Mot-clef : Giuseppe Verdi

forza3_paris

Bilan positif pour La Forza del destino

L'Opéra national de Paris continue son exploration des grosses machines lyriques. Après les monstres véristes que sont Andrea Chénier et Francesca da Rimini, place à un opéra monumental de Verdi. La Forza del destino appartient sans doute au genre d’opéra problématique à mettre en scène. La difficulté d’une telle représentation réside proprement dans la variété des lieux de l’actions, dans la multitude des sentiments à évoquer, dans le changement soudain d’ambiance ...
carlo_rizzi_dr2-362x390_vign

Oberto à Paris, de l’excitant et de l’abominable

Oberto, premier opéra de Verdi, qui obtint un franc succès lors de sa création, n’est quasiment plus jamais donné de nos jours. L’occasion était belle alors d’écouter l’œuvre in vivo, même en version de concert. Hélas, on ne peut pas dire qu’on l’a entendue dans son intégralité, dans la mesure où la plupart des reprises dans les cabalettes ont été coupées. Malgré cela, l’œuvre reste intéressante, encore rattachée à l’esthétique ...
Joseph Calleja, Ludovic Tézier ©  DR

Ludovic Tézier et Joseph Calleja, comme un avant-goût de Paradis…

On annonçait Ludovic Tézier souffrant avant le lever de rideau. Mis à part sa visible appréhension lors de ses entrées sur scène, il n’en est rien paru. Mieux, le baryton entame la soirée à froid sur un « Eri tu » de la Forza del destino miraculeux de phrasé, de couleurs, de mordant, qui met d’emblée le public à ses genoux. Le ton est donné, Joseph Calleja n’a plus qu’à paraître et à ...
UnBalloInMaschera_modene12

A Modène, un Bal Masqué qui n’aurait pu être que routine

Dans le magnifique théâtre communal de Modène a été présentée la coproduction avec le théâtre de Parme d’un Bal Masqué qui démontre la vivacité du répertoire italien jusque dans le quotidien des citoyens transalpins. En premier lieu, une mise en scène classique, sobre et sans fioritures qui n’éclaire pas forcément l’œuvre, mais ne la dessert aucunement, ce qui est une vertu suffisamment rare pour être signalée. Les changements longs des décors ...
pretty_yende_opera

Pretty ? Pretty !

Pour son premier récital parisien, Pretty Yende, gagnante du concours Vincenzo Bellini de Puteaux en 2010, lauréate d’Operalia en 2011, aurait peut-être pu prétendre à mieux que ce concert plus ou moins confidentiel, réduit à trois extraits d’opéra et cinq mélodies, plus deux bis ! On ajoute à cela que le programme de salle est indigne, bourré de fautes d’orthographe et de grosses erreurs de traduction (on apprend entre autres que la ...
membran_Forza del Destino

Le retour des beaux-jours de l’opéra verdien

Si le temps qui passe érode nos monuments, abîme nos traits, il a parfois des retours qu’on ne peut que bénir. Ainsi en est-il des enregistrements qui faisaient le bonheur de nos discothèques de microsillons souvent disparus à l’apparition du disque compact. Ces prises de sons pourtant excellentes furent souvent délaissées parce qu’elles n’avaient pas eu les honneurs de la stéréophonie. Elles retrouvent aujourd’hui une seconde vie avec ces rééditions. ...
falstaff_1011

Falstaff coq de basse-cour à Metz

La mise en scène de Falstaff par Jean-Louis Grinda, une coproduction de l’Opéra de Monte-Carlo et de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, repose sur une double métaphore. Celle de la fable, tout d’abord, qui présente les personnages de la comédie en divers animaux de basse-cour. Falstaff y est vu comme un vieux coq sur le retour, Caius en âne, les Ford en couple de pintades, les serviteurs d’Alice en jeunes souriceaux, ...
ICAClassics_Cranko_vign

John Cranko : pièces délicieusement old-fashioned

La collection ICA Classics présente des captations qui s’inscrivent dans l’histoire de la danse. L’un des DVD, consacré au chorégraphe Sud-Africain John Cranko, réunit deux de ses œuvres de jeunesse créées pour le Sadler’s Well Theatre Ballet : The Lady and the Fool et Pineapple Poll. Théâtralité exacerbée et sens du comique caractérisent ces pièces primesautières. Pineapple Poll fut créée le 13 mars 1951. Cette pièce est le fruit d’une collaboration entre ...
sony_operas

De grands enregistrements à petits prix

Sony Opera House lance une nouvelle salve de rééditions CD à petit prix qui ravira les mélomanes, tout du moins ceux qui ne sont pas rebutés par les désavantages inhérents aux collections économiques : boîtiers pas franchement attirants, coupures intempestives pour faire tenir l’ensemble sur un minimum de place, plaquette minimale ne comportant que la liste des plages et un synopsis en anglais, français, allemand, bourré d’erreurs et de fautes de ...
LA TRAVIATA (Jean Francois SIVADIER) 2011

Aix et La Traviata, histoire d’un désamour

Le Festival d’Aix-en-Provence doit-il s’entêter à monter La Traviata ? Après le semi-échec de 2003, une production qui ne connut qu’une représentation, avec la mise en scène contestée de Peter Mussbach, la Violetta Valery contestée de Mireille Delunsch et la direction contestée de Yutaka Sado, force est de constater que La Traviata 2011 n’aura même pas la chance d’avoir une grève des intermittents pour faire date dans l’histoire du Festival. Là aussi, ...
scala_attila2

Attila à La Scala, le succès de Nicola Luisotti

Existe-t-il une malédiction Attila ? Peu présent sur scène, cet opéra de Verdi est redoutablement difficile à produire. Outre une orchestration qui ne ménage pas ses effets, le livret est très délicat à mettre en scène. Le public de l’Opéra de Paris se souvient de l’un des plus grands plantages de la Grande boutique : une mise en scène grotesque et pathétique confiée au duo Jeanne Moreau et Josée Dayan (2001). ...
rigoletto_Avenches.02w

Avenches, des zombies chez Rigoletto

Lorsque, avant son spectacle, le metteur en scène explique sa mise en scène, cela révèle souvent son doute sur l’évidence de sa démarche. Ainsi, l’italien Adriano Sinivia nous prévient que son « Rigoletto se déroule après le drame qui lui a fait perdre la raison ». Sorte d’analyse post mortem de l’intrigue. Une démarche qui le conduit vers une série de parasitages inutiles. Au centre de la scène se dresse une construction noirâtre ...
verdi_canzoni_telos

Pour Diana Damrau, uniquement !

Enregistré il y a bientôt six ans, ce CD consacré aux « canzoni » de Verdi ne doit sans doute sa diffusion à l’international qu’à la starification récente de Diana Damrau. Et pourtant, contrairement à ce que la pochette pourrait laisser croire, il ne s’agit en rien d’un nouveau récital de la diva allemande. Cette dernière partage en effet l’affiche avec deux partenaires masculins dont la prestation est d’un niveau très nettement ...
Macbeth agent immobilier

Macbeth agent immobilier

Ce Macbeth, importé de Novossibirsk, avait été très fortement hué et critiqué lors de sa présentation à Paris. La vision de Dmitri Tcherniakov, loin d’investir l’immense plateau de Bastille, avait de quoi déconcerter. Curieusement, une fois fixé sur vidéo, avec l’aide de l’inusable Andy Sommer, ce drame shakespearien passé à la moulinette romantique gagne en grandeur. Effet des micros ou prise faite en fin de série de représentations, la voix de ...
Excellente prise de rôle de Fabio Armiliato !

Excellente prise de rôle d’Otello de Fabio Armiliato !

La nouvelle production d’Otello, chef d’œuvre de Verdi dont la dernière représentation à l’Opéra Royal de Wallonie remontait à 1996 a su attirer plus d’un regard sur elle. Parce qu’elle marque les débuts à Liège du ténor italien Fabio Armiliato mais lui offre en outre "la" prise de rôle redoutée par tout ténor, celle du Maure de Venise. Pour encore pimenter l’affiche du spectacle, le rôle de l’épouse d’Otello était ...
Rire ou ne pas rire ...

Macbeth à Lille : Rire ou ne pas rire …

Les anglais l’avait trouvé «délirant», d’une «imagination rafraîchissante» et n’avaient pas ri comme ça depuis vingt ans. Ce n’est pas de l’excellent Élixir d’amour de Donizetti, donné à Lille en janvier, qu’il s’agit. Mais de Macbeth de Verdi mis en scène par Richard Jones qui clôt la saison lyrique de l’opéra de Lille. La vedette de ce revival lillois n’est pourtant pas la mise en scène mais la musique. Une direction ...
Triste Verdi !

Les Vêpres Siciliennes à Genève : Triste Verdi !

Malgré la désertion d’une partie du public du parterre à l’entracte, il s’est trouvé encore suffisamment de mécontents à l’issue du spectacle pour «bouer» copieusement le metteur en scène et son équipe. Comme lors de La Donna del Lago de l’an dernier, cette production cultive une laideur des costumes et du décor qui n’a d’égale que l’indigence d’une véritable mise en scène. Malgré son choix dramaturgique, ce spectacle passe d’un ...
Un régal pour les oreilles !

La forza del destino à la Scala, un régal pour les oreilles !

Scéniquement, cette captation sur le vif d’une soirée scagilère de 1978 aura sans doute peu d’intérêt pour les amateurs de beau chant. Les décors et les toiles peintes de Renato Guttuso, intéressantes sur le plan pictural dans leur expressionisme un peu cru, s’intègrent assez mal dans le dispositif d’ensemble, même si les duretés de la réalité sociale qu’ils expriment conviennent assez bien aux contextes politiques et sociaux de cet opéra. ...
Semi-Nabucco

Semi-Nabucco au Cirque royal de Bruxelles

Unique rescapé d’un dytique sur l’Intolérance Verdi/Nono, mis à mal par le décès prématuré du metteur en scène allemand Christoph Schlingensief en charge du projet Nono, ce Nabucco en version de concert, se retrouve seul, esseulé, dans le gigantesque Cirque royal de Bruxelles, aussi délicat par son acoustique, que surchauffé par les des températures déjà estivales ! Dans ce contexte, il faut saluer la prestation de l’orchestre dirigé avec une rare compétence ...
Ermonela Jaho, bouleversante tragédienne

Ermonela Jaho, bouleversante tragédienne dans Luisa Miller

Dans son introduction à Luisa Miller, l’Opéra de Lyon annonçait que David Alden, un metteur en scène politiquement incorrect, allait nous rappeler que l’oppression des humbles par les puissants n’avait pas d’âge. Si l’opéra de Verdi, trop souvent oublié de nos scènes, raconte cela, la scène lyonnaise ne donne que rarement cette impression. Au lieu de s’attacher à montrer cet asservissement, David Alden ne réussit qu’à déranger le spectateur avec ...
Une bosse ne fait pas un Rigoletto

Une bosse ne fait pas un Rigoletto

Quand résonnent les premières notes de l’ouverture, le rideau se lève sur une profonde pénombre où on distingue péniblement quelques grandes portes argentées disposées le long d’une rue de longs escaliers. Brusquement, une femme visiblement effrayée déboule. Tapis dans l’ombre, deux hommes se lèvent et saisissent la jeune fille à bras le corps pour la violenter. Elle se dégage, poursuit sa fuite, pour tomber aux pieds d’un fauteuil de bois ...
Le duo Dessay-Naouri à l’Arsenal

Le duo Dessay-Naouri à l’Arsenal

Les occasions d’entendre ensemble le couple Dessay-Naouri ne sont pas aussi nombreuses que cela, et en France il faut sans doute remonter à l’Alcina du Palais-Garnier et à l’Orphée aux enfers de Lyon, tous deux montés en 1997, pour se remémorer les apparitions des deux époux sur scène. À l’étranger, on a pu voir ensemble les deux artistes, notamment dans le Pelléas et Mélisande monté à Vienne ainsi que, plus ...
Viva Verdi !

I Vespri Siciliani à Turin : Viva Verdi !

Il est des œuvres qui feront toujours vibrer la corde patriotique. I Vespri Siciliani de Giuseppe Verdi fait partie de celles qui touchent l’âme des Italiens. Quand l’Orchestre du Regio attaque un Fratelli d’Italia à la fois bouillant et émouvant avant l’ouverture de l’opéra, le public du théâtre se lève comme un seul homme pour chanter l’hymne national avec une ferveur toute latine. Certes, en pleine commémoration du 150e anniversaire ...
Tous dupés

Véronique Gens mène le jeu dans Falstaff à Nantes

Cette nouvelle production de Falstaff suscitait beaucoup d’attentes du fait de la présence de Véronique Gens, dans un répertoire qui n’est pas celui auquel on l’associe habituellement même si elle a déjà chanté le rôle à Baden-Baden, mais aussi du tandem de metteurs en scène auquel Angers Nantes Opéra doit quelques unes de ses plus évidentes réussites depuis 2004. Ces attentes n’ont pas été trahies et le public nantais a ...
Les mystères d’Aida

Les mystères d’Aida à Cologne

Il y a des mises en scène qui fascinent, d’autres qui agacent, d’autres encore qui ennuient. Et il y en a celles qui laissent perplexe. La nouvelle Aida de l’Opéra de Cologne fait partie de ces dernières. Dans les sombres décors de Kaspar Glarner, contrastés seulement par les costumes fantaisistes du couturier Christian Lacroix, Johannes Erath nous raconte une histoire en constante contradiction avec le texte chanté. Mais raconte-t-il vraiment ...
L’irrésistible enthousiasme

Thomas Hampson, l’irrésistible enthousiasme

Irrésistible enthousiasme, c’est le sentiment qui se dégage du récital offert par le baryton Thomas Hampson. Jacques Brel disait que « le talent c’est l’envie ». Ce récital en est la confirmation. Une irrésistible envie. Celle de chanter Verdi, Massenet ou Ambroise Thomas comme ce superbe musicien quand bien même nous ne sommes pas chanteurs. Même si parsemée de petits décalages, l’énergique Marche slave de Tchaïkovski sait trouver sa place et ...
La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

La Truite rebutée, il trouva du Verdi !

De la musique de chambre entre Autrichiens ! C’est l’assurance d’un concert réussi, quitte à ne pas sortir d’un académisme strict. L’affiche est elle-même à moitié autrichienne, mais c’est l’autre moitié qui va faire le charme du concert. L’Ensemble Wien, composé de Rainer Honeck, Raimund Lissy (violon), Peter Götzel (alto) et Joseph Niederhammer (contrebasse), ose du Verdi revu par Toscanini en première partie. Un Quatuor à cordes signé par un auteur d’opéras ...
Verdi et Muti à Chicago

Requiem de Verdi et Muti à Chicago

Il s’agit avec ce double CD de la troisième version du Requiem de Giuseppe Verdi confiée aux micros par Riccardo Muti. Après la première version EMI à la tête de l’orchestre Philharmonia, après celle enregistrée en 1987 avec les forces de La Scala, parue chez EMI également, le maestro italien confirme ici sa vision éminemment théâtrale d’une œuvre dont il semble désormais maîtriser la moindre nuance, le moindre chuchotement. L’orchestre ...
Le baryton George Petean, heureusement...

Le baryton George Petean, heureusement…

Un Ballo in Maschera Y a-t-il une cohérence à transposer le livret du Ballo in Maschera à notre époque ? Ou plutôt à celle des Etats-Unis des années soixante ? Probablement pas plus que de l’imaginer sur la planète Mars ! Le metteur en scène Philippe Sireuil affirme avoir été impressionné par l’assassinat du sénateur Robert Kennedy au point d’en faire l’accroche du Ballo in Maschera de Verdi monté à Lausanne en co-production avec l’Opéra Royal ...
Bilan contrasté

Bilan contrasté pour Simon Boccanegra à Strasbourg

Crée sans grand retentissement à la Fenice de Venise le 12 mars 1857, six ans après Rigoletto, quatre ans après Le Trouvère et La Traviata, Simon Boccanegra est une œuvre à laquelle Giuseppe Verdi tenait beaucoup. Il y appliquait en effet les principes de sa rénovation de l’opéra, visant un flux musical continu, abandonnant la découpe trop marquée en airs et ensembles, creusant la psychologie des caractères ; c’est probablement ce ...