du Théâtre de l’Archevêché une Belle Hélène d’Offenbach qui suscita quelque remous, ce Falstaff est le dernier ouvrage proposé en France par le metteur en scène scénographe allemand, mort brutalement le 16 avril dernier à l’âge de cinquante-cinq ans alors qu’il travaillait sur une nouvelle production d’Israël en Egypte de Haendel pour ...

Macbeth au chocolat

Macbeth Retour à l’Opéra-Bastille de la production de Macbeth présentée en février 1999, dont on retrouve les plaquettes de chocolat noir qui servent de cadre à l’action, à laquelle elles font un écrin un brin kitsch. Quoique assurément l’œuvre majeure de la première période de Verdi, que l’univers de Shakespeare inspira dès la première tentative, la réussite d’une production de Macbeth repose entièrement sur les épaules des deux protagonistes principaux, qui ...
Giuseppe Verdi, Attila Des Huns sans gloire

Giuseppe Verdi, Attila Des Huns sans gloire

Inscrire en tête d’affiche deux noms prisés du grand public appartenant au monde du cinéma et de la télévision, Jeanne Moreau et Josée Dayan, est un moyen sûr pour créer l’événement et focaliser l’attention des grands médias sur un opéra de jeunesse de Verdi, qui, en cette année du centenaire de la mort du compositeur, en aura vu d’autres, comme cet Aïda donné au Grand Stade de France au même ...

Aquilée, morne plaine

Pinchas Steinberg / Josée Dayan et Jeanne Moreau Après l’Aïda du Stade de France et sa folie des petitesses, Paris a mis un point d’honneur à offrir in loco (Bastille) un deuxième hommage automnal, bruyant à défaut d’être bouillonnant, à Verdi. Cette fois-ci, place au jeune ! Celui des « années de galère » (1846), avec l’entrée au répertoire d’Attila. Tempérons, du reste, la séparation artificielle encore vivace entre le Verdi mature ...

Cherche chanteurs verdiens, désespérément

Don Carlo «Mondo ladro, mondo reo…» Qu’il est difficile de proposer une distribution authentiquement verdienne pour servir l’un des purs chefs d’œuvre de la maturité de Verdi ! Et dire que les conditions météorologiques étaient, ce soir-là, clémentes… alors, seul le vent de la perfection était autorisé à souffler sur le Théâtre Antique. Flûte, il a fallu pourtant déchanter ! Deux regrets liminaires : d’abord – et sans s’attarder sur les mérites respectifs des versions ...