Mot-clef : John Nelson

Des Troyens de grand luxe à Strasbourg

Des Troyens de grand luxe à Strasbourg

Annoncés à grand renfort de publicité et faisant l’objet d’un enregistrement discographique par Warner, les deux concerts des Troyens d’Hector Berlioz par l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg se présentaient comme le point d’orgue de la saison musicale alsacienne. La distribution d’un luxe extrême, jusque dans les plus petits rôles, et la direction passionnée de John Nelson remportent effectivement la partie. Le principal maître d’œuvre de ce succès — de longues minutes d’ovations ...
John Nelson
Photo: Marco Borggreve

À Notre-Dame, puissance et sobriété avec MacMillan et Fauré

À Notre-Dame de Paris, nous avons assisté à la première des deux soirées associant l'intensité foisonnante d'une oeuvre contemporaine, le Credo de MacMillan, et la sérénité lumineuse du Requiem et du Cantique de Jean Racine de Fauré.  À la baguette, John Nelson dirigeait tout à la fois l'Orchestre de chambre de Paris, le baryton-basse Matthew Brook, le Chœur d'enfants et le Chœur d'adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris. En ouverture, le magnifique Cantique de Jean-Racine, œuvre de jeunesse de Gabriel ...
berliozetlitalie2012_vign

Exposition « Berlioz et l’Italie », entre paradoxe et fatalité

Aller visiter la maison-musée d’Hector Berlioz à la Côte Saint-André, avec ou sans l’excuse des expositions qui y sont organisées annuellement, c’est l’occasion rafraîchissante de retourner à l’enfance de notre époque contemporaine. Berlioz disait être un classique pour réfuter l’étiquette de romantique, et pour ne pas dire qu’il avait mis les germes du XXème siècle dans ses partitions. C’est dans cette maison qui sent bon la grande maison familiale d’antan, ...
werner_gura

Saint-Denis, la Saint Matthieu de Bach en clôture du festival

Du temps où il était directeur musical de l’Ensemble Orchestral de Paris (1998-2008), John Nelson a fréquemment dirigé les grandes fresques sacrées du répertoire (oratorios, messes…), notamment à Notre-Dame de Paris. En clôture de l’édition 2011 du Festival de Saint-Denis, le chef américain, à présent directeur musical honoraire, retrouvait ses musiciens dans la Passion selon saint Matthieu de Bach, avec un chœur de chambre universitaire anglais (une quarantaine de choristes ...
Mozart, Molière et Rimbaud

Mozart, Molière et Rimbaud

Le concert débute par une œuvre secondaire, mais néanmoins fort belle, de Richard Strauss : composée à dix-huit ans, la Sérénade ignore superbement le modèle de Siegfried Idyll pour tendre la main à la Gran partita. Le plus étonnant est que le jeune homme ne manque pas de très loin le secret de la grâce mozartienne, tout en créant déjà les voluptueuses effusions qui seront sa marque. La direction impétueuse de ...
Elina Garanca, Marguerite de lumière.

Elīna Garanča, Marguerite de lumière

La Damnation de Faust En juin 2003, La Damnation de Faust d'Hector Berlioz mis en scène par Olivier Py avait soulevé de violentes protestations du public genevois. Alors reçue par une bronca de protestataires aux cris de «De Py en pis!» et autres «Monsieur Blanchard, plus de Py à Genève!» par des spectateurs déjà perturbés par Les Contes d’Hoffmann que le metteur en scène français avait montré deux ans auparavant, cette ...
Olivier Py intellectualise le romantisme.

Der Freischütz : Olivier Py intellectualise le romantisme

Pour sa dernière saison à la tête du Grand Théâtre de Genève, Jean-Marie Blanchard scelle son règne sous le titre pompeux de La Trilogie du Diable, de trois spectacles de son metteur en scène fétiche : Olivier Py. Avec les reprises de ses très contestés Contes d’Hofmann de Jacques Offenbach de décembre 2001 et de La Damnation de Faust de Berlioz de juin 2003, ce «cycle» s’est ouvert avec une nouvelle ...
Un Benvenuto Cellini à la mitraille

Un Benvenuto Cellini à la mitraille

Dans une caricature fameuse de « L’illustration » de 1846, Berlioz dans une attitude impériale et flegmatique dirige un orchestre de cuivres - par douzaines - et de canons encore fumants. On peut y lire ce sous-titre vengeur : « Un concert à la mitraille ». Trente-cinq ans après avoir ressuscité Benvenuto Cellini, Sir Colin Davis repart à l’assaut de ce chef-d’œuvre et le fait avec une nouvelle dimension : il ...
Un Chopin tonifié par Berezovsky

Un Chopin tonifié par Berezovsky

Il est des œuvres qui ne se résument pas tant elles inspirent. Les deux concertos pour piano de Frédéric Chopin appartiennent à cette rare catégorie d’où sourdent immanquablement une veine lyrique inépuisable et luxuriante, une sensualité à fleur de peau, une rêverie débridée prête à se fracasser sur le réel. Leur pouvoir de fascination sur les musiciens autant que sur le public, au fil des décennies, demeure intact tant au ...
La grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

Les Troyens à Genève, la grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

À l’opéra pendant que l’orchestre s’épanche dans l’ouverture, l’exercice fréquent qui consiste à se caler tranquillement dans son fauteuil, à jeter un coup d’œil au voisinage immédiat de sa place est une manœuvre impossible avec Les Troyens. Trois mesures de violons et déjà le canon tonne. Zzim, boum, boum, en dix secondes tout l’orchestre et le chœur sont lâchés. Dans sa musique, Hector Berlioz frôle sinon la folie du moins l’excès. ...
Bonnes intentions mais moyens un peu justes

Bonnes intentions mais moyens un peu justes

Ensemble Orchestral de Paris L’avaient-ils prévu de longue date ? Toujours est-il que jouer l’ouverture Hermann et Dorothée de Schumann basée sur le thème de La Marseillaise la veille de l’intronisation de notre nouveau Président de la République ne pouvait qu’être de circonstance. Pourtant l’inspiration y est totalement romantique, issue, non de la Révolution française, mais du poème idyllique du même titre, de Gœthe. Publiée à titre posthume en 1857, cette ouverture aurait ...
marienicole_lemieux

Beethoven par Mahler et Mahler par Schoenberg

Deux pièces connues du grand répertoire, certes, mais… pas seulement ! Le Théâtre des Champs-Elysées a choisi d’offrir au Parisiens deux œuvres bien connues mais dans des versions qui le sont beaucoup moins. Le Quatuor à cordes n°11, op. 95 de Beethoven est joué ce soir dans sa version orchestrale due à Gustav Mahler. La version élargie à l’orchestre à cordes peut dérouter. La sonorité d’ensemble y gagne en velouté ce ...
Héroïque John Nelson

Héroïque John Nelson

L’enregistrement d’une intégrale des symphonies de Beethoven est une œuvre colossale qui demande une parfaite maîtrise de toute la chaîne, de l’interprétation à l’enregistrement. Le premier événement est bien entendu la sortie de cette nouvelle intégrale qui fixe sur l’aluminium un des plus grands joyaux de l’Art Musical ou de l’Art tout simplement. John Nelson est depuis 1998 le directeur musical de l’Ensemble Orchestral de Paris et dirige dans les plus ...
Messe en ut mineur de W.A.Mozart

Messe en ut mineur de W.A.Mozart

Festival de Saint Denis Avec ce Concerto pour clarinette et orchestre et cette Messe en ut mineur se clôt le Festival de Saint Denis. Le cru 2006 aura été excellent, témoignant de la vitalité et de l’exigence de qualité qui animent les organisateurs. Pour ce dernier concert, la basilique royale a résonné de voix jeunes, vibrantes et passionnées grâce au divin Mozart qui fait chanter si merveilleusement les instruments et les humains, ...
Les effluves du sacré

John Nelson dirige L’enfance du Christ à Notre-Dame de Paris

Sous les hautes voûtes résonantes de la cathédrale de Paris, John Nelson, chef titulaire de l’Ensemble Orchestral de Paris abordait une fois encore son répertoire favori en dirigeant L’Enfance du Christ, trilogie sacrée d’Hector Berlioz créée le 10 décembre 1854. On avait pu déjà apprécier, lors des fêtes du bicentenaire de la mort du compositeur, l’engagement du chef anglais pour la musique de Berlioz dont il fut l’un des plus ...
Direction musclée

Direction musclée

Débuts de John Nelson à Liège A peine revenu en bord de Meuse après une tournée éprouvante mais couronnée de succès qui l’a mené à Rotterdam, Zagreb, Genève, Locarno et Vienne, l’Orchestre Philharmonique de Liège s’est lancé avec la rude symphonie « Tragique » dans le premier volet d’un ambitieux triptyque mahlérien qui sera complété par la Symphonie n°3 dirigée par Louis Langrée en décembre, et par la n°4 en mai, confiée à ...
La Création

La Création, soirée d’anthologie au Festival de Saint Denis

On se demandait, ce soir d’avant spectacle d’ouverture du 28 mai, si c’était la belle réputation du Festival de Saint Denis ou l’amour de Haydn qui faisait se déplacer le public, bravant le lumbago inévitable dû aux redoutables chaises en bois au dossier droit de la Basilique. Les petits groupes, attendant l’ouverture des portes, bruissaient, frémissaient, un nom circulait d’une façon lancinante, chuchoté d’un groupe à l’autre, on parlait d’opération, ...
Benvenuto Cellini. Des voix d’airain pour un opéra de feu.

Benvenuto Cellini version Nelson, des voix d’airain pour un opéra de feu

Une absence de plus de trente ans au catalogue discographique officiel - la première de Colin Davis remonte à 1972 - prouve a posteriori à quel point l’échec subi en 1838 à Paris a été cruel pour le jeune et fougueux compositeur de 35 ans. Pourtant l’œuvre de Berlioz à l’instar de celle de son illustre modèle florentin, aurait mérité un meilleur sort. Rien ne fut plus injuste que sa ...

Alcina, cinq ans après …

Georg Friedrich Haendel L’Alcina de Haendel a fait son entrée à l’Opéra de Paris, au Palais Garnier, en juin 1999, avec un quatuor de stars et dans une mise en scène très « mode » de Robert Carsen. Elle y revient cinq ans après avec une distribution complètement renouvelée ainsi que la réalisation orchestrale et dans une version simplifiée, légèrement plus courte. On est revenu à la version originale en supprimant le secondaire ...

Benvenuto Cellini par John Nelson

« Je lus et relus les partitions de Gluck, je les copiai, je les appris par cœur ; elles me firent perdre le sommeil, oublier le boire et le manger. Et le jour où, après une anxieuse attente, il me fut enfin permis d’entendre Iphigénie en Tauride, je jurai, en sortant de l’Opéra, que, malgré père, mère, oncles, tantes, grands-parents et amis, je serais musicien. » [Mémoires, I, 64]. Hector Berlioz n’a pas vingt ...
Requiem de Fauré… « en état de grâce »

Requiem de Fauré… « en état de grâce »

Festival de Saint Denis Le Requiem La Basilique de Saint Denis est incontestablement le lieu rêvé pour ces pages qui sont parmi les plus belles de la musique française des XIXe et XXe siècles. Inspecteur des conservatoires en 1892, titulaire du grand orgue de la Madeleine en 1896, successeur de Massenet comme professeur de composition au Conservatoire où il comptera de nombreux et prestigieux élèves avant d’en devenir le directeur en 1905, ce ...
Symphonie et Messe Schubertiennes

Symphonie et Messe Schubertiennes

Festival de Saint Denis Vendredi 13 juin, la splendide basilique royale inaugurait le cycle Schubert en accueillant deux œuvres symphoniques et chorales testamentaires, deux merveilles schubertiennes. En première partie, la Symphonie inachevée - inachevée en raison de la présence de deux mouvements au lieu des quatre habituels, mais deux uniques mouvements au combien aboutis dans leur exploration ultrasensible de l’âme humaine - et, pour terminer la Messe en mi bémol majeur ...

Berlioz et Shakespeare : Rencontre au Sommet

Bicentenaire oblige, Mogador affrète une « Berlioziade » de première grandeur en offrant deux raretés relatives avec, pour Deus ex machina, le prolifique dramaturge anglais. Ce dernier peut se flatter d’avoir inspiré des compositeurs aux esthétiques aussi antagoniques que Mendelssohn, Britten, Korngold ; en passant par l’incontournable Verdi, Reimann - écouter son Roi Lear. Voire Bœsmans et Le Conte d’hiver. Ce ne sont là que de très épars exemples marqués du ...

Kissin, nouvelle icône du piano ?

John Nelson / Evgueni Kissin La venue en France d’Evgueni Kissin, nouvelle star internationale du piano, a déclenché dans les médias de tout poil un vent de panégyriques sans guère de précédent. Il ne s’agit nullement ici de faire le procès d’une presse parfois bien complaisante à l’égard de certains génies autoproclamés, ni de nier qu’Evgueni Kissin soit un pianiste considérable, technicien sans grand rival et artiste sincère. Mais force est ...
Le dernier Escaich et John le sentimental.

Le dernier Escaich et John le sentimental

Septembre est le mois des rentrées : rentrée littéraire et rentrée musicale entre autres. Mais quand on voit la différence de traitement médiatique entre ces deux événements, on peut constater le retard en matière musicale dans la culture générale française. Mais réjouissons-nous, ce mois de septembre est l’occasion de découvrir en première discographique deux œuvres contemporaines que j’attendais avec beaucoup d’impatience : la cantate Le Dernier Evangile de Thierry Escaich et la pseudo-symphonie ...
Stephanie Blythe - Un essai à transformer.

Stephanie Blythe – un essai à transformer

« Reverenza ! » Les spectateurs d’un récent Falstaff de Bastille ont découvert avec plaisir une jeune mezzo-soprano américaine à tempérament et abattage : Stephanie Blythe. Un peu plus tard, Auntie dans Peter Grimes, elle n’a pas déçu ses (déjà) nombreux admirateurs. D’aucuns la surnomment « la nouvelle Marilyn Horne ». En termes de présence et de volume, voilà un compliment ô combien justifié… Reste à vérifier la validité de la comparaison ...