Mot-clef : Gustav Mahler

L’épure viennoise

L’épure viennoise

Vienne Art nouveau Dans le cadre du cycle « Vienne, fin de siècle » à l’Auditorium du Musée d’Orsay, l’Ensemble Intercontemporain dirigé pour l’occasion par Ludovic Morlot – assistant depuis 2004 du Boston Symphony Orchestra et de James Levine – faisait revivre une des soirées viennoises de la société d’exécutions musicales privées fondée par Arnold Schoenberg en 1918 pour tenter de faire connaître un répertoire trop mal accueilli par le public autrichien dans ...
Leonard Bernstein dirige Gustav Mahler

Leonard Bernstein dirige Gustav Mahler

Est-il encore besoin de présenter ces enregistrements archi-célèbres qui ont constitué, au cours des années 80, des références impérissables en matière d’interprétation mahlérienne? Si ces disques ne sont plus à présenter, il est par contre évident qu’il faut les écouter, encore et encore, car ils n’ont rien perdu de leur impact. C’est une aubaine pour le discophile que Deutsche Grammophon ait eu la bonne idée de ressortir cette intégrale captée en ...
Entre naufrage et triomphe

Philippe Herreweghe dirige Mahler et Bruckner, entre naufrage et triomphe

« La musique de Mahler est une musique de chef ». Cette assertion méprisante a longtemps collé à la réputation de Gustav Mahler, justifiant la disgrâce posthume dans laquelle sa musique était tombée. L’assertion est bien entendu fausse, mais pas au point d’en faire une musique de non-chef. Or le cycle du Knaben Wunderhorn que nous avons eu l’occasion d’entendre fut d’un point de vue orchestral particulièrement affligeant, pâtissant de la direction ectoplasmique ...
A Lille, Mahler est chez lui

A Lille, Mahler est chez lui

Début de saison lilloise Pour le début de la saison d’abonnement de l’Orchestre national de Lille dans son port d’attache du Nouveau Siècle, Jean-Claude Casadesus a choisi un programme assez court, couplant Prélude et Mort d’Isolde de Wagner au Chant de la terre de Gustav Mahler. Ce programme a été donné également au Festival de Laon et à la Cité de la Musique à Paris. Le prélude de Tristan par Casadesus, austère, ...
Marc Albrecht soigne ses débuts

Marc Albrecht soigne ses débuts

Philharmonique de Strasbourg Choisir la « Résurrection » de Mahler pour inaugurer ses fonctions auprès d’un orchestre sans directeur musical depuis deux ans tient du symbole autant que de la déclaration de politique générale. Marc Albrecht sera le prochain « Kappelmeister » à Strasbourg. Attendu comme le Messie, le jeune chef aura sans aucun doute à cœur de redorer le blason d’un orchestre laissé à l’abandon depuis le départ sous les sifflets des musiciens de ...
KlaraFestival au Bozar

KlaraFestival au Bozar

Un peu trop beau pour être honnête Décidément, le KlaraFestival peine à remplir le Palais des Beaux Arts de Bruxelles, et on comptait de nombreux sièges vides ce soir dans les travées de la salle Henry Lebœuf. L’affiche était pourtant alléchante, avec un chef et un orchestre à la réputation bien établie, dans une symphonie à grand spectacle de Gustav Mahler, un compositeur qui a l’habitude de faire recette en Belgique. Ivan ...
Lang Lang et l’Orchestre de Paris

Lang Lang et l’Orchestre de Paris, une rentrée fracassante

Renouvelant une année encore son contrat avec le Théâtre Mogador, l’Orchestre de Paris sous la direction de son chef Christoph Eschenbach donnait en ouverture de sa saison 2005-2006 et pour deux soirées consécutives, un programme des plus ambitieux réunissant deux œuvres magistrales du répertoire, le deuxième Concerto pour piano de Rachmaninov et la cinquième Symphonie de Mahler. Jamais le compositeur viennois n’aura été aussi présent à l’affiche parisienne que ces ...
Le chant de la terre revisité et instrumenté par Schönberg

Le chant de la terre revisité et instrumenté par Schönberg

Ce soir, l’ensemble Oxalys (lire notre entretien avec Toot Fret) nous convie pour l’enregistrement « live » de son prochain disque compact, sur lequel nous retrouverons la version de Le chant de la terre de Mahler pour orchestre de chambre. Cette transcription est l’œuvre d’Arnold Schönberg, finalisée en 1983 par Riehn. Si on se réfère à une lettre adressée à Bruno Walter, cette composition date de 1908 et marque un tournant tragique ...
Oxalys enregistre Mahler

Oxalys enregistre Mahler

Das Lied von der Erde Créé en 1993 par des étudiants du Conservatoire de Bruxelles, l'ensemble Oxalys est rapidement devenu un ensemble de musique de chambre incontournable dans le paysage musical belge. Ensemble à géométrie variable, composé à l’origine d’un quintette à cordes, flûte, clarinette et harpe, Oxalys n’hésite pas à inviter d’autres musiciens pour réaliser des projets insolites. Oxalys est l’invité régulier du Festival de Flandre, de Wallonie et d’Ars ...
Mahler, L’épreuve du miroir : Bernard Haitink dirige l’ONF

Mahler, L’épreuve du miroir : Bernard Haitink dirige l’ONF

Depuis l’arrivée de Kurt Masur à la tête de l’Orchestre National de France, la phalange française peut s’enorgueillir d’accueillir quelques-uns uns des grands maestros actuels alors que les commentateurs saluent la hausse du niveau : la page de la triste période Charles Dutoit semble donc tournée. Ainsi, le néerlandais Bernard Haitink accepte désormais des invitations quasi-annuelles pour conduire l’orchestre dans l’un de ses chevaux de bataille. On se souvient d’une formidable ...
Une exécution sanguine

Une exécution sanguine par Mikko Franck

La tragique de Gustav Mahler Mikko Franck, le directeur musical et chef titulaire de l’Orchestre National de Belgique, est un chef assez déroutant. Très jeune - il a à peine trente ans - il a été invité par les phalanges les plus prestigieuses, Berliner Philharmoniker, Chicago Symphony Orchestra, Orchestre de Chambre d’Europe, Gewandhaus de Leipzig... et d’autres encore, mais il semble parfois étonnamment routinier et peu impliqué lorsqu’il doit diriger l’ONB, ...
L’Ineffable ici devient acte

Huitième de Mahler par Chung, l’Ineffable ici devient acte

Festival de Saint-Denis L’affaire s’annonçait risquée : quand on programme une intégrale Mahler, il faut bien « caser » quelque part la symphonie n°8, appartenant au genre « mastodonte symphonique » avec son orchestre pléthorique (auquel se rajoute un piano, un célesta, une mandoline et un orgue), son chœur d’enfants, son double chœur mixte et ses huit solistes. Mais où le faire à Paris? Aucune salle ne peut engloutir un tel effectif. Il y a quelques saisons ...
Tristes Pâques

Tristes Pâques

Orchestre National du Capitole Troisième concert de Joseph Swensen à Toulouse cette année et, très honnêtement, troisième déception. Après, notamment, une symphonie n°7 de Beethoven bien mollassonne aux tempos routiniers, cette « Résurrection » de Mahler montrait le chef dans un répertoire sans doute plus flatteur, mais n’aboutissait qu’à une demi-réussite. En effet, Swensen peinait à trouver l’atmosphère des deux premiers mouvements, étirés et exsangues, et si l’Urlicht bénéficiait de la belle voix ...
Battling Jaap

Battling Jaap

Jaap van Zweden Jaap van Zweden n’est pas précisément la séduction incarnée. Il n’est pas de ces chefs stars dont les moulinets de baguette aériens ou les poses étudiées cherchent et provoquent l’enthousiasme d’un public conquis par tant de maîtrise chorégraphique. Non. Allure de boxeur entrant sur le ring, il fonce droit dans la musique, tête baissée, mâchoires serrées ; sa gestique autoritaire évoque quelque télégraphe Chappe désarticulé balancé au gré d’une ...
In Paradisum

In Paradisum

On attendait Natalie Dessay. Et puis, assez tôt, toutefois, on sut qu’elle ne viendrait pas, suite à une nouvelle intervention sur ses cordes vocales. Qu’à cela ne tienne! Le Philharmonique de Radio France et son directeur musical Myung-Whun Chung constituent une affiche suffisamment « porteuse » et prometteuse pour faire le plein de l’Auditorium … Exit ainsi la Lulu- Suite d’Alban Berg, initialement programmée et remplacée par…la symphonie 29 de Mozart. Quant à ...
Gustav Mahler L’élan vers l’infini

Gustav Mahler et Myung-Whun Chung, l’élan vers l’infini

Pour le troisième concert de l’intégrale des symphonies de Mahler entreprise au début de la saison par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la baguette de son chef Myung Whun Chung, le Théâtre des Champs-Élysées donnait à guichet fermé ce vendredi la troisième symphonie en ré mineur, la plus longue de toutes que le compositeur termine le 6 août 1896 après deux étés d’un travail exalté dans son « Haüschen », une cabane ...
Mahler/Chailly : Brumes persistantes sur la IXe Symphonie

Mahler/Chailly : Brumes persistantes sur la IXe Symphonie

Portée aux nues par Alban Berg, visionnaire et expérimentale voire plus audacieuse que bien des œuvres des « modernistes »— Webern, Schönberg et Berg — avec l’Andante comodo initial, la Symphonie n°9 de Gustav Mahler est une montagne musicale qui repousse les frontières connues de la forme, dans l’esprit et l’intuition des mondes perceptibles par nos sens familiers. Des ivresses tendres du début aux spasmes les plus convulsifs, tout œuvre ici vers ...
Argerich embrasse Beethoven

Argerich embrasse Beethoven

La sortie d'un nouvel enregistrement de Martha Argerich constitue toujours un petit événement dans le cercle des mélomanes. Incroyable phénomène, aussi imprévisible que généreuse, la Lionne est devenue depuis ses débuts aux Concours de Bolzano et Genève à la fin des années 1950, une véritable légende. L'une des très rares artistes « classiques » vivantes à avoir de si fervents admirateurs à travers le monde. Une diva du piano… Ses enregistrements mythiques ...
Magique « Résurrection » de Mahler par Abbado

Magique « Résurrection » de Mahler par Abbado

Cette chronique pourrait ressembler à une recette de cuisine tant la qualité, la simplicité ressortent de ce concert : pour faire un bon concert, prenez un festival de renommée international que vous associez à un des plus grands chefs, Claudio Abbado, saupoudrez le tout d’un orchestre que certain jugerait comme idéal, vous obtiendrez une soirée mémorable. Il n’est plus besoin de revenir sur la qualité de l’orchestre du Festival de Lucerne, mais ...
Herreweghe et « le Ménestrel de Dieu »

Herreweghe et « le Ménestrel de Dieu »

Festival de Besançon Deux surprises attendent le public de ce concert d’ouverture, édition 2004 : tout d’abord, par voie d’affichettes et d’annonce, le remplacement, au pied levé, de Dietrich Henschel, souffrant, par le baryton-basse Michael Volle et un clin d’œil-hommage à Marius Constant, disparu au printemps dernier et fidèle « abonné » au festival de Besançon, dès sa création. Ce qui fait que c’est par l’une de ses compositions, le bref et célèbre thème ...
Mythes et Légendes

Fin de saison de l’ONF avec Matthias Goerne et Bernard Haitink

L’ultime concert de la saison 2003/2004 de l’orchestre National de France — retransmis en direct sur France-Musiques — s’est déroulé bien évidemment dans un théâtre des Champs-Élysées plein à craquer. Comment pourrait-il en être autrement avec en soliste un des grands spécialistes du lied et à la direction un monstre sacré du milieu musical ? Matthias Goerne avait déjà conquis le public parisien il y a un an dans ce même lieu ...
Basilique et Légion d’honneur II

Basilique et Légion d’honneur II

Festival de Saint Denis Evènement ce samedi 5 juin au Festival de SaintDenis : le grand chef russe Valery Gergiev, célèbre patron du Kirov de Saint-Pétersbourg, est venu avec l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, dont il est le directeur musical depuis 1995 pour une 9ème Symphonie de Mahler très attendue et qui n’aura pas déçu. On se souvient de sa présence en 1996 et 1997 au Festival de Saint-Denis avec son Orchestre du Kirov ...
La Belle au bois dormant et le Titan

La Belle au bois dormant et le Titan

Orchestre National d’Ile de France Intitulé « Sur les hauteurs de Vienne », ce concert de l’Orchestre National d’Ile de France proposait deux moments forts de la production musicale élaborée à Vienne à quelques décades d’intervalle. Oswald Sallaberger, jeune chef autrichien né en 1966 a mené avec maestria la phalange qui lui a été confiée d’un bout à l’autre de ce concert très applaudi. Formé notamment auprès de Michael Gielen et de Pierre ...
Un bonheur musical total

Un bonheur musical total

Myung-Whun Chung Les concerts de Radio-France sont une grande leçon permanente de musique pour le plus grand nombre. Ce fut un concert de toute beauté tant par la qualité des solistes que par celle de cet orchestre généreux et talentueux magnifiquement dirigé par Myung-Whun Chung. Un bonheur musical total aussi par le choix des œuvres présentées. D’abord la brillante et complexe mais très élégante Symphonie n°28 en ut majeur en quatre ...
Nikolaï Lugansky pianote sans fin

Zemlinsky et Beethoven, la Sirène et l’Empereur …

Ce concert au programme alléchant, qui réunissait le très célèbre Concerto n°5 de Beethoven dit « L’Empereur », inscrit au répertoire des pianistes et orchestres les plus renommés, et une oeuvre de Zemlinsky, « La petite Sirène » une fantaisie orchestrale inspirée du conte d’Andersen, que l’on a rarement l’occasion d’entendre, promettait une soirée mémorable. L’un de ses autres atouts était la présence d’Armin Jordan au pupitre et — last but not least ...
michaela_kaune-250x6631

Eschenbach et Michaela Kaune grimpent au ciel

La Quatrième Symphonie de Gustav Mahler (1860-1911) était pour le compositeur un « tableau primitif sur fond d’or », qui tranchait avec l’ambition philosophique et les dimensions de ses deux immenses symphonies précédentes. Il confiait avoir essayé de peindre dans toute l’œuvre le « bleu uniforme du ciel ». Un quart de siècle plus tard, en 1925, Karol Szymanowski (1882-1937) poursuivait ce même idéal de simplicité, renonçant à la sensualité raffinée de sa période ...
La quête du sublime

Christoph Eschenbach et Mahler, La quête du sublime

Pour son premier concert de l’année 2004, l’Orchestre de Paris, sous la direction de son chef permanent Christoph Eschenbach, donnait les 7 et 8 Janvier la troisième symphonie en ré mineur de Gustav Mahler, monument du répertoire orchestral que le chef d’orchestre aborde avec une aisance de grand seigneur. Il dirige par cœur sur une durée de près de deux heures en laissant à peine le temps au public de ...
À quelque chose…Mahler est bon !

À quelque chose…Mahler est bon !

Michael Gielen et le Südwestrundfunk C’est en effet « quelque chose » et même plus, que le Südwestrundfunk Sinfonie Orchester de Baden-Baden / Freiburg a offert ce 11 décembre 2003, à l’Auditorium de Dijon : un concert que l’auditoire n’oubliera pas de sitôt. Ce remarquable ensemble — notoirement voué à la musique contemporaine — ne méprise pas pour autant la tradition classique : Haydn, Mozart, Beethoven. Il s’est efforcé, bien avant la tendance « réhabilitation » ou ...
Vengerov, mozartien inspiré

Vengerov, mozartien inspiré

Il planait sur ce concert comme une malédiction : le chef initialement prévu, Philippe Jordan — annoncé partout comme l’un des possibles successeurs de Michel Plasson — étant souffrant, devait être remplacé par Jaap van Zweden… lui même indisposé. C’est donc Ion Marin qui fut appelé au dernier moment. Quelques aléas aussi pour le programme, qui prévoyait originellement le Concerto pour violon de Beethoven et la Quatrième symphonie de Mahler. Mais qu’importe ...
Un grand Paavo dans la mare du Romantisme

Un grand Paavo dans la mare du Romantisme

Oubliés la chaleur lourde d’un été en pleine maturation ainsi que les tracas d’une société socialement éprouvée, c’est une soirée placée sous le signe du recueillement que le théâtre des Champs-Elysées nous offrait le jeudi 12 juin dernier. Presque une célébration tant le programme était imposant et rempli d’espoir, tant les serviteurs de ce dernier faisait rayonner la reconnaissance de leur talent sur l’imaginaire d’un public d’emblée conquis et enthousiaste. Paavo ...