Mot-clef : Golda Schultz

Parsifal à Munich, la perfection musicale

Parsifal à Munich, la perfection musicale

Il n'y a rien à tirer de la mise en scène de Pierre Audi, mais ce Parsifal est un événement musical de tout premier plan grâce à une distribution exceptionnelle. Il suffisait au fond de lire la présentation de ce spectacle lors de la parution du programme de l'Opéra de Munich il y a quinze mois pour savoir à quoi s'en tenir : un chef au sommet de son art, une ...
turandot_stemme_munich

Une Turandot sacrifiée à Munich

Turandot est rare sur les scènes françaises depuis une dizaine d'années. Il faut donc se rendre à Munich pour entendre la grande tenancière actuelle du rôle, Nina Stemme. Hélas, le choix de la version purement puccinienne, amputée du final d’Alfano, prive la soprano suédoise du triomphe auquel elle pouvait légitimement prétendre. Nous ne reviendrons pas sur la mise en scène de la Fura Dels Baus, déjà commentée ici, si ce n’est ...
http-_com-ft-imagepublish-prod-us-s3-amazonaws-com_81c8a8a4-9c43-11e6-8324-be63473ce146

A la Scala, des Noces de Figaro très rock’n’roll

Quand Mozart est donné comme on aime l’entendre, cela provoque des émotions profondes, que peu d’autres compositeurs parviennent à nous faire percevoir de la même manière. C’est le cas dans la toute nouvelle production des Noces de Figaro du Teatro alla Scala, dirigée par un parfait Franz Welser-Möst. Tout le pouvoir évocateur de la musique du compositeur est là, dans une nouvelle mise en scène plaisante, interprétée par un plateau ...
or du rhin munich15

L’Or du Rhin à Munich, version Petrenko

Kirill Petrenko fait de L'Or du Rhin un véritable événement théâtral. À 42 ans, Kirill Petrenko a déjà une longue expérience du Ring : en 2001, tout jeune directeur musical du modeste théâtre de Meiningen, il avait réussi à le faire jouer dans un théâtre très peu habitué à ce genre de grande entreprise. 14 ans plus tard, et après deux étés à Bayreuth, il était naturel qu'il prenne rapidement en ...
Il Trovatore Munich

Munich : audacieux et admirable Trouvère

En plus d’un Simon Boccanegra importé de Londres (dont nous parlerons prochainement), l’Opéra de Bavière fête le bicentenaire Verdi par de nouvelles productions de deux de ses opéras les plus difficiles à rendre crédibles scéniquement, toutes deux avec Jonas Kaufmann et Anja Harteros. En décembre, ce sera au tour de Martin Kušej, l’un des grands patrons du théâtre à Munich, de se confronter certainement sans concession à la Force du ...