Mot-clef : Jacques Offenbach

Hoffmann©FCarnuccini4

Les Contes d’Hoffmann à Rouen : une véritable déception

Est-il crédible, de nos jours, de proposer sur scène la version Choudens de 1907 des Contes d’Hoffmann ? Est-il possible de se réclamer de celle-ci, en remplaçant de plus les récitatifs chantés par des textes parlés, et en y rajoutant bizarrement l’air de Nicklausse  « vois sous l’archet frémissant » ? L’œuvre ultime d’Offenbach a supporté bien d’autres tripatouillages, et on n’est plus à cela près. Tout au plus regrette-t-on la suppression de beaucoup de ...
espagnols

L’Ensemble Justiniana emmène les Brigands sur les sommets

Depuis l'an 2000, chaque été, l'Ensemble Justiniana fait prendre l'air au petit monde de l'Opéra enfermé toute l'année entre Cour et Jardin. Baptisée Opéra-promenade, la manifestation fait effectivement éclater les dimensions des habituels cadres de scène. Les villages les plus reculés, les lieux les plus improbables de Franche-comté sont ses décors. Chaque spectacle est un « objet unique.» Les solistes professionnels y côtoient des choeurs amateurs. « Ces derniers bénéficient de la ...
Juan Diego Florez L'amour Decca

Flórez à la croisée des chemins

Le dernier récital de Juan Diego Flórez datant de 2010, la parution de ce CD permettra à certains de faire l’état des lieux sur l’évolution vocale et artistique d’un des chanteurs les plus doués de notre époque. Depuis cette date, plusieurs prises de rôle importantes ont en effet marqué l’univers de ce rossinien accompli – Guillaume Tell à Pesaro en 2013, mais aussi Nadir des Pêcheurs de perles à Las ...
offenbach-nancy

Grâce à Offenbach, le sinistre Barbe-Bleue fait rire Nancy

C’est un joli cadeau que l’Opéra national de Lorraine fait à ses spectateurs en coproduisant avec Maastricht, Angers-Nantes Opéra et Rennes le rare Barbe-Bleue de Jacques Offenbach. L’œuvre le mérite pourtant, qui date de la pleine maturité du compositeur, entre La Belle Hélène et La Vie parisienne, et offre toutes les composantes qui ont fait le succès du «Petit Mozart des Champs-Elysées», texte des attitrés Meilhac et Halévy inclus. Bien évidemment, ...
la chatte offenbach

Une déambulation féline métamorphose l’œuvre d’Offenbach

Après Patience de Sullivan et Gilbert en 2011, Cendrillon de Pauline Viardot en 2010, L’Amour masqué d’André Messager en 2009, ou encore le spectacle « Cabaret du Chat Noir » en 2008, Le musée d’Orsay poursuit ses représentations de pièces « légères » avec La Chatte métamorphosée en femme, aujourd’hui très rare sur les scènes. L’histoire est celle d’un jeune homme, Guido, amoureux de sa chatte, qui voit son animal transformé en une jeune femme ...
L'ACADEMIE DE L'OPERA COMIQUE 2013-2014

Les poètes au piano, par membres de l’Académie de l’Opéra Comique

Pour la deuxième année de son Académie, l’Opéra-Comique présente une série de cinq récitals intitulés « Les poètes au piano ». Chaque concert est dédié à un poète français : Jean de La Fontaine, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Théophile Gautier et Paul Verlaine. Les compositeurs représentés sont majoritairement français, et il n’y a plus de normale quant à la vocation de cette Académie : former les jeunes chanteurs spécifiquement à l’art lyrique français. Tout en ...
La Grande Duchesse

Les Brigands revisitent la Grande Duchesse

Chaque année, Les Brigands reviennent au Théâtre de l’Athénée avec des chefs-d’œuvre du répertoire « léger ». Cette saison les Brigands revisitent la Grande Duchesse, après avoir donné ce spectacle à Besançon en novembre, et cette revisite, disons cette énième audience, auprès de son Altesse, est loin d’être officielle et guindée ! La musique, merveilleusement réduite pour neuf chanteurs et neuf musiciens d’orchestre (installés sur la scène, ils se déplacent au besoin de la mise-en-scène) ...
la grande-duchesse

Les Brigands, La Grande Duchesse et Offenbach à Besançon

Peu importe au fond que cette représentation n'ait été qu'une adaptation de l'original. Pour qui ne la connaît pas, que cette Grande Duchesse ait perdu au titre son Gerolstein n'entame en rien le plaisir de se confronter à l'opéra-bouffe d'Offenbach, et encore moins de retrouver la compagnie Les Brigands, connus de la scène nationale bisontine. L'adaptation concernait les coupures dans la musique et le texte ainsi que la réduction musicale pour neuf ...
3 Offenbach Carlos Kleiber (2)

Offenbach par Kleiber, la fausse bonne idée

Quelle déception ! Les enregistrements de Carlos Kleiber, même jeune, sont assez rares pour que l’on soit tenté de s’y précipiter dès que l’on voit paraître son nom. Et en plus dans Offenbach, la chose semblait assez insolite pour attiser notre curiosité et imaginer tomber sur un incunable. Las, celle-ci fut bien mal récompensée ! Il est toujours intéressant d’entendre un futur grand chef à ses débuts, mais encore faut-il que le son ...
The Tales of Hoffmann Natalie Dessay (Antonia) and Christian Van Horn (Coppelius). ©Cory Weaver/San Francisco Opera.

San Francisco’s Tales of Hoffman is Right on Target with Natalie Dessay

Let’s be clear right from the start: the joint effort of Barcelona, San Francisco and Lyon, vocally powerful in this production, is right on target. Because quite simply, precise, explicit, slimmed-down, fast-paced--in a word, successful--it unquestionably achieves its goal. No use rehashing the libretto’s history or the structure of these Tales. That would be opening too large a can of worms. Happily, our colleague Catherine Scholler has deciphered the puzzle ...
SF13-Hoffmann

Les Contes d’Hoffmann à San Francisco font diablement mouche avec Natalie Dessay

Disons-le d'emblée, tout net, cette collaboration entre Barcelone, San Francisco et Lyon, vocalement percutante ici, fait diablement mouche ! Car, tout simplement, précise, explicite, dégraissée, enlevée, bref aboutie, elle sait aller droit au but. Inutile de ressasser l'historique du livret, les structures de ces Contes. Une poule n'y retrouverait pas ses petits. Fort heureusement, notre collègue Catherine Scholler, elle, les y aura retrouvés pour nous (cf : Les Contes d' ...
Princesse - Zanetta photo Cyrille Cauvet  /Opéra Théâtre de Saint-Etienne

Saint-Étienne : la princesse de Trébizonde, poupée aux yeux d’émail

La documentation est rarissime concernant la Princesse de Trébizonde, qui fut pourtant un grand succès à son époque, et on ne trouve aucune entrée de ce nom, y compris dans le Kaminski, la bible du lyricomane. Seul le Clément et Larousse de 1905 mentionne « des couplets par trop grivois et dont les équivoques sont trop grossières (…) une musique (qui) dépasse partout la vulgarité (…)qui n’a pour elle que ...
La Vie Parisinne, crédit photo  : Opéra de Québec

Québec : La Vie parisienne, feu partout

La Vie parisienne de Jacques Offenbach est une oeuvre à part dans l'immense production du compositeur. C'est l'opéra-bouffe qu'on ne pourrait réduire à une simple farce. Certes, on fait feu de tout bois pour éblouir et décontracter les plus blasés des spectateurs. Mais l'opéra recèle des trésors d'imagination théâtrale et n'est pas avare d'émotions sensorielles pour satisfaire les plus exigeants des mélomanes. On peut s'amuser, rire et être ému. ...
© Guillaume Bonnaud

Rail de coke sur Orphée à Bordeaux

Comment mettre en scène Orphée aux enfers d'Offenbach ? Comment éviter de transformer le Galop infernal en revue du Lido ? Laura Scozzi en a peut-être une réponse avec cette transposition dans notre monde actuel en bousculant les idées reçues, parfois au grand dam de la bourgeoisie locale. Et c'est tant mieux. Eurydice ? Une coiffeuse écervelée, obsédée par le sexe - elle collectionne Ophée, Jupiter, Pluton et John Styx ...
Monsieur Offenbach

Joyeux pêle-mêle de Monsieur Offenbach

Intitulé « opéra-bouffe en un acte et un souper pour un récitant, quatre solistes, petit ensemble instrumental et feu d’artifice », c’est une libre adaptation, d’après 21 « airs connus ou moins connus », sinon une réinvention d’une « opérette » – les dialogues sont remplacés par un récit. En effet, on peut entendre des airs de La Vie Parisienne, de La Belle Hélène, de La Grande Duchesse de Gerolstein, ...
Sonya Yoncheva

Au plus près des véritables contes d’Hoffmann

Voici donc, enfin, ce qu’on pourrait imaginer LA version définitive des contes d’Hoffmann, tels que Jacques Offenbach avait pu la rêver, faute d’avoir pu l’achever. La partition détruite dans le grand incendie de l’Opéra Comique, tripatouillée avant même sa création posthume, défigurée au fur et à mesure des reprises, ne donnait plus qu’une vague idée des intentions du compositeur. Depuis une trentaine d’année, les musicologues ont cependant accompli un travail ...
emi plassson opera

Michel Plasson et l’amour de l’opéra français

Espéré après une première publication symphonique majeure en 2010, EMI vient de nous restituer en un coffret de 38 CD l’essentiel des opéras français enregistrés par Michel Plasson avec l’orchestre et le chœur du Capitole entre 1976 et 2002. Quelle aubaine ! Au moment où EMI risque d’être avalé avec son fabuleux catalogue par le monstre Universal, voici cette boîte recelant la quintessence de l’opéra  français, défendue envers et contre tout pendant ...
angers_vieparisienne012

La vie parisienne à Angers, que du bonheur!

Ce spectacle en coproduction, inauguré au mois de décembre 2009 à Nancy, arrive à Nantes et Angers avec une distribution presque entièrement renouvelée. Au contraire de notre collègue Michel Thomé qui avait alors manifesté ses réserves sur la mise en scène, nous nous sommes laissés emporter par le rythme d’un spectacle particulièrement roboratif. L’engagement interprétatif supérieur de la nouvelle équipe de comédiens-chanteurs y a sans doute significativement contribué. La mise ...
Duchesse_lausanne1211 (2)

A Lausanne, La Grande Duchesse gagne le public

Un beau succès. Et bien mérité. Dans cette nouvelle production, Omar Porras réussit la difficile gageure de montrer une œuvre de divertissement avec beaucoup de finesse malgré les « grosses ficelles » de l’intrigue. Racontant le livret avec clarté et entrain, jamais il n’oublie ni l’époque, ni le compositeur Jacques Offenbach. Dans cette charge contre les pouvoirs, de l’armée, de la noblesse, sa Grande Duchesse de Gerolstein aurait pu tisser ...
hoffmann2_munich_1111

A Munich, des Contes d’Hoffmann sans magie

Rolando Villazon aura chanté la totalité des représentations des Contes d’Hoffmann à l’Opéra de Bavière, sans réussir à les sortir de la médiocrité. La France est très loin de Munich : peut-être n’est-ce qu’une impression personnelle pour ce qui concerne la ville, mais c’est une évidence à l’Opéra de Bavière, malgré quelques efforts récents. Ces Contes d’Hoffmann, qui avaient suscité une grande attente, ne suffiront certainement pas à combler le fossé. Le ...
emi_ballet_edition_lanchbery

De l’art de la musique de ballet

Sans doute inconsciemment EMI Classics, dans sa belle et récente série « Ballet Edition », rend-il hommage au regretté John Lanchbery (1923-2003), compositeur, arrangeur et chef d’orchestre anglo-australien dont nous avons déjà dit le plus grand bien lors d’une superbe publication des trois ballets de Tchaïkovski. Par sa collaboration avec les danseurs et chorégraphes Sir Frederick Ashton et Kenneth MacMillan, John Lanchbery offrit ses multiples talents au Sadler’s Wells et à Covent ...
ina_Vie parisienne

Offenbach mythique et archéologique

L’INA n’a décidément pas la fibre commerciale, car sous cette pochette quelconque, sans nom de metteur en scène, de décorateur, de costumier, ni même de notice, se cache la mythique production de la compagnie Renaud-Barrault ! Créé en 1958 au Palais-Royal, souvent repris, et finalement enregistré en 1967 pour la télévision, avec une distribution renouvelée, ce spectacle reste encore un fleuron de l’interprétation offenbachienne. A rebours de la mode actuelle, priorité est ...
Au joyeux cabaret du Styx

Orphée aux enfers, au joyeux cabaret du Styx

Après une mémorable Belle Hélène, une joyeuse Périchole, un original Voyage dans la lune puis un iconoclaste Monsieur Choufleuri restera chez lui, il fallait bien cet Orphée naturellement décalé et irrespectueux avec la mythologie pour célébrer le vingtième anniversaire de la troupe des Chants de Garonne. Leur répertoire est assez large, du baroque (Monteverdi, Charpentier, Carissimi, Purcell) aux créations contemporaines, en passant par Mozart, avec un goût affirmé pour l’opérette, mais ...
Sage offenbacchiade orphique

Sage offenbacchiade orphique

Orphée aux Enfers Le public dijonnais s’était déplacé massivement pour venir écouter Orphée aux enfers d’Offenbach à l’auditorium. Toutes les représentations sont en effet annoncées «à guichet fermé». Si la mise en scène d’Yves Beaunesne, très classique, offre quelques trouvailles, le plateau reste quelque peu inégal pour une prestation globalement séduisante et agréable. Les décors de Damien Caille-Perret sont assez convenus : une cuisine aménagée au premier acte, les dieux autours d’une table ...
Les Dieux d’Hollywood

La Belle Hélène à Strasbourg, les Dieux d’Hollywood

Le metteur en scène Calchas enrage. Pour le nouveau péplum qu’il réalise, les moyens que lui octroie le producteur Ménélas sont vraiment trop limités. Pourtant Ménélas est l’époux de la star Hélène, la vedette du film, et l’ami du politicien Agamemnon ! D’ailleurs, ce dernier souhaite renouveler le genre trop sclérosé et découvrir un nouveau talent pour le rôle du jeune premier. Ce sera le figurant Pâris… Dans cette Belle Hélène, créée ...
Le gai madrigal

Le gai madrigal

Il Canto d’Arione Le jeune ensemble toulousain Il Canto d’Arione a choisi de se consacrer à l’art difficile du madrigal italien des XVIe et XVIIe siècle, sur une période allant de Monteverdi à Stradella, qui englobe de nombreux compositeurs méconnus, tout aussi représentatifs de ce style. Leur choix paraît exigeant en nos temps de paresse intellectuelle et de facilité, mais leur enthousiasme nous fait penser à l’époque où une certaine Nadia ...
Routine et reprises…

Les Contes d’Hoffmann à Bastille, routine et reprises…

C’est un véritable bonheur que de retrouver cette splendide production des Contes d’Hoffmann, une des plus réussies de Robert Carsen pour l’Opéra de Paris. Créée en mars 2000, elle n’a pas pris une ride malgré ses dix ans, et fonctionne toujours aussi bien : pour qui ne l’a jamais vue, le numéro de la poupée nymphomane fait toujours autant rire, et le même murmure d’admiration accueille l’ouverture du rideau de l’acte ...
En fête avec Offenbach

Felicity Lott & Jean-Paul Fouchécourt, en fête avec Offenbach

Felicity Lott & Jean-Paul Fouchécourt Vienne fête son Nouvel-An avec Johann Strauss. Genève l’a fêté avec quelques jours de décalage en se reposant sur la musique de Jacques Offenbach. Chaque année à pareille époque, l’association genevoise des Amis de l’OSR qui réunit les donateurs de l’orchestre s’offre un concert annuel avec sa phalange au grand complet. Les sensibles progrès de l’Orchestre de la Suisse Romande depuis que le maestro Marek Janowski ...
Bâle-Paris, correspondance par le Grand Duché

Bâle-Paris, correspondance par le Grand Duché

La Grande Duchesse de Gérolstein La Salle Pleyel proposait ce soir du 11 janvier des extraits d’une Grande Duchesse de Gérolstein venue tout droit de Bâle pour les fêtes de fin d’année. Les mauvaises langues diront que les Parisiens n’ont pas été privés par la version de concert, car la mise en scène suisse aurait été particulièrement chahutée. Christoph Marthaler a en effet imaginé de faire périr les soldats, c’est-à-dire l’orchestre, ...
Du bon et du moins bon !

Barbe Bleue d’Offenbach : du bon et du moins bon !

Des différentes formes de la musique lyrique, l’opérette est certainement la plus difficile à monter. De plus, quand elle est signée Jacques Offenbach, la difficulté en est augmentée. Avec le plus parisien des compositeurs allemands, l’humour et l’ironie sont les ingrédients de base de pratiquement toute son œuvre. Barbe Bleue, en particulier, est une charge sur la société où se mélangent le terroir campagnard, les mariages forcés et naturellement ratés, ...