Mot-clef : Jacques Mercier

Un orchestre national change de nom

Les régions françaises en métropole sont passées de 22 à 13 depuis le 1er janvier 2016 dans le cadre de la réforme territoriale. Dans ce contexte, la Lorraine fait partie de la région Grand Est. En conséquence l’Orchestre national de Lorraine change de nom pour devenir l’Orchestre national de Metz. Ce changement coïncide avec le départ de son directeur musical Jacques Mercier, en poste depuis 2002, et l’arrivée de David ...
????????????????????????????????????

Le retour de Samson et Dalila à Metz

Mise en scène classique, distribution homogène, mais sans étoiles, pour le chef d’œuvre dramatique de Saint-Saëns. Cela faisait bien longtemps que Samson et Dalila de Saint-Saëns n’avait pas été donné à Metz, et l’on ne peut que se réjouir de réentendre cette merveilleuse partition, qui va comme un gant à Jacques Mercier et à l’Orchestre national de Lorraine, rompus aux grandes pages symphoniques de la musique française du XIXe siècle. ...
visuel-laloum-adam-amitie-rivalite-cop-carole-bellaiche

La poésie du second concerto de Brahms par Adam Laloum à Metz

Un soliste exceptionnel, mais un orchestre qui ne se révèle qu'après l'entracte. Directeur musical de l'Orchestre national de Lorraine depuis 2002, Jacques Mercier s'apprête à quitter son poste à la fin de cette saison. Le répertoire français aura joué un rôle particulièrement fort pendant ces seize années, mais le programme de ce soir montre que son horizon dépasse les frontières hexagonales. La première partie du concert, cependant, vaut d'abord pour son ...
contes metz

Les Contes d’Hoffmann à Metz, entre sobriété et démesure

Inspirée de l’esthétique de Tim Burton, la mise en scène de Paul-Émile Fourny convient parfaitement au chef d’œuvre d’Offenbach. Plateau inégal en revanche pour un opéra toujours difficile à distribuer. Paul-Émile Fourny n’a jamais caché sa fascination pour l’univers de Tim Burton, et sa nouvelle mise en scène des Contes d’Hoffmann s’en ressent fortement. Davantage que pour de précédents ouvrages, l’atmosphère fantastique du chef d’œuvre d’Offenbach épouse à merveille, notamment pour ...
Le Mandarin Merveilleux et le Château de Barbe-Bleue en diptyque

Le Mandarin Merveilleux et le Château de Barbe-Bleue en diptyque

Donnés dans un décor unique, les deux chefs d’œuvre de Bartók gagnent en unité thématique et en cohérence dramatique. La sublime orchestration du compositeur hongrois en ressort triomphante. Excellente idée que de coupler le ballet de Béla Bartók Le Mandarin merveilleux avec l’unique opéra du compositeur, Le Château de Barbe-Bleue. Même si les deux œuvres diffèrent radicalement en termes de genre et d’esprit, leurs contenus thématiques ne sont pas aussi dissemblables ...
Cavalleria  3 © A. Hussenot  - Metz Métropole

À Metz, Cavalleria rusticana et Pagliacci dans un décor unique

Même s’ils ne ressortissent pas tout à fait de la même esthétique, les deux chefs d’œuvre de l’opéra vériste affichent des parallèles thématiques et structurels qu’il est intéressant de mettre en exergue. Pari gagné pour Jacques Mercier, Paul-Émile Fourny et l’ensemble des équipes messines. Plantés dans un décor unique, qui rappelle les dunes de sel siciliennes du long de la Méditerranée, les deux ouvrages de la fin de l’Ottocento traitent des ...
Roméo et Juliette 4 - Metz © Arnaud Hussenot - Metz Métropole

Metz, Roméo et Juliette s’invitent chez Tim Burton

Une distribution moyenne et une mise en scène inspirée du cinéma sont-elles suffisantes pour renouveler notre approche du chef d’œuvre de Gounod ? Jacques Mercier et l’Orchestre national de Lorraine, en tout cas, illuminent une partition aux mille beautés. Située dans un décor marqué par la quasi omniprésence d’un grand escalier en colimaçon traversant le plafond, symbole de la liberté à laquelle aspire une Juliette opprimée par le poids des injonctions ...
81x5ZIfyjKL__SL1500_

Deux premières au répertoire de Jacques Ibert par Jacques Mercier

Ibert, deux Premières, Mercier : la formule associative sous-entend intérêt patrimonial, curiosité intéressée et qualité reconnue. Additionnées entre eux, les trois éléments génèrent bien plus : immense musicien, évidence artistique, identification interprétative totale. Le chevalier errant (Don Quichotte) est le second ballet composé par Ibert après Diane de Poitiers, entre 1935 et 1936. A l'origine œuvre d'importance comprenant danse, chant choral et déclamation, Ibert en tire une suite de concert que nous entendons ici, ...
aubier beffa indesens

La trompette virtuose d’Eric Aubier

Les Anciens et les Modernes! C'est ainsi que l'on pourrait présenter les quatre compositeurs (et même si le plus Ancien des quatre se trouve être le plus jeune, chronologiquement parlant!) auxquels est ici associée la trompette virtuose d'Eric Aubier. Interprète aux multiples facettes, le trompettiste donne ici toute la mesure de son art au service de partitions les plus contrastées. Les vétérans de cet album – mais néanmoins « Modernes », Carlos Grätzer ...
metz

Metz : Le double bill de Carmen et La Vida breve

On saluera tout d’abord l’idée de réunir, dans un décor unique et une même scénographie, deux partitions que tout semblerait opposer de prime abord mais qui, finalement, touchent toutes deux au plus profond de l’univers ibérique. Les deux Suites de Carmen d’Ernest Guiraud, dans le dépouillement que leur confère le condensé de la version orchestrale, concentrent ainsi toute la composante tragique du chef-d’œuvre de Bizet et font fi des éléments d’espagnolade ...
LAKME 06 © Philippe Gisselbrecht - Metz Métropole

Metz : Lakmé sans daturas

C’est sous le signe du dépoussiérage que semble avoir été placée la production de Lakmé récemment donnée à l’Opéra-théâtre de Metz. Débarrassé du kitsch et de la pacotille orientale qui entachent si souvent les mises en scène du chef d’œuvre de Delibes, ce spectacle coproduit avec le Theater Bonn ramasse l’action sur elle-même pour mieux se concentrer sur la vérité des personnages et sur la sincérité de leurs sentiments. Le contexte ...
olivier charlier© DR

Festival de Besançon : Olivier Charlier et l’Orchestre national de Lorraine

Nemanja Radulovic, surmené durant l'été, n'a pu être présent ce soir au Théâtre pour jouer le concerto de Berg. Nous ne saurons donc jamais si Olivier Charlier aura été son digne remplaçant. Mais il y a fort à parier que le fougueux violoniste serbe, consigné à résidence par ses médecins, aurait apporté un supplément énergétique à cette partition. Ce serait toutefois faire un mauvais procès à Charlier, dont la sagesse ...
Evgeny Liberman (Ibn-Akia), Gelena Gaskarova (Iolanta), Georgy Vasiliev (Vaudémont), Mischa Schelomianski (René)

Nancy : Iolanta revient à ses origines lorraines

On l’ignore le plus souvent mais l’héroïne éponyme du dernier opéra de Tchaïkovski est née et morte à Nancy. En effet, c’est bien cette Yolande d’Anjou, fille de René Ier, duc d’Anjou, de Bar et de Lorraine, roi de Provence et de Naples, et de son épouse Isabelle, duchesse de Lorraine, qui inspira au poète danois Henrik Hertz sa pièce La Fille du Roi René, dont est tiré le livret ...
Sophie Koch_cop_Patrick_Nin vign

Metz : Sophie Koch, wagnérienne d’élection

Les quinze premières années de sa carrière furent surtout consacrées à Mozart (Chérubin, Dorabella…), Rossini (Rosina, Cenerentola…) et aux rôles dits mozartiens de Richard Strauss : Octavian du Rosenkavalier, le compositeur d’Ariadne auf Naxos… Pendant toute cette période, notre grande mezzo nationale a su domestiquer et plier sa voix à des emplois nécessitant avant tout la souplesse de la ligne et des phrasés, voire la virtuosité de la vocalise. Cette ...
LA FLUTE ENCHANTEE 2 - Metz

Metz enchantée par la Flûte de Daniel Mesguich

C’est sous le signe de la dualité que Daniel Mesguich conçoit sa mise en scène du chef d’œuvre de Mozart. Dès la première scène, le double négatif de Tamino combat ses basses pulsions, symbolisées par le fameux dragon qui lui-même est incarné par le double des trois dames de la nuit. C’est jusqu’à la pure Pamina qui est accompagnée de son double maléfique, vision malsaine et presque dérangeante que parachève ...
Faust 1

Faust à Metz, le Maître et Marguerite

Coproduite avec les Opéras d’Avignon, de Saint-Étienne et de Nice, donnée à Toulon en décembre 2011, cette mise en scène de Paul-Emile Fourny a fini par faire son entrée à l’Opéra-Théâtre de Metz. Si l’on goûte au premier chef l’opportunité d’entendre enfin le chef d’œuvre de Gounod donné sans la moindre coupure (scène de la chambre dans son intégralité, ballet du dernier acte), on apprécie également l’intelligence, l’habileté et la ...
June Anderson_cop_DR

Héroïnes belcantistes avec June Anderson

Ses dernières prises de rôle (Eugène Onéguine, Capriccio, Daphné, The Bassarids de Henze, Les Dialogues de carmélites, Salomé, bientôt Manon et Le Chevalier à la rose) n’ont pas empêché June Anderson de rester fidèle au répertoire qui l’a révélée au monde lyrique il y a plus d’une trentaine d’années, le bel canto italien. Dans ce domaine, sa maîtrise vocale, son intelligence stylistique et sa palette expressive restent sans égale, et ...
timpani_schmitt_mercier

Florent Schmitt somptueux par Jacques Mercier

Nous avons reçu ce CD avec quelque retard, mais il est d’une importance telle qu’il ne peut être passé sous silence. La redécouverte et l’approfondissement de l’œuvre de Florent Schmitt (1870-1958) sont en effet réconfortantes : il fut un temps où l’on ne connaissait de sa riche production que les seuls Psaume XLVII op. 38 (1904) et La Tragédie de Salomé op. 50 (1907), certainement des chefs-d’œuvre incontestés, mais ne témoignant ...
metz_franceszcadarimini

Metz : Françoise de Rimini, dernier opéra d’Ambroise Thomas

La troisième biennale consacrée à Ambroise Thomas aura donné au public messin l’occasion de découvrir Françoise de Rimini, ouvrage qui était resté absent des scènes lyriques depuis sa création malheureuse à l’Opéra de Paris en avril 1882. Personne ne tentera sans doute de soutenir que cet ouvrage est un chef d’œuvre injustement tombé dans l’oubli, même si la partition ne manque pas de nombreuses pages d’une indéniable beauté. Comme de ...
La redécouverte de Théodore Gouvy

La redécouverte de Théodore Gouvy

Fortunato Initiée au début des années 1990, la découverte de l’œuvre du compositeur sarrois Théodore Gouvy a commencé par sa musique de chambre, puis par ses oratorios et ses symphonies. Ce n’est qu’à partir de 2011 que les villes de Metz et de Sarrebruck ont commencé à s’intéresser à l’œuvre lyrique du musicien en programmant la même année ses deux uniques opéras, respectivement Fortunato, adapté par le compositeur à partir de ...
Le duo Dessay-Naouri à l’Arsenal

Le duo Dessay-Naouri à l’Arsenal

Les occasions d’entendre ensemble le couple Dessay-Naouri ne sont pas aussi nombreuses que cela, et en France il faut sans doute remonter à l’Alcina du Palais-Garnier et à l’Orphée aux enfers de Lyon, tous deux montés en 1997, pour se remémorer les apparitions des deux époux sur scène. À l’étranger, on a pu voir ensemble les deux artistes, notamment dans le Pelléas et Mélisande monté à Vienne ainsi que, plus ...
Le retour d’Alfred Bruneau

Le retour d’Alfred Bruneau

L’Attaque du moulin Créé à l’Opéra-Comique en novembre 1893, L’Attaque du moulin est, après Le Rêve (1891), le deuxième opéra d’Alfred Bruneau à avoir été inspiré d’une œuvre d’Émile Zola. De la collaboration entre les deux hommes devaient naître également les opéras Messidor (1897), L’Ouragan (1901) et L’Enfant-roi (1905), ainsi que la pièce lyrique Lazare, autant d’ouvrages spécifiquement rédigés par Zola à l’intention du compositeur. Quoique la musique de L’Attaque du ...
Avalanche de musique française !

Avalanche de musique française !

Sous le titre générique Un siècle en France, Sony nous propose une série de coffrets «monographiques», dédiée à quelques uns des grands compositeurs français de la fin du XIXe et du XXe siècles (Camille Saint-Saëns, Maurice Ravel, Olivier Messiaen ou Henri Dutilleux) ainsi qu’un coffret «patchwork» intitulé Escales symphoniques. Ces compilations (en majorité des rééditions RCA) nous donnent à entendre des orchestres de prestige ainsi que des chefs et des ...
Le Caïd, et la face cachée d’Ambroise Thomas

Le Caïd, et la face cachée d’Ambroise Thomas

Pour la première biennale « Ambroise Thomas », le choix de l’Opéra-Théâtre de Metz s’est porté sur un ouvrage de jeunesse, l’opéra-bouffon Le Caïd créé à l’Opéra-Comique en 1849. Premier grand triomphe du compositeur français, qui n’avait jusqu’alors connu que quelques succès d’estime, l’ouvrage devait atteindre un total de 400 représentations au tout début du XXe siècle. C’est donc un juste retour des choses que de permettre au public français ...
jacques_mercier_metz

Roi David originel

Classique au vert 2007 Lors du cinquantenaire de la mort d’Honegger, à peu près tout et surtout n’importe quoi a été dit sur ses oratorios, considérés comme « dépassés », « vieillots » ou « démodés ». 2005 n’a guère vu que la reprise de Jeanne d’Arc au bûcher. Le Roi David, premier succès du compositeur, n’a pas eu cette chance. Le texte boursouflé de René Morax dessert l’œuvre, elle-même très composite, faite de chœurs ou ...
Le Siège de Léningrad

Le Siège de Léningrad

Orchestre National de Lorraine et Jacques Mercier Dans une Leonore III toute de lustre et d’éclat, l’Orchestre National de Lorraine démontre une nouvelle fois ses progrès et l’on comprend parfaitement que son obtention du label « national » est parfaitement méritée. Après cet intense – mais court – moment musical, l’ONL attaque la « Leningrad » de Chostakovitch, écrite lors de l’entrée de l’armée nazie dans l’URSS. Le premier mouvement, particulièrement angoissant, offre à entendre ...
Une Messe bien accordée

Une Messe bien accordée

Messe en ut La cathédrale de Metz, magnifique à visiter, n’est visiblement pas adaptée à ce genre de concert, la réverbération y étant beaucoup trop importante. Malgré cela l’ONL sonne toujours admirablement bien, comme à chaque fois qu’il est dirigé par Jacques Mercier, mais l’acoustique des lieux fait que seuls les aigus émergent véritablement de la masse sonore. Des cordes graves (violoncelles et contrebasses), on n’entend pas grand-chose d’autre qu’un grondement ...
On en vendrait son âme au diable

On en vendrait son âme au diable

La Damnation de Faust Le programme indique « Concert prestige », ce qui d’emblée, une fois franchies les portes de cette magnifique salle qu’est l’Arsenal, laisse le spectateur en droit de s’attendre à une soirée exceptionnelle. Et ce soir-là, personne ne sera floué ni déçu. Dès les premiers accords de l’introduction, on se laisse happer par l’étrange beauté de cette musique, elle-même magnifiée par l’extraordinaire acoustique de la salle, acoustique parfaite qui laisse ...
Karlheinz Stockhausen Eternelle avant-garde ?

Karlheinz Stockhausen Eternelle avant-garde ?

Dans le cadre de l’édition consacrée au compositeur et chef d’orchestre hongrois Peter Eötvös, le label BMC édite des concerts radiophoniques de deux pièces phares d’une des icônes de l’avant-garde post seconde guerre mondiale. Force est de constater qu’en dehors des festivals de musique contemporaine, l’œuvre de Stockhausen peine à s’imposer. Alors que des pièces de Boulez ou de Berio se popularisent quelque peu et se mettent à l’affiche des ...

Tornades (dé)concertantes

Klaus Weise / Michel Béroff Programme a priori alléchant, mais qui aura finalement rebuté plus d’un spectateur considérant le peu de remplissage du Théâtre Mogador en première partie et le nombre de départs à l’entracte. Pourtant, on ne peut plus dire que ces œuvres de Serge Prokofiev et Béla Bartók n’appartiennent pas au « grand répertoire », et depuis longtemps. Le Concerto en ré pour cordes d’Igor Stravinsky qui ouvrait le concert ...